Accueil Jean-François Bonnel en concert
Lundi 16 septembre 2019 : 14157 concerts, 25674 chroniques de concert, 5264 critiques d'album.


Saxophoniste et clarinettiste jazz.

Jean-François Bonnel en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Jean-François Bonnel : l'historique des concerts

Me.

09

Nov.

2016

Jazz sur la Ville en concert
Three Blind Mice & Jean-François Bonnel Jazz sur la Ville | Jean-François Bonnel
Hôtel C2 - Marseille (13)

Sa.

05

Avril

2014

JFB's New Quartet La Cirk'mosphère - Cadenet - Cadenet (84)

Sa.

18

Janv.

2014

Cathy Heiting en concert
Cécile McLorin Salvant & invités Cathy Heiting | Cécile McLorin Salvant | Benjamine Girolami | Alice Martinez | Jean-François Bonnel
Théâtre Comoedia - Aubagne (13)

Jean-François Bonnel : les dernières chroniques concerts 4 avis

Jazzlab 1 Archie Shepp

Critique écrite le 15 mai 2011, par Mcyavell

Salle du Bois de l'Aune - Aix-en-Provence 6 mai 2011

Jazzlab 1 Archie Shepp en concert

Le projet Jazzlab est né à l'automne dernier. Lab comme laboratoire, jazz comme jazz, mais pas que. Si la vingtaine d'élèves du Conservatoire d'Aix justifie amplement cette appellation, la dizaine de jeunes de ce quartier du Bois de l'Aune pourrait revendiquer l'appellation Raplab ou Slamlab. Mais démonstration est encore faite ici que la musique n'a pas de frontière. Au centre, Monsieur Archie Shepp, 74 ans, nous honore de sa présence après avoir animé une master class en quatre étapes à laquelle ont également participé deux autres pointures absentes ce soir : le batteur Steve McCraven et le rappeur Napoleon Maddox. J'espérais secrètement la présence de ce dernier, conquis que j'ai été par sa prestation sur le titre final du merveilleux album de Francesco Bearzatti en hommage à Malcolm X. Archie joue d'emblée du saxophone sur une pièce de jazz avant de poser sa voix sur la suivante. Une chanson qu'il a écrite, nous raconte-t-il dans un perfect french, pour son cousin pris dans une bagarre dans un quartier de Philadelphie. "Moi, je viens d'un quartier. Et dans mon cœur, je suis toujours de ce quartier." Il adopte une attitude de sphynx à l'écoute des productions hétéroclytes qui se succèdent. Des rappeurs locaux... Lire la suite

This Quartet + Cécile McLorin Salvant + Jam Session

Critique écrite le 15 juin 2010, par Mcyavell

Planet Mundo Kfé - Marseille 9 juin 2010

This Quartet + Cécile McLorin Salvant + Jam Session en concert

Encore un moment de grâce au Planet Mundo Kfé. Le charme de la voix de Cécile McLorin Salvant avait déjà opéré lors d'un hommage à Billie Holiday à l'Alcazar puis à la Station Alexandre à l'automne dernier. Cette fois, elle s'attaque au répertoire de Nina Simone en compagnie des résidents du lieu, This Quartet pour leur 32ème Jam Session. Balayons d'emblée les deux seuls reproches que l'on peut lui adresser : pas assez pédagogique et beaucoup trop court. On aurait aimé en effet qu'elle agrémente ses interprétations de quelques tranches de vie, d'autant que Nina Simone a terminé sa vie pas loin d'ici voilà sept ans et que les anecdotes à son sujet sont nombreuses. On aurait souhaité voir cet instant se prolonger au-delà des quarante-cinq minutes proposées. Quelle frustration de voir la magie cesser après seulement cinq morceaux ! Car c'était tendrement beau I Wish I Knew How It Would Feel To Be Free avec le premier solo de Wim Welker qui a passé une bonne partie de la nuit précédente à peaufiner les arrangements. Car c'était rageusement sautillant Mississippi Goddam écrit par Nina Simone après le meurtre de quatre jeunes filles noires, plus rythmé, avec les quatre musiciens qui ponctuaient de "do it slow" le poignant chant de... Lire la suite

Festival de Big Band de Pertuis Jour 2 : Paul Chéron Sextet Invite Nadia Cambours + Ping Machine (Festival de Big Band)

Critique écrite le 09 août 2009, par Mcyavell

Enclos de la Charité - Pertuis (Festival de Big Band) 4 août 2009

Festival de Big Band de Pertuis Jour 2 : Paul Chéron Sextet Invite Nadia Cambours + Ping Machine (Festival de Big Band) en concert

Nuit du 4 août 1789 : Abolition des privilèges. 220 ans plus tard, les privilèges existent encore. J'ai eu celui d'assister à la deuxième soirée du onzième Festival de Big Band de Pertuis. Deux parties bien distinctes : Pour commencer, Paul Chéron Sextet invite Nadia Cambours. Des camions couchés sur l'autoroute les ont fait arriver à la bourre. Le set débute avec une petite demi-heure de retard que nous oublierons vite. Le duo de clarinettes que Paul Chéron nous offre avec Jean-François Bonnel sur le premier titre est de bon augure. Trois créations de Sydney Bechet suivent. Des pièces peu connues revisitées par le sextet : I Had It But It's All Gone Now, What A Dream, Polka Dot Stomp. Paul troque sa clarinette contre un mini saxo, Jean-François la sienne contre un cornet à pistons, toujours pour une même réussite : Sydney Bechet is alive and well in Pertuis. La soirée est déjà réussie. C'est alors qu'arrive Nadia Cambours, robe noire et éventail rouge. Le répertoire change totalement. Middle Jazz time avec un hommage à Billie Holiday (5 titres) qui nous fait découvrir son timbre de voix. Moi qui ai eu le privilège d'entendre Melody Gardot voilà dix jours, je découvre une autre grande voix du jazz, chaude, puissante,... Lire la suite

Cécile McLorin Salvant Quartet (+ Conférence Alcajazz + Séminaire) (Festival Jazz Sur La Ville)

Critique écrite le 17 octobre 2009, par Mcyavell

Salle de conférence de la BMVR Alcazar - Marseille 13 octobre 2009

Cécile McLorin Salvant Quartet (+ Conférence Alcajazz + Séminaire) (Festival Jazz Sur La Ville) en concert

Une conférence le 13, un séminaire le 14. Le Festival Jazz Sur La Ville change de braquet mais l'intérêt demeure. Le mardi en fin d'après-midi la Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale (Alcazar) reçoit François Billard, musicologue pour une conférence "hommage à Billie Holiday" . Rien de bien folichon en apparence. Sauf qu'est conviée Cécile McLorin Salvant et son quartet. Ils illustrent en musique la biographie de Billie Holiday. François Billard sait être concis. Il a choisi les pièces qui illustrent le mieux son propos concernant la vie romanesque de cette artiste. Un roman aux ingrédients glauques (viol, drogue, prostitution, maltraitance, racisme). He's Funny That Way (1937) campe les débuts de Billie Holiday. Strange Fruit (1939) souligne son côté militant. God Bless The Child et All Of Me (1941) illustrent la période de guerre. Lover Man, Don't Explain et Lover Come Back To Me (1944) évoquent sa tumultueuse vie sentimentale. Tous ces titres sont brillamment interprétés par Cécile McLorin Salvant (en concert le 17 à la Station Alexandre toujours dans le cadre de ce festival). Le quartet se les est appropriées avec des orchestrations originales : tout d'abord, beaucoup moins de cuivres. Jean-François "Lester"... Lire la suite