Accueil Iggy Pop en concert
Mercredi 11 décembre 2019 : 10208 concerts, 25838 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.


Depuis 1967 avec The Stooges, il est l'incarnation même d'un rock reptilien, viscéral et terriblement sexuel ! De cette énergie sauvage est surement né le mouvement punk de la décennie suivante. Et le pire c'est qu'Iggy Pop est toujours une bête de scène au 21ème siècle, que ce soit en solo ou accompagné par ses Stooges ! Le mythe Iggy And the Stooges n'est pas près de s'éteindre... Iggy Pop était en tournée en 2016 avec Josh Homme, le leader de Queens Of The Stone Age et cofondateur de Eagles Of Death Metal, Matt Helders, le batteur des Arctic Monkeys, et Dean Fertita, le guitariste / clavier de QOTSA et de Dead Weather afin de présenter l'album Post Pop Depression (sortie : le 18 mars 2016, chronique du disque à lire ici). De retour sur scène en 2019 (Vieilles Charrues... ) puis en 2020 ! Iggy Pop est en tournée en France pour présenter l'album "Free" en avril 2020 (en salle) puis en juin/juillet 2020 (festivals).

Iggy Pop : vos chroniques d'albums
Site

Dernière news

Iggy Pop en concert partout en France en 2020 [Le 04/12/2019] Dans le cadre de la publication de son album "Free", Iggy Pop sera en concert en formation jazz / rock (presque) acoustique le 3 avril 2020 à l'Amphi (Lyon), le 5 au Corum (Montpellier), le 7 au Silo (Marseille), le 10 à Monaco, le 12 à La Coopé (Clermont-Fd),... La suite

Iggy Pop : les dernières chroniques concerts 41 avis

Interview du groupe L'Epée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) lors de son passage à Levitation France

Interview réalisée le 28 novembre 2019, par Pierre Andrieu

Le Quai, Angers Novembre 2019

Interview du groupe L'Epée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) lors de son passage à Levitation France

Samedi 21 septembre, 16 heures, L'Épée, supergroupe composé d'Emmanuelle Seigner, The Limiñanas et Anton Newcombe, s'apprête à donner le soir même son premier concert officiel en tête d'affiche du festival Levitation France, et ce en avant première de sa grande tournée française prévue en novembre/décembre. Le but de ce show très attendu (et réussi, chronique ici) au Quai d'Angers est de jouer en live les titres du très marquant premier album psyché pop de la troupe, "Diabolique", sorti il y a peu, le 6 septembre. C'est aussi une occasion idéale pour poser quelques questions aux quatre protagonistes du combo, qui sont réunis autour d'une table basse sous une tente située dans l'agréable patio du Quai. Il fait beau et presque chaud, il y a une légère brise, Emmanuelle Seigner, Anton Newcombe, Marie et Lionel Limiñana sont de bonne humeur, souriants et ont envie de parler. Anton est même taquin : entre deux photos prises avec son téléphone, il se foutra gentiment de notre gueule sur twitter pendant l'interview, "à cause" d'une question où on lui demande s'il aime Iggy Pop, le nouveau pote des Limiñanas. L'iguane, un des nombreux sujets abordés dans l'entretien qui suit : Comment vous sentez-vous à quelques heures de votre premier... Lire la suite

Iggy Pop (Festival des Vieilles Charrues 2019)

Critique écrite le 22 août 2019, par lol

Carhaix 19 juillet 2019

Iggy Pop (Festival des Vieilles Charrues 2019) en concert

C'est la quatrième fois en 21 ans que l'Iguane venait arpenter les scènes du festival des Vieilles Charrues. Inconditionnel et fanatique ultime, c'était mon 21ème concert d'Iggy Pop depuis 1992. Pourtant, cette fois ci, j'avais une certaine forme d'anxiété en plus de l'excitation caractéristique qui me saisit avant qu'Iggy n'entre sur scène. A désormais 72 ans, le monstre sacré n'allait-il pas être atteint par la limite d'âge et un déficit d'énergie ? N'allait-il pas faire le concert de trop en se transformant en une parodie de lui-même ? Pour cette 28ème édition des Vieilles Charrues, il était programmé en tête d'affiche sur la grande scène Glenmor pour sa seule performance dans l'hexagone pour cette année 2019, devant près de 70 000 personnes. Contrairement au concert de Tears For Fears qui précédait celui-ci, le public n'était pas uniquement composé d'anciens. Même si ceux-ci jouaient des coudes pour s'approcher au plus près de la scène, la réputation et l'aura légendaire de l'icone de Détroit intriguait probablement la jeune génération, qui s'était déplacé en nombre pour se rendre compte par elle -même de la portée du phénomène. La tension montait lorsque la sono se mit à charrier des aboiements canins, alors que les musiciens prenaient... Lire la suite

