Accueil Imany en concert
Jeudi 23 novembre 2017 : 11715 concerts, 24728 chroniques de concert, 5186 critiques d'album.


Imany pratique une folk soul poignante et accrocheuse... Grande, belle, dotée d'une voix au grain unique, elle conjugue l'art des mélodies simples et toujours émouvantes à une présence troublante.

Imany : vos chroniques d'albums
Site

Imany : tous les concerts

Imany : les dernières chroniques concerts 12 avis

Imany / George Benson (Festival Jazz des Cinq Continents)

Critique écrite le 04 août 2017, par Zulone

Parc Longchamp, Marseille 27 juillet 2017

Imany / George Benson (Festival Jazz des Cinq Continents) en concert

La nuit tombe sur le Palais Lomgchamp, le ciel laisse place à un petit coucher de soleil venté. Dans tout le parc raison les premiers échos de la voix chaude et berçante de la belle Imany. C'est tout en simplicité que la jeune femme nous livre un live festif et touchant. Le mot d'ordre et " Ne jamais s'arrêter de chanter " : Messages humains remplis d'espoir et d'amour et de partage. Décontractée et à l'aise sur scène, Imany nous emporte en sa voix et son charisme fort et naturel. Une très belle reprise de Queen nous est faite, l'émotion est palpable sur scène comme dans le... Lire la suite

Manu Chao, Imany, Keny Arkana, KT Gorique, Professor Wouassa, Orchestre de chambre de Genève, (Paléo Festival 2017)

Critique écrite le 30 août 2017, par Lionel Degiovanni

Paléo Festival , Nyon 23 Juillet 2017

Manu Chao, Imany, Keny Arkana, KT Gorique, Professor Wouassa, Orchestre de chambre de Genève,  (Paléo Festival 2017) en concert

Pour démarrer ce dimanche au Paléo festival de Nyon, je découvre un groupe qui se nomme Professor Wouassa. ce groupe fait une sorte d'afro beat solaire si on peut dire. Professor Wouassa Cela est très étrange. C'est un mélange de jazz avec un brillant mélange de percussions et des guitares grisantes ! Sur scène, ils sont 11 et ils renouvellent la musique de Fela Kuti avec impertinence et décontraction. Entre afro-funk vintage, ethio-jazz et tropicalisme débridé, le groupe nous donne des sueurs et des déhanchements excessifs dès le premier entretien. Garanti sans arnaque vous pouvez signer sans crainte ! Aller voir ce qu'ils font sur leur site professorwouassa.com ainsi que leur facebook : facebook.com/professorwouassa Orchestre de chambre de Genève Dans un registre plus calme, nous avons aussi du côté des arches, l'Orchestre de chambre de Genève qui nous présente les tubes planétaires dans le domaine de la musique classique. Cela est présenté par un comédien qui nous resitue chacune des œuvres. Cela est quand même bien pratique lorsqu'on n'a pas toute cette connaissance bien particulière historique. Chaque morceau est un succès et le public de Paléo ne s'y trompe pas. Tout le monde est... Lire la suite

Interview avec Imany à l'occasion de la sortie de l'album The wrong kind of war

Interview réalisée le 11 avril 2017, par Lily Rosana

Paris Avril 2017

Interview avec Imany à l'occasion de la sortie de l'album The wrong kind of war

La Foi : c'est l'attente d'une réalité que l'on espère. Elle apporte l'idée de confiance et de ferme conviction, de fidélité aussi. En Swahili, la foi se dit "Imany". C'est le nom qu'a décidé de porter la belle chanteuse à la voix grave et chaude. C'est ce nom qui la porte aussi, d'album en album, de coeur à coeur, de bataille en bataille. Après le succès de son premier album "The Shape of a broken heart" (triple disque de platine en Pologne, disque d'or en Italie, disque de platine en France...), celui de la B.O écrite pour le premier film d'Audrey Dana (nldr : "Sous les jupes des fille"s) ainsi que les rebondissements incroyables dans les charts du titre "Don't be so shy", Imany nous revient avec un second opus très réussi : "The wrong kind of war" sous le label de "Think Zik !" Dans cette interview, elle se confie sur ses aspirations, ses convictions, ses certitudes, sa vision de la scène, et sur la douce révolution qu'amène, sur des mélodies chaloupées, son deuxième album... Comment a été écrit l'album "The wrong kind of war" ? Il y avait cette envie d'écrire un beau second album suite au succès du premier. L'album a été créé pendant la tournée de "The Shape of a broken heart" sur une période de deux ans et demi, trois ans. À la... Lire la suite

Imany + Cheick Tidiane Seck + Mélissa Laveaux (Festival Chorus des Hauts de Seine 2013)

Critique écrite le 18 avril 2013, par marieperriere

Magic Mirror, La Défense 10 avril 2013

Imany + Cheick Tidiane Seck + Mélissa Laveaux (Festival Chorus des Hauts de Seine 2013) en concert

Pour ce 5ème jour de concerts, le Festival Chorus nous a plongé dans une ambiance à mi-chemin entre folk et soul pour une soirée aux rythmes métissés. Au programme : Mélissa Laveaux, Cheick Tidiane Seck et l'irresistible Imany. Si la grande majorité de la salle était venue applaudir cette dernière, les premières parties se sont, je crois, révélées être de belles surprises pour tout le monde. Surtout Mélissa Laveaux dont la voix profonde étonne et porte haut des mélodies indie pop teintées de spleen. Arrivée en France en 2008 après avoir grandi à Ottawa, cette jeune chanteuse jongle avec ses influences : Dying is a wild night, son nouvel opus, met en musique ses origines haïtiennes avec une pointe de créole, les paysages du Canada et un goût prononcé pour l'afrobeat. Un petit air de Keziah Jones pour ce bien bel album qui fait voyager entre folk et hip hop. De la prestation de Cheick Tidiane Seck et de ses musiciens, deuxième groupe de la soirée, j'avoue avoir surtout retenu les instruments rigolos. Comme la "guilo" - contraction entre "guitare" et "vélo"- qui méritait bien que j'invente un néologisme rien que pour lui ! Et puis, bien sûr, le chanteur lumineux qui ne se départi jamais... Lire la suite

Imany : les chroniques d'albums

Imany : Sous Les Jupes Des Filles

Chronique écrite le 15/06/2014, par Lily Rosana

Imany : Sous Les Jupes Des Filles

Imany, une voix d'ogresse lui disait-on enfant. Une voix empreinte de soul. Une voix rauque dont l'identité forgée par la cassure des larmes et des rires puissants résonne aux oreilles comme une douce mélancolie. Voilà comment aurait-on dû lui faire comprendre que sa voix monstrueuse d'émotion toucherait des artistes comme Audrey Dana au point de l'écouter tout au long de l'écriture de son premier long-métrage: "sous les jupes des filles". Que grâce à cette voix... Lire la suite