Accueil Garciaphone en concert
Lundi 18 juin 2018 : 9961 concerts, 25029 chroniques de concert, 5218 critiques d'album.


L'artiste clermontois Garciaphone produit une folk pop rock franchement classieuse... Entre Grandaddy, Pixies, Elliott Smith et Neutral Milk Hotel. En avril 2013, l'album Constancia (chronique ici) parait chez Talitres Records. A lire, une interview d'Olivier Pérez, le songwriter de Garciaphone. Garciaphone est en concert en 2017/2018 pour présenter l'album "Dreameater" (sortie le 10 novembre 2017 chez Microcultures/Differ-ant).

Garciaphone : vos chroniques d'albums
Site

Garciaphone en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Garciaphone : l'historique des concerts

Ve.

11

Mai

2018

Me.

09

Mai

2018

Matt Low en concert
Garciaphone + Matt Low + Perio Matt Low | Perio | Garciaphone
L'Olympic Café LMP - Paris 18ème (75)

Sa.

31

Mars

2018

Penelope Isles en concert
Penelope Isles + Garciaphone (festival God Save Clermont) Garciaphone | Penelope Isles
La Coopérative de Mai - Clermont Ferrand (63)

Sa.

03

Mars

2018

Ve.

02

Mars

2018

Sa.

07

Oct.

2017

Les Marquises en concert
Effervescences : Garciaphone + Echo Anemone + Les Marquises Garciaphone | Les Marquises
Hotel Dieu - Clermont-Ferrand (63)

Je.

08

Juin

2017

Andy Shauf en concert
Andy Shauf + Garciaphone Garciaphone | Andy Shauf
Coopérative de Mai - Clermont Ferrand (63)

Di.

16

Avril

2017

John Cunningham en concert
John Cunningham + Garciaphone John Cunningham | Garciaphone
Bombshell - Clermont-Ferrand (63)

Garciaphone : les dernières chroniques concerts 8 avis

Penelope Isles + Garciaphone (Festival God Save Clermont)

Critique écrite le 05 avril 2018, par Pierre Andrieu

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 31 mars 2018

Penelope Isles + Garciaphone (Festival God Save Clermont) en concert

Très bonne initiative du bienvenu festival God Save Clermont (qui anime Clermont-Ferrand et Paris pendant une semaine), l'affiche réunissant dans le club de La Coopé les stars locales indie pop rock de Garciaphone et les futures vedettes de la pop made in England de Penelope Isles a enchanté les amateurs de musique pas comme les autres, ceux qui aiment les artistes travaillant de manière quasi artisanale pour créer des titres subtils et à des années-lumières du radiophoniquement correct... Garciaphone Malgré un son et des lumières perfectibles (c'est un euphémisme), Garciaphone fournit sa traditionnelle dose de frissons et d'émotions fortes en distillant ses pop songs mâtinées de folk et d'indie rock. Rien de plus "normal", car les morceaux du projet du songwriter clermontois Olivier Perez sont absolument merveilleux (nouvel album Dreameater vivement recommandé !), le groupe (Matthieu Lopez, guitare électrique, Clément Chevrier, basse, et Zacharie Boissau, guitare classique) qui l'accompagne sur scène et sur disque est au top, les arrangements (plus musclés ce soir) sont sublimes et le leader, batteur et chanteur de la troupe est à notre humble avis un musicien et vocaliste de classe internationale. Ce soir, comme... Lire la suite

Entretien avec Olivier Pérez du groupe Garciaphone à l'occasion de la sortie de l'album Constancia

Interview réalisée le 24 septembre 2013, par Pierre Andrieu

Clermont-Ferrand Septembre 2013

Entretien avec Olivier Pérez du groupe Garciaphone à l'occasion de la sortie de l'album Constancia

(c) Jean-Charles Belmont Après deux EP, Everyone Goes Home In October en 2009 et Divisadora en 2011, le groupe du songwriter clermontois Olivier Perez, Garciaphone, a fait paraître son premier album, intitulé Constancia (chronique enthousiaste à lire ici), via l'excellent label Talitres Records... Dans l'entretien qui suit, Mr Perez évoque la conception de ce disque vraiment très réussi, l'évolution du projet sur scène, ses passions musicales et l'avenir de Garciaphone : Bonjour, peux-tu évoquer tes débuts, il y a déjà quelque temps de cela, au sein du projet Garciaphone ? Garciaphone est né à Oslo en 2007. J'étais seul sur scène avec une guitare et un sampler. J'ai voulu aller plus loin dans les arrangements des morceaux. Pour ça il fallait un groupe. On est maintenant un trio. Comment se sont passés tes débuts en tant que musicien ? Tu es batteur à l'origine... Je suis tombé dans la musique très jeune, j'ai essayé plusieurs instruments puis la révélation a été la batterie. J'ai commencé à jouer dans des groupes au lycée. Je ne me suis jamais vu ne pas faire de musique. Parle nous des groupes qui t'ont inspiré et donné envie de jouer de la musique (Pixies, Elliott Smith, Neutral Milk Hotel, Pavement, Grandaddy ?)... Lire la suite