Iggy Pop + Julien Doré + Matmatah (Aluna Festival 2017)

Critique écrite le 19 juin 2017, par fred

Ruoms 15/06/2017

Iggy Pop + Julien Doré + Matmatah (Aluna Festival 2017) en concert

Premier jour de la dixième édition du Festival Aluna à Ruoms. Nous débarquons au fin fond de l'Ardèche (et installons notre tente dans un camping à proximité) principalement pour assister à notre X-ième (je n'ai pas tenu le compte, et Lolo mon acolyte encore moins) concert d'Iggy Pop. Problème : les deux dernières fois ou nous l'avons vu ont été les meilleures à mes yeux : aux Nuits de Fourvière en 2015, festival que j'aime tellement que je pourrais y kiffer même un concert de Passe Partout et les Roc Key's (oui, le Passe Partout de Fort Boyard, vous pouvez chercher sur youtube), et le concert privé de Canal Plus pour la tournée Post Pop Depression (un des sommets de ma carrière de fan de concerts). Première impression en arrivant : c'est très sympa. On a affaire à un festival volontairement convivial et familial. L'affiche du week end d'ailleurs assume totalement cette facette, avec à l'affiche des autres soirs M Pokora, Vianney, Renaud, les Vieilles Canailles ou Cali. Marché ardéchois, nombreuses buvettes, snack variés, le tout, il faut le souligner, très bien organisé avec le système cashless. Si on ajoute un espace concert immense et bien foutu, avec une bonne visibilité pour tout le monde, une très belle scène (avec de superbes... Lire la suite

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch (Rock en Seine 2016)

Critique écrite le 07 septembre 2016, par Stéphane Pinguet

Domaine de Saint-Cloud 26 au 28 août 2016

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch  (Rock en Seine 2016) en concert

ROCK EN SEINE 2016, UNE ÉDITION CANICULAIRE ! Si cette quatorzième édition du festival parisien Rock en Seine affichait à première vue une programmation pas très excitante, elle nous a tout de même réservé son lot de surprises. Récit de trois jours musicaux particulièrement chauds. Jour 1: Brian Jonestown Massacre, Two Door Cinema Club, Clutch & The Last Shadow Puppets. C'est avec beaucoup de retard que nous nous rendons sur le site vendredi 26. Il fait beau, très chaud, du coup, on part vite se rafraîchir au bar (mauvaise idée) histoire de ne pas mourir de déshydratation (bonne idée). On regrette un peu de rater les sales gosses de Slaves qui ont apparemment donné un excellent concert. On se rattrape sur Brian Jonestown Massacre, idéal pour commencer cette journée dans le parc de Saint-Cloud. La bande d'Anton Newcombe, en très grande forme, offre une version allégée de sa tournée estivale en SMAC (les Américains jouaient de deux à trois heures), mais tout autant bourrée de tubes ("Servo", "Nevertheless" ou "Anemone"). Voilà une formation qui, comme le bon vin, se bonifie avec le temps! Pendant que les Irlandais de Two Door Cinema Club transforment la grande scène en club géant (avec succès), les Américains de Clutch,... Lire la suite

