Accueil Eric Surmenian en concert
Samedi 24 août 2019 : 11646 concerts, 25625 chroniques de concert, 5262 critiques d'album.


Contrebassiste jazz

Eric Surmenian en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Eric Surmenian : l'historique des concerts

Je.

27

Oct.

2016

Philippe Jardin en concert
Marc Campo Group Marc Campo | Eric Surmenian | Philippe Jardin
Le Korigan - Luynes (13)

Ve.

21

Oct.

2016

Je.

08

Mai

2014

Di.

24

Nov.

2013

Sa.

23

Nov.

2013

André Charlier en concert
Christophe LeLoil Quartet Line 4 André Charlier | Christophe Leloil | Eric Surmenian | Carine Bonnefoy
Moulin à Jazz - Vitrolles (13)

Sa.

24

Août

2013

Perrine Mansuy en concert
Perrine Mansuy Trio Perrine Mansuy | Eric Surmenian | Cédrick Bec
Église Haute - Banon (04)

Ve.

19

Juillet

2013

Eric Surmenian : les dernières chroniques concerts 8 avis

Jazz Sur La Ville Jour 6 : Remi Abram Quartet

Critique écrite le 10 octobre 2012, par Mardal

Rouge Belle De Mai - Marseille 9 octobre 2012

Jazz Sur La Ville Jour 6 : Remi Abram Quartet en concert

Le festival Jazz Sur La Ville bat son plein et ce soir Henri Voit Rouge. Je m'empresse donc d'enfourcher mon destrier coréen, 100 cm3 au garrot, et galoper jusqu'au Rouge Belle De Mai. La salle est pleine dès 20h00. Ce grand bar offre un cadre idéal pour une soirée musicale dans de bonnes conditions : comptoir-restaurant de plain-pied, et salle spacieuse au sous-sol avec tables modulables, banquettes, et possibilité de descendre avec son assiette, son demi ou son mojito, et même d'aller en griller une sur la rue sans parcours du combattant. Tandis que la pression monte au bar qui carbure grave, Henri Fiore (celui qui voit rouge) s'affaire de tous bords, d'un convive à l'autre. Il a invité ce soir le Rémi Abram Quartet. Claudio Celada : piano / Rémi Abram : saxophones / Eric Surménian : contrebasse / Ulrich Edorh : batterie. Le Rémi Abram Quartet présente l'avantage d'interpréter ses compositions. Le second point fort étant que ces compositions sont superbes : un jazz qui nous fait parcourir toute la distance qui sépare la tonicité et la sauvagerie de la sensualité. Caractéristique improbable et magnifique du saxophoniste Rémi Abram : cette distance tient parfois sur quatre mesures. Chaque musicien semble habité et donne sur... Lire la suite

Trio Pettinelli : Robert Pettinelli, Wim Welker, Eric Surménian.

Critique écrite le 02 septembre 2012, par Mardal

Roll'Studio - Marseille 1er septembre 2012

Trio Pettinelli : Robert Pettinelli, Wim Welker, Eric Surménian. en concert

L'ouverture de la saison 2012/2013 au Roll'Studio se fait en grande pompe ce soir avec une sommité. Ne nous fions pas à son allure modeste et débonnaire, il demeure définitivement une éminence à Marseille, où il a écrit une grande partie de l'histoire du jazz depuis plus de cinquante ans. Robert Pettinelli est accompagné de deux autres musiciens. Eric Surménian, contrebasse / Wim Welker, guitare / Robert Pettinelli, saxophones. La salle est déjà comble quand j'arrive, bon prétexte pour prendre le temps de boire un coup au comptoir avec Claude et Henri dont l'accueil est toujours aussi chaleureux. Juste avant le début, j'aperçois une chaise restée miraculeusement vide au deuxième rang et m'y pose sans délai. Le trio attaque avec une musique calme et enchaîne dans un registre de standards du même acabit : cool jazz, smooth jazz qui s'adapte parfaitement à une fin d'été où la chape de plomb cède doucement la place à un air plus frais, plus léger. Puis il conserve ce répertoire tout au long du concert et entraîne le public dans ses phrases alanguies. Robert Pettinelli expulse de son saxophone un alizé tiède et chaloupé, plein de charme. Son jeu est un peu fatigué, mais la magie du jazz fait que cela ne nuit absolument pas à la... Lire la suite