Benjamin Biolay + Amon Tobin's Two Fingers + Garciaphone + Mr Nô & Jean-Charles de Castelbajac + Jacques Higelin (Festival Europavox 2013)

Critique écrite le 05 juin 2013, par Pierre Andrieu

Forum et Coopérative de mai, Clermont-Ferrand 24 et 25 Mai 2013

Benjamin Biolay + Amon Tobin's Two Fingers + Garciaphone + Mr Nô & Jean-Charles de Castelbajac + Jacques Higelin (Festival Europavox 2013) en concert

Après les concerts jubilatoires de Miles Kane à la Coopérative de Mai le jeudi 23 Mai 2013 et de Villagers en début de soirée au même endroit ce vendredi 24 mai dans le cadre du festival Europavox, direction Le Forum de Polydôme, une immense salle de 5000 places située elle-aussi place du 1er mai, pour assister aux shows de Mr Nô & Jean-Charles de Castelbajac et d'Amon Tobin's Two Fingers le 24, puis de Jacques Higelin et Benjamin Biolay, le samedi 25 mai... Sans oublier Garciaphone en extérieur, sur la scène Fac'tory. Compte rendu : Vendredi 24 Mai : © Florent Giffard Mr Nô & Jean-Charles de Castelbajac Quand nous arrivons, la salle du Forum - dans laquelle nous pénétrons pour la première fois pour un vrai concert, le show merdique de Wazoo vu ici-même lors d'une soirée étudiante alcoolisée ne comptant pas - n'est pas totalement remplie mais quand même sacrément animée par un public très jeune et assez bouillant... Mr Nô & Jean-Charles de Castelbajac sont sur scène, une association sans doute trop "showbiz". L'importance accordée à JC/DC - en pleine lumière, au centre de la scène avec son assistante personnelle - parait en effet démesurée, Mr Nô et son VJ (sacrifié par les projections des dessins de JCDC en fond de... Lire la suite

Mistraal Indie Music : Chokebore, Narrow Terrence, Erevan Tusk, Garciaphone, Jungle Fever

Critique écrite le 25 juillet 2010, par Stephane Sarpaux

theatre de verdure de la rebutte - Barbentane 23 juillet 2010

Mistraal Indie Music : Chokebore, Narrow Terrence, Erevan Tusk, Garciaphone, Jungle Fever en concert

Barbentane, petit village de 3600 habitants au sud d'Avignon. Barbentane, son café chez Henry, sa boucherie, son boulodrome parking, son château et désormais son festival de musiques. Le "music Indie Mistraal Festival" se déroule dans le quartier de la Rebutte. Soit une impasse de 200 mètres de long bordée de charmantes petites maisons avec terrasse sur le devant et qui se termine sur un rond point à flanc de parois de 15 mètres de hauteur. La pierre, jaune sable, constitue donc une sorte d'amphithéâtre naturel qui renvoie un son parfaitement équilibré. Au fond du rond point, une scène en pierre a été aménagé. C'est sur ce site que se déroule traditionnellement des animations estivales, comme pièces de théâtre ou concert classique. C'est en tout cas ce qu'affirme Jeanne, Gisèle et Marthe, trois habitantes du quartier rencontrées sur place qui dépassent les 200 ans à elles trois. "Mais là, c'est pas possible, s'exclame Jeanne, la plus virulente. Depuis ce matin, c'est un raffut pas possible. On n'en peut plus de leur musique de sauvages. Le maire, il a pas intérêt à se montrer sinon, je lui tombe dessus. - Moi, ça fait 55 ans que j'habite ici, et c'est la première fois que ça arrive. C'est pas qu'on est contre des animations,... Lire la suite

