Accueil Devil Crockett en concert
Mardi 19 novembre 2019 : 11324 concerts, 25770 chroniques de concert, 5279 critiques d'album.


Psychobilly. Ces petits-fils dégénérés du Reverent Beat Man & The Monsters insufflent un son primitif et cinglant au genre. Ils mêlent le Rockabilly américain des 50's et le Punk britannique des 80's. Des plus efficaces sur scène.

Site

Devil Crockett en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Devil Crockett : l'historique des concerts

Sa.

29

Oct.

2016

Creep Freaks + Devil Crockett + Ongle Et Ses Incarnes La Machine à Coudre - Marseille (13)

Je.

24

Mars

2016

Los Conejos + Oncle & ses Incarn.é.e.s La Salle Gueule - Marseille (13)

Sa.

26

Déc.

2015

Mandanga , The Smudjas , Canine , Devil Crockett La Salle Gueule - Marseille (13)

Sa.

08

Nov.

2014

Copcake - Canine - Devil Crockett - Tytus La Machine à Coudre (13)

Sa.

16

Juin

2012

The Zipheads + Devil Crockett The Zipheads | Devil Crockett
La Machine à Coudre - Marseille (13)

Ve.

07

Oct.

2011

Hillbilly Moon Explosion en concert
Mick Wigfall & The Toxics + The Hillbilly Moon Explosion + Devil Crockett Hillbilly Moon Explosion | Devil Crockett | Mick Wigfall & The Toxics
O'Bundies - Marseille (13)

Sa.

17

Sept.

2011

The Meteors en concert
The Meteors + Mick Wigfall and the toxics + Devil Crockett The Meteors | Devil Crockett | Mick Wigfall & The Toxics
Le Trolleybus - Marseille (13)

Sa.

11

Juin

2011

Dirty Wheels en concert
Devil Crockett + Dirty Wheels + Calvitie Devil Crockett | Dirty Wheels | Calvitie
La Machine à Coudre - Marseille (13)

Devil Crockett : les dernières chroniques concerts 6 avis

Devil Crockett + Mick Wigfall & the Toxics + The Meteors

Critique écrite le 18 septembre 2011, par Philippe

Le Trolley-Bus, Marseille 17 septembre 2011

Devil Crockett + Mick Wigfall & the Toxics + The Meteors en concert

Bien belle soirée au Trolleybus, qui accueillait les mythiques The Meteors (enfin mythiques, pour une frange infime et très pointue de la population, dont je ne fais pas partie...). Dans la foule qui se presse devant l'entrée et dans les pubs alentour, il y a donc un bon paquet de gens floqués à l'effigie du groupe, ou vêtus d'habits noirs cintrés (et qui vont du chevelu très bien taillé et gominé, au crâne rasé de frais)... Le public du psychobilly quoi, dont les filles - j'oserai une généralité - sont toujours des créatures aussi superbes, pour certaines pimpantes comme des pin-ups des années 50. (... Juste 2 photos ratées pour rappeler à quoi sert un photographe, pas arrivé pour les Croquettes du Diable...) Et il y a un paquet de curieux, ce qu'on appellera le public rock de Marseille : nous aussi nous sommes déplacés en nombre, comme à chaque fois qu'une légende, même quasiment inconnue (pour moi), passe par Marseille. La jauge doit pratiquement être atteinte donc, même si presque tout le monde est encore assez loin de la scène quand les Devil Crockett attaquent sur la scène étroite, coincés entre des baffles envahissants. Sapés comme d'illustres crétins (une tradition chez eux, déjà constatée la dernière fois), ils démarrent... Lire la suite