Jazz des Cinq Continents (FJ5C 2012) : Aftersjazz 5 et 6/6

Critique écrite le 04 août 2012, par Mcyavell

Radisson Blu - Marseille 23-24 juillet 2012

Jazz des Cinq Continents (FJ5C 2012) : Aftersjazz 5 et 6/6 en concert

Suite et fin d'une semaine de nuits blanches et bleues au Radisson, son mur aux lettres peintes en hommage à la Camargue... Chronique 3 : soirées des 23 et 24 juillet : Tribute to Miles Nous nous rendons à ces deux dernières soirées avec un fol espoir : Sonny Rollins est à Marseille depuis dimanche, on connaît sa passion, sa générosité et son endurance. Alors pourquoi ne pas rêver à sa participation, aussi infinitésimale soit-elle, à un hommage à Miles Davis, une des nombreuses légendes qu'il a côtoyées ? Une des raisons à son endurance doit être qu'il se couche tôt et notre vœu restera pieux. Mais d'autres surprises nous attendent... Après la pause du dimanche, au in comme au off, et pour cette dernière ligne droite, l'inépuisable Christophe LeLoiL a choisi deux valeurs sures déjà éprouvées les nuits précédentes (Cédrick Bec, batterie et Eric Surmenian, contrebasse) et fait entrer du sang neuf (le Montpelliérain Rémi Ploton à la batterie). Le retour en voiture est embouteillé depuis le Silo et sa trompette sévit déjà à notre arrivée. Sans avoir le même son que celle de son illustre modèle, elle en a cette couleur, ce phrasé qu'on reconnait entre mille. Et Christophe LeLoiL a cette même capacité à lui faire raconter de... Lire la suite

Jazz des Cinq Continents (FJ5C 2012) : Aftersjazz (3 et 4/6)

Critique écrite le 03 août 2012, par Mcyavell

Radisson Blu - Marseille 20-21 juillet 2012

Jazz des Cinq Continents (FJ5C 2012) : Aftersjazz (3 et 4/6) en concert

De retour au Solaris, le bar du Radisson Blu, son étrange papier peint, ses Aftersjazz animés jusqu'au bout de la nuit par Christophe LeLoiL. Chronique 2 : soirées des 20 et 21 juillet : Cool Stuff Ces deux soirées qui présentaient le même programme se sont révélées à l'arrivée très différentes. Le vendredi, on était déjà dans l'ambiance "cool stuff" dès le Parc Longchamp. En effet, les prestations de Térez Montcalm et Stacey Kent n'étaient pas les plus endiablées de la semaine. Et le festivalier en ressortait détendu - sauf ceux horrifiés par leurs reprises respectives de C'Est Extra (avec une pauvre guitare en lieu et place des violons !) et Ces Petits Riens (avec oubli de la césure entre "Faut être à moi" et "tié fou" !!) Le puriste psychopate qui est en moi avait besoin de se calmer. Et l'after y contribua grandement. Si Ferré et Gainsbourg se sont retournés dans leur tombe, ici, ni Miles, ni Duke, ni Thelonious n'en a fait de même. Pour ces deux soirées, le quartet a changé avec le programme : Christophe LeLoiL est toujours là bien sûr. Mais la rythmique est le premier soir assurée - c'est le mot qui convient - par Benoit Paillard (piano), Eric Surmenian (contrebasse) et Thierry Larosa (batterie). Et comme Thomas... Lire la suite