Accueil Johnny Winter en concert
Dimanche 17 décembre 2017 : 10595 concerts, 24778 chroniques de concert, 5189 critiques d'album.


Johnny Winter est l'un des plus grands guitaristes américains de blues-rock de l'histoire. Son style inimitable lui vaut une réputation incroyable auprès des amateurs de blues et de rock. Malgré des problèmes de santé, le génial guitariste texan albinos continue à se produire sur scène.

Site

Johnny Winter en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Johnny Winter : l'historique des concerts

Lu.

14

Juillet

2014

Pura Fe - Johnny Winter Espace Bessieres - Cahors (46)

Di.

25

Mai

2014

Di.

25

Mai

2014

Johnny Winter + 1ère Partie Moloco - Montbeliard (25)

Sa.

24

Mai

2014

Ve.

23

Mai

2014

Je.

22

Mai

2014

The H.O.S.T. en concert
Johnny Winter + The H.O.S.T. Johnny Winter | The H.O.S.T.
L'Usine - Istres (13)

Sa.

06

Juillet

2013

Jazz à Vienne en concert
Blues : Johnny Winter + Sheemkia Copeland + The Robert Cray Band Jazz à Vienne | Shemekia Copeland | Johnny Winter | Robert Cray Band
Théâtre antique - Vienne (38)

Sa.

08

Juin

2013

Johnny Winter Chez Paulette Chez Paulette - Toul / Pagney (54)

Johnny Winter : les dernières chroniques concerts 5 avis

Johnny Winter + The H.O.S.T.

Critique écrite le 27 mai 2014, par Janfi

L'Usine - Istres 22 Mai 2014

Johnny Winter + The H.O.S.T. en concert

En direct de l'Usine à Istres, j'assiste à une première partie du concert de Johnny Winter avec un groupe que je ne connaissais pas du tout et qui m'a vraiment agréablement surpris. The H.O.S.T, ce trio magique marseillais est un groupe de musique Pop/Rock aux influences tirées des groupes mythiques comme Pink Floyd, Led Zep, etc... avec Jullien Amiaud (guitare, chant, clavier), Thomas Campion (batterie, percussions, chœurs) et Vincent Fraschina (basse, chœurs). Même avec une ambiance lumineuse minimaliste, le groupe a su tenir en haleine le public grâce à des morceaux parfois violents dans les solos de guitare au rythme rock soutenu par un Lire la suite

Soundgarden, Magic Numbers, Birth Of Joy, Connan Mockasin, St. Paul and the Broken Bones, Royal Blood, Lyenn, Lee Fields, Warpaint, Dum Dum Girls, Johnny Winter, Heymoonshaker, Lys, Lo'Jo, Superpoze, Ume, Hospital Ships... (Festival South By Southwest - SXSW 2014)

Critique écrite le 20 mars 2014, par Keeponrocking

Austin, Texas 11-15 mars 2014

Soundgarden, Magic Numbers, Birth Of Joy, Connan Mockasin, St. Paul and the Broken Bones, Royal Blood, Lyenn, Lee Fields, Warpaint, Dum Dum Girls, Johnny Winter, Heymoonshaker, Lys, Lo'Jo, Superpoze, Ume, Hospital Ships... (Festival South By Southwest - SXSW 2014) en concert

Mardi 11 mars 2014 : Premier jour du festival musical pour ce SXSW 2014. La ville d'Austin, Texas, est déjà bondée depuis plusieurs jours, prise d'assaut par le festival du film et les conférences sur les nouvelles technologies. Mark Cuban (milliardaire local), Shaquille O'Neal (ex joueur NBA), Lady Gaga, ou Edward Snowden (en conférence depuis la Russie) en ont été les vedettes. Désormais, place à la musique ! On commence à 16h30 dans un bar, le Rowdys, par une grosse claque Soul Rock, St Paul and the Broken Bones. Derrière un "band" jeune et un chanteur à l'apparence pouponne, se cache une petite bombe de groove et d'émotions impeccablement interprétés. Le niveau va être élevé cette année, se dit-on... Après quelques errances et égarements (il faut bien repérer la ville où nous serons pendant 5 jours hein !), la soirée France Rocks, présentée par le Bureau Export attire notre attention. Heymoonshaker, Lys, Lo'Jo, La Femme et Superpoze sont au programme. Nous apprenons que c'est la première fois que la France a une représentation officielle, au même titre que nos amis Canadiens, Australiens, Anglais, Hollandais... Nous ne regarderons pas tout, bien entendu, mais nous noterons la queue d'attente immense, preuve que le... Lire la suite

Johnny Winter + Warren Haynes

Critique écrite le 17 juillet 2011, par Cyko Niko

L'Olympia, Paris 8 juillet 2011

Johnny Winter + Warren Haynes en concert

Johnny Winter, dans l'ombre de sa guitare L'Olympia, une salle qui respecte les artistes et leur public. C'est dans ce cadre de proximité que l'on a pu assister ce vendredi 8 juillet à un concert émouvant d'une légende du blues, Johnny Winter. De la proximité, il en fallait pour cet accidenté de la vie, un bluesman pour qui la musique n'a pas suffit pour rejeter son mal être. En versant dans des paradis artificiels, Johnny Winter a tutoyé le génie, un monde meilleur. Il est aujourd'hui stigmatisé par la rudesse de l'héroïne et ne semble plus s'exprimer que par sa guitare. Le son de son Erlewine Lazer (24 cases) est intact. Sa guitare est au combien étonnante de part son style, sa facture et le son prodigieux qu'un si petit morceau de bois (et quelques micros) peut produire. Il la fait raisonner comme une cloche ; s'il jouait unpluged, cela pourrait être du banjo. Tout est dans l'attaque et dans les cordes. Le son nasal de sa voix et son accent texan qui lui font gober les mots et les paroles sont inimitables. Seul l'homme caché sous son chapeau et tapi dans l'ombre d'une scène sous lumière violacée est méconnaissable. A-t-il les 85 ans de BB-King ? Non, il est né en 1944. Il est juste passé par la décennie 1965-1975. C'est... Lire la suite

Johnny Winter + James Cotton Band (Summerstage 2003)

Critique écrite le 16 juin 2003, par Pirlouiiiit

Central Park SummerStage - New York 15 juin 2003

Apres etre rapdiement jeter un coup d'œil au concert de la veille ou Chris Thomas King pour tâter le terrain je suis revenu en ce dimanche soir pour voir et écouter deux noms qui me disaient vaguement quelque chose ... mais sorti de Bill Deraime (dont je suis fan inconditionnel) et des grands classiques, n'y connaissant absolument rien... bref ce soir c'était Johnny Winter from Beaumont Texas et James Cotton from Tunica Mississipi. Contrairement a la veille il n ;a pas plu de la journée, ils ont donc enlevé les chaises en plastique et tout le monde est assis sur la pelouse synthétique. Plus d'instruments que la veille sur la scene t l'écran géant qui a servi a la projection de The Blues de Martin Scorsese ... par de grands rideaux noirs. Petite présentation de ce week end d'ouverture de SummerStage et des différents sponsors. Puis on nous annonce the James Cotton Band. Trois noirs assez imposant débarquent guitare - basse - batterie et commencent par un long blues instrumental ... le son est bon ... le plus a gauche avec son chapeau chante le second morceau. Bien sympa et puis ... arrive le fameux James Cotton ... plus tout jeune, assez imposant lui aussi, il rejoint assez vite l'une des deux chaises... Lire la suite