Accueil Femi Kuti en concert
Vendredi 20 juillet 2018 : 12124 concerts, 25100 chroniques de concert, 5220 critiques d'album.


Digne héritier de Fela, son fils a repris le flambeau de l'Afrobeat. Il y mêle du hip-hop, du jazz et de la funk. Sur scène, Femi Kuti électrise les foules avec son énergie débordante. Il est partout, passe du saxophone au clavier et au chant, danse, transcendé par les rythmes saccadés de sa musique.. Ses chansons à fort contenu politique parlent d'amour, d'autonomie et de sensibilisation.
Né à Londres en 1962, Femi qui a grandi à Lagos est le digne fils de son père, Fela Anikulapo Kuti "celui qui a la mort dans sa poche". Fela Kuti, qui avait renoncé à son nom d'esclave, Ransome, pour en choisir un plus vindicatif,a marqué la vie politique et la scène musicale du Nigeria, mais aussi du continent africain tout entier.À quinze ans, Femi s'installe dansla maison de son père, espace libertaire baptisé "république de Kalakuta", qui sera saccagée et brûlée par les autorités militairesnigérianes devant les yeux de Femi.

Fela donne à son fils une éducation très stricte, basée sur les idées et les combats politiques de la famille Kuti. Parallèlement à cette prise de conscience, le père enseigne au fils l'art de jouer du saxophone. Pendant des heures, inlassablement, le jeune Femi se plie à une discipline de fer, apprend à maîtriser son souffle, sa rythmique et ses sonorités.

Ainsi, celui qui a révolutionné la musique africaine dans les années 70, a pris soin de transmettre l'essentiel de son savoir à Femi, son héritier, afin qu'il poursuive son oeuvre. Toujours aimé et respecté, ce fils à la personnalité solaire assume avec tact et brio cette succession délicate, depuis qu'en 1986 il a formé son groupe The Positive Force.
L'afrobeat y a trouvé une véritable jouvence et une formidable dynamique calibrée pour le nouveau millénaire. C'est en 1998, qu'il connaît la consécration internationale avec son album Shoki Shoki, dans lequel l'afro beat se mêle au hip hop, au jazz et à la funk. Sur scène, Femi Kuti électrise les foules avec son énergie débordante. Il est partout, passe du saxophone au clavier et au chant, danse,trépigne presque, tant il semble transcendé par les rythmes saccadés de sa musique.
Ces concerts cataclysmiques pouvant durer jusqu'à cinq heures font de lui un showman sans équivalent. Fight to Win, qui sort en 2001 montre l'ouverture et l'évolution d'un Afrobeat qui flirt avec le HIP-HOP avec la collaboration de rappers américains comme Mos Def ou Common. Cette ouverture d'esprit introduite par Femi lui permet de livrer un album au succés mondial.
L'année 2004 marque la sortie d'Africa Shrine, un album live enregistré dans le temple mythique de Lagos, encensé par les critiques et plébiscité par le public.
Autour de lui, une dizaine de cuivres, percussions et choristes l'accompagnent. Ses athlétiques danseuses, maquillées, et habillées en tenues vives et colorées se déhanchent, tournent, dansent, à une vitesse vertigineuse.

Site

Femi Kuti : les dernières chroniques concerts 15 avis

Femi Kuti + Djama

Critique écrite le 24 novembre 2013, par Bertrand 13rugissant

Les Passagers du Zinc (Avignon) 31 Octobre 2013

Femi Kuti + Djama en concert

Ce soir Avignon accueille un maitre de cérémonie au sens propre dans son enceinte. En effet, ce descendant du précurseur de l'afrobeat a pour coutume de proposer à ses convives une soirée qui va au-delà du simple concert. Mais commençons par le début. Tout d'abord, le lieu a été modifié, passant de la salle polyvalente de Montfavet aux Passagers du Zinc. Tant mieux car la salle est archicomble, ça va déjà nous réchauffer ! En arrivant, j'ai la bonne surprise de retrouver sur scène Adama Cissoko déjà écouté chez les voisins de l' Akwaba. La formation de ce soir se nomme Djama, une bande de musiciens qui ont autant le sourire que la complicité. Une musique qui nous fait voyager vers des paysages de cartes postales... Ça nous réchauffe un peu plus encore, et nous motive pour la suite. rnEn attendant Femi Kuti, je m'interroge sur la pression qui peut peser sur les enfants d'artistes. Je me dis que ça doit être à la fois un cadeau et un fardeau. Mais en voyant des chanteurs comme Damian Marley, Izia... Lire la suite