Garciaphone : les chroniques d'albums

Garciaphone : Dreameater

Chronique écrite le 10/11/2017, par Pierre Andrieu

Garciaphone : Dreameater

Après la publication de deux excellents EP et d'un magnifique premier album nommé Constancia (paru en 2013 via le label Talitres), Garciaphone est enfin de retour avec Dreameater, un disque réalisé en autoproduction à Clermont-Ferrand dans la cave aménagée en studio du musicien et producteur Christophe Adam avec la complicité de Matthieu Lopez (sobres basses et guitares) et Zacharie Boissau (très originaux pianos et synthétiseurs). Ceux qui ont déjà fréquenté l'univers indie folk pop d'Olivier Pérez - Garciaphone, c'est lui - ne seront pas dépaysés le moins du monde, ils retrouveront avec plaisir des plages spleenétiques susurrées d'une bouleversante voix à la Elliott Smith et des morceaux d'une subtilité, d'une richesse mélodique et d'une beauté à peine croyables. Quant à ceux qui arrivent en cours d'histoire, ils n'auront aucun mal à pénétrer de plain pied dans cette collection de chansons à la fois déchirantes, apaisantes, stimulantes pour la psyché et très évocatrices. Quand on sait écrire des morceaux aussi saisissants et longs en bouche que Garciaphone, ce n'est pas la peine d'en rajouter des tonnes, le choix d'une production près de l'os et d'une grande économie de moyens est donc plus que gagnant. Comme son prédécesseur cité plus... Lire la suite

Garciaphone : Constancia

Chronique écrite le 08/04/2013, par Pierre Andrieu

Garciaphone : Constancia

Après Everyone Goes Home In October (2009, autoproduit) et Divisadora (2011, Kütu Folk Records), deux EP restés malheureusement un peu confidentiels malgré leurs qualités bien au dessus de la moyenne, le projet d'Olivier Perez, Garciaphone (qui est désormais un groupe comprenant également Matthieu Lopez - basse, guitare, chœurs - et Raphaël Brou - batterie, chœurs) devrait enfin connaitre une reconnaissance à la mesure de son talent avec son premier album, Constancia, qui sort sur le toujours avisé label Talitres Records... Enregistré au studio Black Box à Angers par Peter Deimel, ce disque est une petite merveille d'indie rock 'n folk pop où l'on retrouve tout ce qui nous avait séduit chez Garciaphone depuis 2009, en mieux, l'apport des musiciens étant très bénéfique et la patte de Mr Deimel dans son antre magique constituant également un plus indéniable. L'écriture fine, précise et saisissante de Mr Perez, sa voix mélancolique à la Elliott Smith, son incroyable sens mélodique et ses arrangements sobres marqués par un amour immodéré pour les divins Pixies (les marquantes reprises en live de Wave of Mutilation et Alec Eiffel en attestent.. ) sont magnifiés par les bénéfiques collaborations citées plus haut... Comme dans les... Lire la suite

Garciaphone : Divisadora Ep

Chronique écrite le 18/11/2011, par Pierre Andrieu

Garciaphone : Divisadora Ep

Déjà auteur en 2009 d'un excellent EP autoproduit, Everyone Goes Home In October, le trop méconnu songwriter folk pop rock clermontois Garciaphone revient avec Divisadora, un très beau nouvel EP qui bénéficie d'une sortie sur Kütu Folk Records. Cette signature sur le label clermontois permettra à Oliver Perez - Garciaphone, c'est lui ! - de présenter ses œuvres mélancoliques et très bien écrites lors d'un concert aux Transmusicales de Rennes en décembre 2011, à l'occasion d'une carte blanche à la maison de disques de Delano Orchestra, Evening Hymns, St Augustine, Pastry Case et Hospital Ships, entre autres ! Au milieu de ces nombreux autres artistes classieux, Garciaphone ne fera pas tâche, bien au contraire... Car les chansons présentes sur Divisadora sont toutes de petites merveilles heureuses d'être tristes et d'évoluer entre pop aérienne, folk minimaliste et rock indé américain. Discret, humble et patient (il a joué pour d'autres groupes en tant que batteur), Oliver Perez a aussi l'immense mérite de composer des chansons intemporelles, toujours bouleversantes (sa voix à la Elliott Smith, désespérée mais pas geignarde,... Lire la suite

Garciaphone : Everyone Goes Home In October

Chronique écrite le 18/04/2009, par Pierre Andrieu

Garciaphone : Everyone Goes Home In October

Venu de nulle part, un jeune songwriter clermontois nommé Garciaphone déboule avec des chansons miraculeuses - tour à tour folk/pop ou electro/pop - et tutoie immédiatement The Notwist, Elliott Smith, Grandaddy et Girls In Hawaii... Oui, cela parait impossible, voire tout à fait exagéré, mais il s'agit là de la plus stricte vérité, il n'y a qu'à écouter le premier EP du monsieur (Everyone Goes Home In October), jeter une oreille sur son site myspace ou assister à l'un de ses impeccables concerts pour s'en convaincre ! Fort d'une expérience dans divers projets musicaux (le musicien se cachant derrière le nom de Garciaphone a même à son actif une tournée américaine avec un autre groupe !), Olivier Perez écrit avec une facilité qui parait déconcertante de petites merveilles portées par des mélodies aériennes, des arrangements aussi... Lire la suite

Garciaphone : Vidéo



Garciaphone : écoute