Accueil Jungle Fever en concert
Samedi 24 août 2019 : 11646 concerts, 25625 chroniques de concert, 5262 critiques d'album.


Torride, psychotique et sauvage, le trio infernal Jungle Fever va vous inoculer la fièvre du rock'n'roll primitif et le virus du twistobilly démoniaque.

Jungle Fever se présente :Torride, psychotique et sauvage, ce trio infernal va vous inoculer la fièvre du rock'n'roll primitif et le virus du twistobilly démoniaque. Ils déclenchent une tornade électrique d'où s'échappent en hurlant créatures dégénérées et entités cauchemardesques qui vivent dans les marécages urbains et les cités suintantes... Les démons excités du Rock'n'Roll génèrent ainsi une transe vaudou incontrôlable emportant les âmes des damnés vers les ombres grimaçante de la jungle aux milles plaisirs interdits et dangereux!

Jungle Fever : vos chroniques d'albums
Site

Jungle Fever en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Jungle Fever : l'historique des concerts

Sa.

26

Avril

2014

Parabellum en concert
Parabellum + Merci Tarzan + Bustic Plaster + Jungle Fever + the Mec Parabellum | Jungle Fever | Bustic Plaster | Merci Tarzan
Chapiteau - Condom (32)

Me.

15

Janv.

2014

Sa.

16

Nov.

2013

Frustration en concert
Frustration + Jungle Fever Jungle Fever | Frustration
Akwaba - Chateauneuf de Gadagne (84)

Je.

22

Août

2013

Jungle Fever + Accelerator + Hoochie Koochie Baby Jungle Fever | Accelerator
La Salle Gueule - Marseille (13)

Ve.

26

Juillet

2013

Ultrateckel en concert
Ultrateckel, Jungle Fever Ultrateckel | Jungle Fever
Le Musical - Lille (59)

Sa.

04

Juin

2011

Jungle Fever, Cultur Pub Pixie - Lannion (22)

Ve.

03

Juin

2011

Jungle Fever Pixie - Lannion (22)

Je.

02

Juin

2011

Santa Macairo Orkestar en concert
Jungle Fever, Santa Macaïro Orkestar, Ragalendo, Brendan O'treasaigh Santa Macairo Orkestar | Jungle Fever
Le Cellier - Le Bourg (22)

Jungle Fever : les dernières chroniques concerts 3 avis

Mistraal Indie Music : Chokebore, Narrow Terrence, Erevan Tusk, Garciaphone, Jungle Fever

Critique écrite le 25 juillet 2010, par Stephane Sarpaux

theatre de verdure de la rebutte - Barbentane 23 juillet 2010

Mistraal Indie Music : Chokebore, Narrow Terrence, Erevan Tusk, Garciaphone, Jungle Fever en concert

Barbentane, petit village de 3600 habitants au sud d'Avignon. Barbentane, son café chez Henry, sa boucherie, son boulodrome parking, son château et désormais son festival de musiques. Le "music Indie Mistraal Festival" se déroule dans le quartier de la Rebutte. Soit une impasse de 200 mètres de long bordée de charmantes petites maisons avec terrasse sur le devant et qui se termine sur un rond point à flanc de parois de 15 mètres de hauteur. La pierre, jaune sable, constitue donc une sorte d'amphithéâtre naturel qui renvoie un son parfaitement équilibré. Au fond du rond point, une scène en pierre a été aménagé. C'est sur ce site que se déroule traditionnellement des animations estivales, comme pièces de théâtre ou concert classique. C'est en tout cas ce qu'affirme Jeanne, Gisèle et Marthe, trois habitantes du quartier rencontrées sur place qui dépassent les 200 ans à elles trois. "Mais là, c'est pas possible, s'exclame Jeanne, la plus virulente. Depuis ce matin, c'est un raffut pas possible. On n'en peut plus de leur musique de sauvages. Le maire, il a pas intérêt à se montrer sinon, je lui tombe dessus. - Moi, ça fait 55 ans que j'habite ici, et c'est la première fois que ça arrive. C'est pas qu'on est contre des animations,... Lire la suite