Devil Crockett + WD40

Critique écrite le 16 février 2010, par Mystic Punk Pinguin

Enthropy - Marseille 16 Février 2010

Devil Crockett + WD40 en concert

A force de faire des chroniques de rock indé lors des (excellentes) soirées Sonic Boom dans cette salle, on en oublierait presque qu'elle est (auto)gérée par des punks. Le concert de ce soir va remettre les pendules à l'heure... En parlant de pendules, je manque une bonne partie du set des Croquettes du Diable, because à cause de soucis de voisinage, les concerts à l'Enthrophy commencent désormais à 20h en semaine. Les Devil Crockett sont donc depuis un certain moment sur scène. On a déjà dit grand bien de ce groupe sur ce site, so pour les retardataires il s'agit d'un groupe de psychobilly, donc guitare, voix, batterie ET contrebasse (posée sur un parpaing pour la stabilité), tout ce beau monde looké entre rockers 50's et prolos anglais. En dehors du look, ça joue sévère sur scène, fidèle aux standards du genre, avec un côté un peu crade à la Cramps (ceci est un compliment). Bon set,... Lire la suite

Devil Crockett (+ John Schooley & his One Man Band)

Critique écrite le 20 novembre 2008, par Philippe

La Machine à Coudre, Marseille 19 novembre 2008

Devil Crockett (+ John Schooley & his One Man Band) en concert

M'étant héroïquement arraché à mon canapé ce mercredi soir (pas comme d'autres punks que je connais), j'arrive après 22 heures à la Machine, où je ne suis pas allé depuis un moment, au prétexte honorable d'un concert Relax'encore-un-concert-pour-les-Punque'n'Co. Comme on pouvait s'y attendre, il n'y a pas foule, genre dans les 20 entrées payantes, mais ceux qui les connaissent savent que le manque de foule n'a jamais découragé les vaillants poseurs qui composent ce bien beau collectif. Dont la raison d'être est d'organiser de bons concerts pour des happy few, tandis que les masses s'emmerdent devant la télé. Je suis en tout cas content de pouvoir rattraper Devil Crockett, dont Gandalf (et son papa) ne m'ont dit que du bien après leur prestation de dimanche dernier au Poste avant les Peter Pan Speedrock-örhead (je suis arrivé après !). En effet les 4 petits vicelards me font tout de suite bonne impression. Déja parce que, la contrebasse. Je répète : parce que, la contrebasse. C'est souvent ce que les groupes de psychobilly ont de meilleur ! Et j'avais pas vu un aussi bon contrebassiste au moins depuis celui des Hellbats, dieu ait son âme, il y a 3 ans. Celui de ce soir a des doigts littéralement diaboliques car, comme tous les... Lire la suite

Peter Pan Speedrock + Citizen Go + Devil Crockett

Critique écrite le 17 novembre 2008, par Gandalf

Poste à Galène à Marseille 16 novembre 2008

Peter Pan Speedrock + Citizen Go + Devil Crockett  en concert

C'est vraiment au dernier moment que je me suis décidé à aller voir de quoi retournait ce groupe typé Motorhead, suite à un coup de fil de mon père que je sentais bien motivé ! Disons que pour 6 euros l'entrée, on allait pas se priver de boire quelques bonnes binouses au Poste à Galène. A ce tarif là (oui oui vous avez bien lu, 6 petits euros....), on risquait pas grand chose, au contraire. Nous arrivons donc à 21h tapantes, heure habituelle des débuts de live dans cette salle. Le premier groupe local, dont je ne saurais malheureusement jamais le nom (ndP : Devil Crockett) , entame son set de 30 minutes, et franchement, je dirai presque que ce fut notre meilleure surprise avec mon Padre. Du psycho bien foutu, avec contrebassiste doué, batteur carré, et jeune chanteur avec un certain charisme. Je ne suis pas un habitué de cette scène, mais personnellement ca m'a bien plu. Y avait de la joie de jouer, du rythme, de l'enthousiasme communicatif. On a vu largement pire comme première partie.... Mention bien donc à ces zicos pêchus, dont le chanteur leonardo di caprien est apprenti luthier dans le 4ème. Même si une trentaine de pelés à peine etaient présents. Un autre combo... Lire la suite