Accueil Be My Weapon (ex Swell) en concert
Jeudi 14 décembre 2017 : 11055 concerts, 24776 chroniques de concert, 5189 critiques d'album.


Pop songs superbement lancinantes et velvetiennes en diable. David Freel a écrit de sidérants morceaux entre folk, pop et rock, le genre de titres qui embarquent l'auditeur grâce à leurs vertus cinématiques et oniriques... Le nouveau nom de Swell est Be My Weapon mais la musique du groupe est toujours aussi classe en 2009.

Be My Weapon (ex Swell) : vos chroniques d'albums
Site

Be My Weapon (ex Swell) en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Be My Weapon (ex Swell) : l'historique des concerts

Sa.

07

Nov.

2009

Be My Weapon (ex Swell) + Mon + Cornflakes Heroes Quai des Arts - Argentan (61)

Ve.

06

Nov.

2009

Be My Weapon (ex swell) Bar Le Spoutnik - Nantes (44)

Je.

05

Nov.

2009

Be My Weapon (ex swell) Bar l'Emporium Gallorium - Rouen (76)

Me.

04

Nov.

2009

Be My Weapon (ex swell) Le Botanique - Bruxelles

Ma.

03

Nov.

2009

Be My Weapon (ex swell) Molodoï - Strasbourg (67)

Lu.

02

Nov.

2009

The Sleeping Years en concert
Be My Weapon (ex Swell) + The Sleeping Years Be My Weapon (ex Swell) | The Sleeping Years
Maroquinerie - Paris 20ème (75)

Di.

01

Nov.

2009

Be My Weapon (ex swell) L'Entrepôt - Arlon (B)

Sa.

31

Oct.

2009

Les Rockomotives en concert
Soirée "spécial Label Talitres" Be My Weapon - Star Like Fleas - The Sleeping Years Les Rockomotives | Be My Weapon (ex Swell) | The Sleeping Years | Stars Like Fleas
Chapelle St Jacques - Vendôme (41)

Be My Weapon (ex Swell) : les dernières chroniques concerts 5 avis

Be My Weapon/Swell + The Sleeping Years + The Two

Critique écrite le 04 novembre 2009, par Pierre Andrieu

La Maroquinerie, Paris 2 novembre 2009

Be My Weapon/Swell + The Sleeping Years + The Two en concert

Encore un bon moment à la Maroquinerie à Paris : après Micachu & The Shapes la veille, c'est le plateau Talitres Records avec Be My Weapon/Swell et The Sleeping Years (+ The Two en première partie) qui a permis de passer une captivante soirée entre folk, pop et rock, et ce malgré une assistance assez confidentielle et quelques aléas... The Two, Duo folk/pop gentillet... Nous passerons assez vite sur la prestation de The Two en tout début de programme : un duo folk/pop mixte et gentillet de plus, alors qu'il y a déjà les très populaires Cocoon, pourquoi essayer de faire la même chose (en moins bien en plus !) ? Mystère ! Les deux musiciens (un chanteur/guitariste, une chanteuse) savent jouer sur scène, mais leurs voix sonnent trop FM et travaillées, les morceaux ne sont pas passionnants et les textes sont assez insipides ("I'm twenty two and I'm feeling blue... "). On s'ennuie ferme donc... The Sleeping Years, Beau et passionnant. Peu de temps après ce sont les Anglais de The Sleeping Years qui investissent discrètement les planches de La Maroquinerie... Le public s'est assis en arc de cercle sur les marches de la salle, laissant un vide béant devant la scène, ce qui ne doit pas être très agréable pour le... Lire la suite

Be My Weapon/Swell

Critique écrite le 27 octobre 2009, par Pierre Andrieu

Le Rat Pack, Clermont-Ferrand 26 octobre 2009

Be My Weapon/Swell en concert

De retour à Clermont-Ferrand au Rat Pack après un concert controversé il y a un an, David Freel et son groupe Be My Weapon (ex Swell) ont cette fois-ci tenu leur rang, malgré une ambiance un peu tristounette et le manque de public... Il faut dire que c'est lundi soir, que le triste spectacle (malgré quelques fulgurances) de l'année dernière en a échaudé plus d'un et que Mr Freel ne fait rien pour être particulièrement accessible (peu de mots, presque pas un regard, casquette cachant son visage). Si l'on ajoute à cela le changement de nom de Swell, on obtient un public clairsemé, moins de la moitié de l'assistance présente l'année dernière. Et pourtant, ce soir le trio américain est plutôt d'aplomb (l'alcool a coulé à "flots raisonnables"), et les atermoiements du début de concert sont vite balayés par un enchaînement de titres magistraux, majoritairement signés Be Me Weapon, avec quelques pépites de Swell... C'est à croire que quand il y a du public le groupe et son déjanté leader fusillent le concert et que quand il n'y pas grand monde, ils jouent bien. Un peu énervant mais on n'y peut absolument rien ! Pour que tout soit parfait en ce lundi un peu sinistre, il aurait fallu jouer le répertoire de l'année dernière... Lire la suite