Last Lynx + 69 + Femi Kuti ... (Nuits Zebrées de Radio Nova)

Critique écrite le 08 mai 2013, par pirlouiiiit

Espace Julien, Marseille 03 mai 2013

Last Lynx + 69 + Femi Kuti ... (Nuits Zebrées de Radio Nova) en concert

Ce soir parmi les nombreux concerts possible j'hésite un peu entre Peter Doherty (buzz oblige) au Cabaret Aléatoire et la Nuit Zebrée de Radio Nova à l'Espace Julien qui regroupe Last Lynx, 69, Femi Kuti, Skarra Mucci, et Paul Virgo ... (des 5 c'est surtout 69 le duo composé de Armand et Virginie tous deux ex Sloy). N'ayant jamais vu 69 en live, ayant déjà vu un concert assez quelconque de Doherty au sein des Babyshambles et ayant lu ça et là qu'en ce moment il n'est pas au top de sa forme, j'opterai pour la nouveauté. Après le traditionnel passage au Lollipop pour les soirée Japan Gourmet du premier vendredi du mois, nous allons récupérer notre invitation à l'Espace (rappelons que les Nuits Zebrées sont gratuites sur invit à retirer dans plusieurs grands magasins). D'après le planning affiché nous sommes à l'heure. L'avantage avec les concerts retransmis en direct c'est qu'on sait qu'ils vont être obligés de respecter le timing. Un des présentateurs de la radio vient chauffer le maigre public et nous présenter les différents artistes de la soirée. Les premiers sont donc des suédois qui chantent en anglais et répondent au doux nom de Last Lynx. 5 sur scène, 1 chanteur (avec un gros tatouage Gorillaz sur l'interieur de l'avant... Lire la suite

Femi Kuti

Critique écrite le 16 août 2010, par Vilay

Parc du chateau de Mus - Murviel les Beziers 28 Juillet 2010

Femi Kuti en concert

Qui a dit que l'afrobeat était une musique redondante? Certainement pas les spectateurs présents ce mercredi 28 juillet au concert de Femi Kuti. Il aura fallu s'enfoncer dans de petits chemins pour découvrir le cadre exceptionnel du château de Mus où le maître de cérémonie, tout de blanc et or vêtu, a officié. Au sein du parc, une buvette s'était improvisée pour hydrater les plus assoiffés et un coin restauration permettait de profiter du décor magique qui s'offrait au public très éclectique. Le saxophoniste, chanteur, clavieriste était réglé comme une horloge et a commencé son set à 21h45 comme prévu. Le backing band qu'il avait choisi pour s'accompagner était... Lire la suite

Femi Kuti

Critique écrite le 25 novembre 2008, par Joseph

Espace Julien - Marseille 22 Novembre 2008

Femi Kuti en concert

Ces derniers temps, dans la famille Kuti, c'est Seun, le petit dernier, qui s'est imposé sur les scènes marseillaises (Jazz des 5 continents, Fiesta des Suds, Marsatac). Seun, il est beau, il est jeune, il est bon, bref tout ce qu'il faut pour marquer les esprits et ma foi, il commençait à faire de l'ombre au grand frère, Femi, prince naturel de l'Afrobeat, installé et reconnu depuis si longtemps. Cette concurrence à la limite de l'insolence ne durait que trop. Femi le savait, il fallait moucher le petit, et c'est sur scène que ça se réglerait. La voilà donc sur les routes, notre vieux Femi tout fripé tout rouillé, un rien has-been. Mais la vie est une chienne et à Marseille, point de Dôme ou de Docks des Suds. Non, rien de tout cela, mais un pauvre Espace Julien promis à une destruction... Lire la suite