Accueil Interpol en concert
Samedi 16 décembre 2017 : 10872 concerts, 24778 chroniques de concert, 5189 critiques d'album.


Interpol est un quatuor new-yorkais pratiquant un rock sec et incisif marqué par le post punk et Joy Division. Après une pause pour permettre à son leader, Paul Banks, de faire paraître des disques et de tourner en solo, le groupe Interpol est de retour en 2014 et 2015 ! En concert en 2017 pour fêter les 15 ans de la sortie du cultissime premier album d'Interpol, Turn On The Bright Lights.

Interpol : vos chroniques d'albums
Site

Interpol en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Interpol : l'historique des concerts

Me.

06

Sept.

2017

Ma.

05

Sept.

2017

Interpol (Complet) Trianon - Paris 18ème (75)

Di.

20

Août

2017

La Route du Rock en concert
La Route Du Rock Collection été 2017 - Dimanche 20 : Interpol, Ty Segall, Angel Olsen, Mac Demarco, Yak, The Proper Ornaments, The Moonlandingz, Tale Of Us, Petit Fantome, Prieur De La Marne La Route du Rock | The Moonlandingz | Tale of Us | Mac Demarco | Interpol | Yak | Angel Olsen | Ty Segall
Fort de Saint Père - Saint Père Marc en Poulet (35)

Ve.

18

Août

2017

La Route du Rock en concert
La Route Du Rock Collection été 2017 - Pass 3 Jours 18, 19 Et 20 Aout : PJ Harvey, The Jesus And Mary Chain, Interpol, Ty Segall, Dj Shadow, Mac Demarco, Black Lips, Angel Olsen Etc Etc La Route du Rock | PJ Harvey | Mac Demarco | The Jesus And Mary Chain | Interpol | Angel Olsen | Ty Segall | Black Lips | DJ Shadow
Fort de Saint Père - Saint Père Marc en Poulet (35)

Sa.

29

Août

2015

Rock en Seine en concert
Rock En Seine 2015-29 Août: Daho, Gramatik, Ben Howard, Interpol, Jamie XX, Raphael Saadiq, Shamir, Libertines, Maccabees, Stereophonics, Balthazar, Years & Years, Mini Mansions, Young Thug, DBFC, Glass Animals, Forever Pavot, Bianca Casady & the CIA ... Rock en Seine | Etienne Daho | Stereophonics | The Libertines | Interpol | Forever Pavot | Raphael Saadiq | The Maccabees | Ben Howard | Balthazar (Belg) | Jamie XX | Glass Animals | Gramatik | Shamir
Parc de Saint Cloud - St Cloud (75)

Di.

31

Mai

2015

This Is Not A Love Song Festival en concert
This Is Not A Love Song Festival 2015 - 31 Mai : Interpol, Allah-las, Foxygen, Torche, Sleaford Mods, Unknown Mortal Orchestra, Badbadnotgood, Weedeater, The Soft Moon, Viet Cong, Ratking, Teenanger, Bad Breeding, Zun Zun Egui, Drenge, Perfect Hand Crew This Is Not A Love Song Festival | Drenge | Interpol | Appletop | Conger! Conger! | Johnny Hawaii | Torche | Zun Zun Egui | The Soft Moon | Badbadnotgood | Foxygen | Allah-Las | Unknown Mortal Orchestra | Sleaford Mods | Preoccupations | Ratking | Weedeater
Paloma - Nîmes (30)

Sa.

30

Mai

2015

Festival Primavera Sound en concert
Primavera Sound 2015 - 30 Mai : The Strokes, Interpol, Underworld, Caribou, Foxygen, Eels, Mac De Marco, Swans, Einsturzende, Neubauten, Tune Yards, Shellac, Thee Oh Sees, Dan Deacon, Fucked Up, Goastt, Sleaford Mods Etc Festival Primavera Sound | Eels | Kevin Morby | The Strokes | Underworld | Interpol | Einsturzende Neubauten | Shellac | Caribou | Dan Deacon | Fucked Up | Health | Tune-Yards | Thee Oh Sees | Swans | The Goastt | Mac Demarco | Foxygen | Sleaford Mods | Jambinai | Ratking
Parc del Forum - Barcelone

Interpol : les dernières chroniques concerts 34 avis

Ty Segall, Interpol, Angel Olsen, Mac DeMarco, The Moonlandingz, Yak, The Proper Ornaments (La Route du Rock Collection Eté 2017)

Critique écrite le 14 septembre 2017, par Pierre Andrieu

Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo 20 août 2017

Ty Segall, Interpol, Angel Olsen, Mac DeMarco, The Moonlandingz, Yak, The Proper Ornaments (La Route du Rock Collection Eté 2017) en concert

