Accueil Big Buddha en concert
Mardi 22 mai 2018 : 9687 concerts, 24989 chroniques de concert, 5216 critiques d'album.


Dj Big Buddah est le maître incontesté des métissages : asian-beat, boogaloo-house, raï robotik, kwaïto sud africain, breakbeat balkanique, électro libanais...

Site

Big Buddha : l'historique des concerts

Sa.

16

Déc.

2017

Moussu T e lei Jovents en concert
Tour 13 Sos Mediterranee : Jour 1 : Lo Cor De La Plana - Moussu T E Lei Jovents - Oai Star - Big Buddha Big Buddha | Moussu T e lei Jovents | Oaï Star | Lo Cor de la Plana
Espace Julien - Marseille (13)

Sa.

01

Juillet

2017

Africa Fête en concert
Balani Show Bizness De Bamako - Big Buddha Africa Fête | Big Buddha
Friche de la Belle de Mai - Marseille (13)

Sa.

10

Juin

2017

Je.

17

Nov.

2016

Sa.

27

Août

2016

Mr Oat en concert
Siska + Dj Djel + M. Oat + Big Buddha Big Buddha | Mr Oat | Dj Djel | Siska
Pullman Marseille Palm Beach - Marseille (13)

Ve.

08

Juillet

2016

Vitrolles Sun Festival en concert
Vitrolles Sun Festival - Jour 1 Early Booking : Jehro - Sinsemilia - Mo'kalamity - Mauresca - Big Buddha Vitrolles Sun Festival | Big Buddha | Sinsémilia | Jehro | Mo'Kalamity & The Wizards
Domaine de Fontblanche - Vitrolles (13)

Sa.

25

Juin

2016

Mr Oat en concert
Mr OAT, Bid Buddha, Fanfare Tahar tag'l, la Krorale Big Buddha | Mr Oat | Tahar tag'l | La Krorale
le 3013 - Marseille (13)

Ve.

17

Juin

2016

DJ Big Buddha + Jean-Didier Hoareau & chorale L'Arthemuse - Marseille (13)

Big Buddha : les dernières chroniques concerts 8 avis

Bachar Mar-Khalifé, Big Buddha (L'Edition Festival)

Critique écrite le 06 juin 2016, par Marcing13

Fort St Jean Marseille 29 mai 2016

Bachar Mar-Khalifé, Big Buddha (L'Edition Festival) en concert

La dernière soirée de l'Edition Festival nous mène tout droit vers la place d'armes du Fort Saint-Jean, dans un espace privilégié du Mucem. Avec une vue imprenable sur la musée, les nouveaux docks de la joliette et donc le MUCEM, nous avons en plus droit à un coucher de soleil sur la mer incroyable. Un cadre idyllique donc pour écouter le set downtempo, aux touches nord et sud-africaines, du dj marseillais d'adoption, Big Buddha . Un cadre idyllique, nous l'avons dit, pour se mettre en mode détente, verre à la main, Et il est vrai que Big Buddha arrivera à nous faire oublier durant plus d'une heure, gentiment, doucement, que nous somme à la veille d'attaquer une nouvelle semaine de labeur. On se plonge donc dans l'atmosphère légère et profitons des lieux, en attendant l'arrivée de Bachar Mar- Khalifé. Lorsque le trio du chanteur franco-libanais démarre, aux derniers rayons du jour, dans une composition... Lire la suite

AimbAss + Big Buddha

Critique écrite le 06 janvier 2013, par Flag

La Machine à Coudre - Marseille 20 décembre 2012

AimbAss + Big Buddha en concert

AimbAss Si ma présence à ce concert de AimbAss était programmée de longue date, la rédaction d'une chronique n'était pas du tout prévue. Pas de prise de notes, pas d'oeil et d'oreille aiguisés prompts à une analyse fine de la prestation. Rien. Juste le plaisir d'être présent. De se laisser aller à un concert tant attendu, depuis cette dernière fois, à l'Escale d'Aubagne, la première fois où j'avais assisté à une prestation de AimbAss (et qui avait alors fait l'objet d'une chronique).Tant pis, ces quelques lignes seront au moins une trace. La date de ce soir était d'autant plus importante pour moi, que j'avais l'impatience de voir ce projet en formation "classique". AimbAss se produisait jusqu'à maintenant en duo voix (Aim-a à l'écriture et au chant) et basse (Stéph Paulin). Le rendu était alors déjà très impressionnant malgré cette combinaison d'apparence réduite.Le concert de ce soir à La machine à Coudre est l'une des premières prestations (la première ?) en formation classique... enfin "classique" ! Cette formation comporte quand même deux basses et aucune guitare (AimbAss aime décidément bousculer les codes). Ce qui, en soit, constituerait déjà une curiosité suffisante à ma présence, si ce n'était également les... Lire la suite

Maurice El Medioni vs Aleph Beat

Critique écrite le 11 juillet 2001, par Hum !

Le petit pavillon - Marseille 10 juillet 2001

Apéro présentation du futur tube de l'été ? Peut être pas, mais en tout cas ce qui est sûr c'est que bon nombre d'adeptes des pistes de danses estivales vont se trémousser sur ce single joyeux de Maurice El Medioni vs. Aleph Beat "laissez moi me griser".Maurice El Medioni est un pianiste de musique arabo-andalouse (qui chante aussi d'ailleurs) agé de 72 ans et qu'on a pu voir aux côtés de Lili Boniche dernièrement me semble t il. Quant à Aleph Beat il s'agit en fait de deux DJs : Big Buddha et Alif Tree. Parti d'une commande public puisque ce single a été extrait de la compilation Cosmophonie du Maghreb qui regroupe six duos traditionnels/ nouvelle génération. A midi les trois protagonistes étaient là pour présenter le morceau. Ils nous l'ont donc joué. Maurice avec son feutre sur la tête (comme sur la pochette du disque), Big Buddha tout de orange vêtu et Alif Tree tout tatoué et armé de lunettes noires. Je n'ai pas eu l'impression de la veille où je l'avais écouté en boucle et où le premier nom qui m'était venu à l'esprit était Bob Hasam (Fais moi du couscous ...). Non là j'ai trouvé ça bien sympathique et bien que pas franchement habitué des salles obscures ou des ambiances techno ou... Lire la suite

Rachid Taha

Critique écrite le 15 mars 1999, par Hum !

Le Moulin (Marseille) 12 mars 99

Rachid Taha en concert

Précédé d'une réputation qui disait que selon sa forme (comprendre taux d'alcoolémie) Rachid Taha était capable du meilleur comme du pire, j'ai pu constater qu'en effet il est entré sur scène le pas un peu hésitant voire flottant, mais qu'après un début un peu laborieux il est vraiment entré dans le concert pour pratiquement deux heures sans interruption ... si ce n'est quelques blagues un peu légères ... Sinon, il faut reconnaitre qu'il est entouré par de très bons musiciens qui chantent aussi, comme Hakim Hamadouche le marseillais qu'on a l'occasion de voir dans les différentes salles de la région. Les morceaux étaient très rock et tous en arabe sauf un. Il nous ont chanté deux fois Ya Rayah. Son mélange de raï et de rock me fait un peu penser à ce que font les Balayeurs du Désert depuis quelques années déjà. Cela donne un truc très festif, dansant, ce qui a ravi le public assez nombreux ce soir là et assez différent du public habituel rencontré dans les salles de concert (moyenne d'age plus élevé et beaucoup de mères avec leurs enfants assez jeunes). Au bout du compte un concert bien sympathique ...... Lire la suite