Be My Weapon et Santa Cruz

Critique écrite le 26 octobre 2009, par Decapsuleur

Théâtre Denis - Hyères 24 octobre 2009

Be My Weapon et Santa Cruz en concert

J'arrive un peu en retard, et m'asseoie vite afin de ne pas rater un instant de Be My Weapon, superbe groupe américain, mieux connu sous le nom de Swell, dont le son singulier a fait la renommée. Le trio nous entraine dans une atmosphère sombre et étrange, notamment dûe à la saturation des basses, les morceaux sont originaux et efficaces. Les projecteurs sont éteints, l'éclairage est faible, nous sommes transportés dans une ambiance intimiste et dépressive. Le batteur a un jeu très intriguant, n'hésitant pas à s'acharner sur les cymbales ; l'ambiance devient plus rock, avec de virulents riffs, ce que semble apprécier le public du Théâtre Denis. Le groupe nous propose ensuite quelques ballades douces et élégantes, quoique marquées par de puissantes rythmiques, la voix si particulière du chanteur est teintée d'une forte mélancolie, rappelant Black Francis (Pixies) à ses grandes heures. Cependant on notera les arrangements sonores de la salle : les réglages des basses sont dignes d'un concert de heavy metal, ce qui est assez gênant pour de la folk. Le côté roots, typique du sud des Etats-Unis, s'affirme par la suite au travers du jeu de guitare de David Frane et de la batterie mais on regrettera le manque d'implication du bassiste, qui passe... Lire la suite

Swell

Critique écrite le 17 novembre 2008, par Pierre Andrieu

Le Rat Pack, Clermont-Ferrand 14 novembre 2008

Swell en concert

Le tournée européenne de l'excellent groupe Swell s'intitule Waiting for a beer somewhere in Europe, allusion au dernier titre du magistral album du retour des californiens, South of the rain and snow... Malheureusement, il y avait peut être également une allusion au penchant de David Freel pour la bouteille, le concert dramatiquement alcoolisé donné au Rat Pack à Clermont-Ferrand peut le laisser supposer. Incapable de se souvenir de ses propres morceaux, entrainant ses deux musiciens dans sa chute vers le n'importe quoi, se plantant à chaque fois dans les samples qu'il voulait déclencher sur son i Pod, ricanant niaisement en plein morceau, arrêtant le concert pour demander à boire, notre homme ira jusqu'à déclarer vers la fin : "le problème quand on boit, c'est qu'on perd le fil et qu'on ne sait plus jouer ses morceaux : on ne se souvient plus si c'est un accord majeur ou mineur... (rires idiots)". Certains ont trouvé ça admirablement punk, superbement déjanté et incroyablement LO-Fi, mais qu'on ne s'y trompe pas : c'était un concert globalement mauvais et déprimant avec de nombreux instants de fulgurances ; quand on écrit des morceaux aussi beaux que ceux de Swell, quand on possède une voix aussi effarante de classe que... Lire la suite

Be My Weapon (ex Swell) : les chroniques d'albums

Be My Weapon : March 2009

Chronique écrite le 06/05/2009, par Pierre Andrieu

Be My Weapon : March 2009

Le groupe de David Freel, Swell, change de nom pour devenir Be My Weapon, une arme de destruction massive de la musique mal écrite, mal chantée et mal jouée... Le nouveau nom d'artiste n'a en rien altéré le songwriting classieux, la voix évocatrice et le son folk rock LO FI de Swell, heu de Be My Weapon. Tout est là, dans l'exacte continuité des derniers enregistrements du perpétuellement déprimé Mr Freel. Voix désespérée, guitare cristalline, synthés laissant planer un terrible mystère, solos de guitare aussi sobres que décalés, les ambiances saisissantes et reconnaissables entre mille de Swell sont bel et bien au rendez-vous. Tout cela semble bien décalé en 2009, où il faut faire de la soft pop soi disant gaie pour passer sur les ondes ou espérer jouer dans les salles de concerts institutionnelles...... Lire la suite

Swell : The Lost Album

Chronique écrite le 16/10/2008, par Pierre Andrieu

Swell : The Lost Album

Plus de 10 ans après leur enregistrement, des inédits de Swell se voient compilés à l'occasion d'une grande tournée européenne (à ne manquer sous aucun prétexte !) prévue à l'automne 2008. Ces deux bonnes nouvelles pour les fans du groupe californien s'ajoutent à celle d'un nouvel album paru il y a peu : le très bon South Of The Rain And Snow datant de mai 2008. Les amoureux d'ambiances troubles entre pop délétère, rock grinçant et mélodies imparables ont donc de quoi se réjouir ! Les dix morceaux - au son assez brut - qui figurent sur The Lost Album ne dérouteront pas les heureux possesseurs de Too Many Days Without Thinking, un des must (enregistré à la même période) de la passionnante... Lire la suite

Swell : South Of The Rain And Snow

Chronique écrite le 06/05/2008, par Pierre Andrieu

Swell : South Of The Rain And Snow

Le retour sur le devant de la scène du groupe américain Swell est à saluer : même réduit à son seul chanteur, l'obsédant combo poursuit sa carrière en délivrant à ses fans (et aux autres !) une époustouflante série de pop songs superbement lancinantes et velvetiennes en diable. Seul maître à bord d'un vaisseau lancé dans les brumes évanescentes flottant au dessus d'eaux troubles, David Freel a écrit de sidérants morceaux entre folk, pop et rock, le genre de titres qui embarquent l'auditeur grâce à... Lire la suite

SWELL : WHENEVER YOU'RE READY

Chronique écrite le 18/08/2003, par Pierre Andrieu

SWELL : WHENEVER YOU'RE READY

Malgré de récents changements de personnels (le départ de Monte Vallier et le retour du premier batteur, Sean Kirkpatrick ), Swell sonne toujours de la même façon, qui s'en plaindra ? Car, s'il n'y a pas grand chose de nouveau dans les rues de San Francisco, les Américains distillent plus que jamais de troubles ambiances de pop rock psyché mâtiné de folk. L'ombre du Velvet Underground plane au-dessus des disques de... Lire la suite