Dimanche 20 août, c'est déjà le dernier jour de La Route du Rock Collection été 2017 au Fort de Saint-Père avec un final en apothéose réunissant des artistes passionnants et en grande forme devant un public très nombreux, encore une fois... Que demande le peuple ? Que La Route du Rock 2018 arrive viiiiiiiiite ! The Proper Ornaments Début classieux à 18 heures 30 avec les popeux un tantinet extraterrestres de The Proper Ornaments, qui délivrent un set très empreint des influences du Velvet Underground et des Byrds, saupoudré de saveurs joliment psychédéliques... Les deux chanteurs/guitaristes et co leaders James Hoare (échappé d'Ultimate Painting) et Max Oscanorld (en congés de Toy) semblent s'entendre à merveille pour tricoter des harmonies vocales entremêlées de mélodies ciselées. Et ce dans le seul et unique but de pousser à la rêverie éveillée. Tout cela est idéal pour démarrer la journée en douceur au milieu de fans énamourés de pop bucolique. Bref, on est bien sur la scène des remparts ! Angel Olsen Oui, Angel, puisque tu le demandes à la fin du premier morceau, on se souvient très bien de ta dernière apparition à la Route du Rock et pour être franc, on commençait à trouver le temps long... Car, en plus... Lire la suite

Interpol + Bad Breeding

Critique écrite le 09 juin 2015, par Cathy VILLE

Le Radiant - Caluire 1er juin 2015

Bad Breeding 20 heures, la sonnerie retenti, il est grand temps d'entrer dans la salle du Radiant pour découvrir la première partie. Les lumières s'éteignent etcs'est parti pour un show qui va s'avérer, comment dire, inattendu, ravageur et surprenant... Pendant 30 minutes, les riffs endiablés défilent à toute allure, entraînés par un chanteur qui va hurler toute sa rage. Dans la salle le public, plutôt étonné, semble s'interroger, ne s'est il pas trompé de jour pour voir le live d'Interpol ? Puis, la surprise passée, il semble plutôt amusé, pas spécialement effrayé par ce qu'il entend. A mon étonnement, personne ne quitte la salle. Car il faut bien avouer que Bad Breeding, c'est ainsi que le groupe se nomme, détonne complètement avec Interpol, la tête d'affiche du jour. . Normalement c'est le calme avant la tempête et bien ce soir c'est la tempête avant le calme. On assiste à un déferlement de sons sauvages et puissants, voire de hurlements, on a à peine le temps de dire ouf, que les 30 minutes sont passées et que Bad Breeding quitte la scène comme il est venu, sans un mot malgré une énergie presque bestiale sur scène. On s'attend à ce qu'un mega pogo se déclenche,... Lire la suite

Thee Oh Sees, Sun Kil Moon, Thurston Moore, Mikal Cronin, Interpol, Giant Sand, Foxygen, Swans, Sleaford Mods, Unknown Mortal Orchestra, The Soft Moon, Viet Cong, Bad Breeding, Weedeater, Torche (This Is Not A Love Song Festival 2015)

Critique écrite le 16 décembre 2015, par Pierre Andrieu

Paloma, Nîmes 29-31 mai 2015

Thee Oh Sees, Sun Kil Moon, Thurston Moore, Mikal Cronin, Interpol, Giant Sand, Foxygen, Swans, Sleaford Mods, Unknown Mortal Orchestra, The Soft Moon, Viet Cong, Bad Breeding, Weedeater, Torche (This Is Not A Love Song Festival 2015) en concert

Après une édition 2014 de rêve, il fallait absolument revenir au This Is Not A Love Song Festival, dont la troisième édition se tenait fin mai à Paloma, à Nîmes, pour assister à la douce montée en puissance de ce rendez-vous désormais noté sur tous les agendas des fans d'indie music. Prog très classe, tarifs modiques, quatre scènes, ambiance à la cool, superbe déco " farniente " et cadre intimiste : une sorte de mini Route du Rock sous le soleil... Changement cette année, la plus grande scène se trouve maintenant dehors au milieu des (vrais) oliviers et des (fausses) pivoines géantes. Swans Quoi de mieux pour entrer de plain pied dans l'édition 2015, qu'un concert des Swans ? Un groupe toujours aussi extrême et jusqu'au-boutiste, et donc précieux justement pour ces deux raisons... Dans la grande salle, les conditions sont idéales pour apprécier les symphonies bruitistes ourdies par le chef d'orchestre Michael Gira en compagnie de ses terrifiants musiciens. Les longs couloirs de bruit blanc succèdent à des passages avec des incantations vocales sataniques, puis à des titres - un peu - plus " classiques ", comme le très noise hardcore " A Little God In My Hands ". Clairement, Swans est en pleine possession de ses... Lire la suite

Arctic Monkeys + Interpol (Festival de Nîmes 2014)