Iggy Pop : les chroniques d'albums

Iggy Pop : Post Pop Depression

Chronique écrite le 18/03/2016, par Pierre Andrieu

Iggy Pop : Post Pop Depression

En pleine dépression post mort de David Bowie et post attentats de Paris, l'annonce d'une miraculeuse collaboration entre le génial Iggy Pop - collaborateur, influence et ami de Bowie - et Joshua Homme - leader des immenses Queens of The Stone Age, également moitié d'Eagles Of Death Metal et de ce fait durement touché en novembre - agit à la fois comme une bouffée d'air frais, une cure de jouvence et la promesse d'une série de moments rares en compagnie de deux des rock stars les plus passionnantes... Ce qui sera peut-être le chant du cygne de l'iguane, il a en effet déclaré que ce serait sans doute son dernier disque et sa tournée finale, se révèle après plusieurs écoutes comme un authentique coup de maître, les deux hommes s'étant visiblement mutuellement stimulés pour donner le meilleur d'eux-mêmes sur ce Post Pop Depression qui fera date. On pense en effet à une synthèse actuelle et très sexy, entre la période berlinoise d'Iggy et Bowie (les albums The idiot et Lust For Life) et le savoir faire des "Reines de l'Age de Pierre" pour trousser des pop songs musclées mais pas trop. Bref, avec les neuf morceaux qui tuent figurant sur cet opus il s'agit bel et bien d'un rêve humide et pénétrant pour les fans des deux artistes ! Iggy chante... Lire la suite

Iggy Pop : Préliminaires

Chronique écrite le 06/06/2009, par Pierre Andrieu

Iggy Pop : Préliminaires

Vous aimez les chiens ? Vous aimerez le nouvel album jazz n blues d'Iggy Pop inspiré par le livre La possibilité d'un île de Michel Houellebecq, où l'inoxydable auteur d'I wanna be your dog détaille son amour pour la gent canine, une tendresse coupable qu'il partage avec le misanthrope pervers notoire auteur des Particules élémentaires (et Michel Drucker, moins rock 'n roll, lui... ). La connexion peut paraître surprenante au départ mais Houellebecq est grand fan des Stooges et Iggy aime lire des œuvres littéraires un peu provocatrices... Donc tout cela n'est pas si improbable ! Les deux hommes partagent également une réputation de collectionneurs infatigables de groupies, Iggy se faisant un plaisir d'honorer ses fans (au fort tour de poitrine... ) après ses concerts sauvages quand Michel organise, lui, des castings pour son propre film porno après ses concerts avec AS Dragon, quand il ne reçoit pas (en groupe... ) dans sa chambre une fois ses lectures publiques terminées. Hum, hum... Mais nous nous égarons, revenons à ce disque intitulé Préliminaires, un thème trop souvent négligé par les hommes pressés. En bon amant et en gentleman, Iggy Pop sait bien que rouler des mécaniques et hurler, cela provoque le désir sexuel ; mais... Lire la suite

The Stooges : The Weirdness

Chronique écrite le 01/03/2007, par Pierre Andrieu

The Stooges : The Weirdness

Retour majoritairement digne et puissant pour les mythiques Stooges d'Iggy Pop, qui officialisent ainsi par un nouveau disque correct leur réunion scénique réussie... Sans être un chef d'oeuvre absolu comme les albums Fun House (1970), The Stooges (1969) ou Raw Power (1973), The Weirdness est un bon album de punk rock nerveux et racé flirtant malheureusement parfois avec le hard rock inoffensif (She took my money) ou le slow sirupeux et poussif (The Weirdness). Mais l'essentiel est là : de nombreux titres lardés de riffs de blues recyclé signés Ron Asheton, des solos à la "wah wah qui déchire", le chant percutant de Mr Osterberg, les rythmiques "dans ta face" de Scott Asheton et Mike Watt, une production rock n roll signée Steve Albini, sans oublier le sax souvent bienvenu de Steve MacKay. Arrivant après Trollin, You can't have friends et ATM, trois bons rock joyeusement bas du... Lire la suite

Iggy & The Stooges : Live in Detroit

Chronique écrite le 30/09/2004, par Pierre Andrieu

Iggy & The Stooges : Live in Detroit

"Detroit, I Love you ! I'm so fucking glad to be home !" Iggy Pop n'avait plus joué avec les Stooges dans le Michigan depuis 1973, un concert immortalisé sur le fracassant et mythique album live Metallic KO. Forcément, l'heure de la réformation ayant sonné en 2003, le leader du mythique combo est content de jouer à la maison, et ça se voit sur ce dvd pourtant filmé de manière approximative. 30 ans plus tard, on n'entend ni ne voit les canettes de bière se fracasser sur les cordes des guitares mais l'énergie animale des deux premiers albums des Stooges est toujours là. Tel un fakir se contorsionnant sur les clous électriques consciencieusement enfoncés par son groupe, Iggy hurle, baise ses amplis, plonge dans la foule et l'invite sur scène pendant Real Cool time et No fun. C'est un "good fucking... Lire la suite

Iggy Pop : Vidéo







Iggy Pop : écoute