Critique écrite le 11 juillet 2014, par Pierre Andrieu

Arènes de Nimes 8 Juillet 2014

Arctic Monkeys + Interpol (Festival de Nîmes 2014) en concert

Dans le cadre magique des Arènes romaines de Nîmes, Alex Turner et ses justement acclamés Arctic Monkeys n'ont eu aucun mal à triompher tel de classieux empereurs du rock 'n roll en ce 8 juillet 2014, juste après la performance assez décevante des revenants peu affûtés d'Interpol... Compte rendu d'une belle soirée au Festival de Nîmes : Interpol Même s'il y a un peu de vent ce soir, qu'il fait presque frais et qu'on observe quelques nuages dans le ciel, le show proposé dès 20 heures, en plein jour donc, par les très sombres Interpol ne bénéficie pas d'un cadre idéal pour pouvoir être aussi efficace que prévu. Visiblement, le post punk aux humeurs gothiques et dramatiques supporte mal la lumière du jour, surtout si cela est couplé avec un son pas exactement bon... Malgré cela, les tubes torturés et sensibles du combo emmené par Paul Banks (PDA, Slow Hands, Obstacle 1 etc) font de l'effet, rappelant à quel point on a aimé le son des premiers albums des New Yorkais adeptes du " noir, c'est noir ". Une couleur qui semble également à l'honneur sur le peu de titres inédits - assez poussifs - joués lors de cette ouverture de show un peu anecdotique. On attendra la sortie en septembre 2014 d'El Pintor, le nouvel opus, pour savoir... Lire la suite

Interpol : les chroniques d'albums

Interpol : Interpol

Chronique écrite le 07/09/2010, par Pierre Andrieu

Interpol : Interpol

Après la parution de l'album solo du chanteur d'Interpol, Paul Banks, sous le nom de Julian Plenti, les rumeurs allaient bon train sur l'éventuelle fin du groupe post punk new yorkais... Ce ne sera pas pour cette fois (" Damned, encore raté ! ", s'insurgeront les contempteurs du combo marqué au fer rouge par Joy Division) puisque le groupe revient aujourd'hui avec un quatrième album éponyme, un disque pas surprenant pour un sou certes (comme sur ces précédents efforts, le son d'Interpol est identifiable en quelques secondes), mais comportant assez de titres forts pour mériter qu'on s'y attarde. Son crépusculaire, voix lugubre annonçant quelque tragédie en cours ou à venir, arrangements très touffus, mid tempo invitant à se poignarder en pensant à des choses désespérées, titres plus rapides invitant, quant à eux, à enfourcher un puissant véhicule motorisé pour se projeter avec celui-ci contre un mur : Interpol fait du Interpol, sans chercher à bouger d'un iota, sans essayer de modifier la tonalité sur laquelle il souhaite faire vibrer la corde sensible de l'auditeur pour lui donner envie de se pendre (pour de faux !) avec classe... Comme le titre du morceau Always Malaise le suggère, Paul Banks, Sam Fogarino, Daniel Kessler et Carlos... Lire la suite

Interpol : Antics

Chronique écrite le 11/11/2004, par Pierre Andrieu

Interpol : Antics

Après un premier album aussi glacial que fiévreux et une tournée marquante restée dans toutes les mémoires, les new-yorkais d'Interpol remettent le couvert avec un nouvel effort studio - moins immédiat mais se révélant envoûtant - aussitôt suivi par une tournée française en compagnie des prometteurs Bloc Party... Les concerts qui s'annoncent risquent à nouveau de produire un incroyable effet sur les audiences, les titres d'Antics tenant parfaitement la route (comme par exemple l'enchaînement ultra puissant de Slow hands et Not even jail). On ne change pas une formule qui marche, voilà la ligne directrice qui semble avoir prévalu lors des sessions d'enregistrement. Ceux qui ont aimé le premier opus se retrouveront donc dans ces dix nouveaux morceaux de rock tourmenté, inquiétant et évocateur. Si on ne constate pas de grands bouleversements, les quatre dandys d'Interpol semblent plus sûrs d'eux, le niveau global a... Lire la suite

Interpol : OBSTACLE 1

Chronique écrite le 15/03/2003, par Pierre Andrieu

Interpol : OBSTACLE 1

Ce single est extrait du bouleversant premier album d'Interpol, Turn on the bright lights. L'achat de l'album complet semble plus indiqué mais ce single peut permettre aux personnes n'ayant pas encore succombé à cet Himalaya du rock envoûtant de découvrir le magnifique titre...

Interpol : Turn On The Bright Lights

Chronique écrite le 16/10/2002, par Pierre Andrieu

Interpol : Turn On The Bright Lights

Serait-il désormais possible de recréer artificiellement la voix d'une personne défunte avec son ADN ? L'écoute de la voix du chanteur d'Interpol, qui évoque immanquablement Ian Curtis, le laisserait supposer ! Renseignements pris, pas de manipulations génétiques inavouables chez ce groupe originaire de New-York ; Carlos D, Daniel Kessler, Paul Banks et Samuel Fogarino ont sans doute tout simplement été très influencés par Joy Division... Si l'ambiance de ce disque, plutôt hivernale, sombre et d'un romantisme échevelé peut rappeler la grande période de la cold wave des années 80, tout le talent de ces quatre musiciens consiste à injecter du sang neuf dans leurs compositions. On ne peut donc parler de plagiat ou de tribute band, Interpol ayant une véritable personnalité et le... Lire la suite

Interpol : Vidéo

Interpol : écoute