Jungle Fever + Lipstick Vibrators

Critique écrite le 15 mars 2009, par Philippe

La Machine à Coudre, Marseille 13 mars 2009

Jungle Fever + Lipstick Vibrators en concert

Encore une soirée pour les punque, dirait-on, et comme d'hab quand c'est Relax'n'Co qui recommande, sauf flemmingite aigüe ou traquenard spécifique, on se radine sans discuter. Premiers à dégainer, Jungle Fever et sa scène tout de peaux de bêtes vêtues (batteries et micro), avec animaux sauvages en peluche - ça pourrait être assez bucolique mais ce n'est que prétexte à une certaine sauvagerie - manger et ne pas être mangé ? Le groupe qui semble avoir attiré sur son nom un public psychobilly (avec par exemple des morceaux de Devil Crockett dedans) pratique en effet divers styles dont le psycho-surf-à-collier-de-Rahan, et autre garage-punkitudes, voire du surf rock à grosse basse. Ce qu'ils appellent du primitive rock'n'roll - pas si mal comme définition, sinon il y avait aussi 'Stray Cats joués par Elektrolux', enfin c'est juste un exemple. C'est donc joué très fort et servi sans réglages sonores particuliers - il y a une butée sur les potards, ça doit servir à ça, non ? Le public spécialisé est assez en joie, ça se pousse même un peu, et même avec des fille qui participent. Pour ma part j'avoue une certaine désinvolture générale ce soir-là, dans la mesure où la salle est peuplée de bons camarades avec qui boire des coups, comme... Lire la suite

La Mort, Last Fucking Delight, Jungle Fever

Critique écrite le 19 janvier 2010, par Y.D

Enthropy - Marseille 16 janvier 2010

La Mort, Last Fucking Delight, Jungle Fever en concert

surprenante soirée dans un lieu très sympa ou la déco est à voir (à admirer, je dirai...,fresque entre constructivisme et 1984). premier groupe: la mort, sorte de black atmosphérique avec larsens et montées lancinantes un rien de hardcore dans le fond, le chanteur souffre pour nous. c'est un rien misanthrope, c'est la mort. du Black sabbath revu et corrigé versus Napalm death. Groupe marseillais formé depuis peu, mais dont les membres viennent de différentes formations. le deuxième groupe, des nantais Last fucking delight : du bon vieux punk bien... Lire la suite

Jungle Fever : les chroniques d'albums

Jungle Fever : Maja Thürüp

Chronique écrite le 08/01/2012, par Philippe

Jungle Fever : Maja Thürüp

Deuxième service pour le trio Jungle Fever, mais cette fois-ci, point de créature dénudée sur la couverture, on passe directement aux singes tueurs qu'on apercevait sur la première : la jungle, c'est dangereux, Madame ! Ne vous y aventurez pas sans la compagnie du chanteur & guitariste Ted Alonzo, du batteur Johnny Ray, ou vous pourriez bien vous faire bouffer à la fin d'une course-poursuite perdue d'avance avec leur Cannibal Lady, comme c'est peut-être arrivé au premier bassiste, remplacé ici par un certain Dane Skandal. D'ailleurs après enquête, le titre Maja Thürüp fait allusion à une nouvelle de Bukowski, charmante histoire d'amour entre une exploratrice promise à la dévoration, et son sauveur, un aimable sauvage affublé d'un méga-penis... Le tout est prétexte à refaire un album tout à fait dans le même esprit que le premier : du rock'n'roll tendance garage/billy, joué par des sauvages aux... Lire la suite

Jungle Fever : Jungle Fever LP

Chronique écrite le 13/06/2009, par Philippe

Jungle Fever : Jungle Fever LP

Le groupe Jungle Fever, déjà aperçu entouré de peaux de bêtes, avec une batterie 100 % tachetée léopard, et avec une panthère noire sur scène, est un trio salace et méchamment percutant de jeunes salopards avignonnais. Il pratique ce qu'il nomme lui même du "primitive rock'n'roll". Entendez, des Stray Cats en version sauvage de la jungle, avec un son suffisamment garage pour pouvoir évoquer aussi les Cramps (les rugissements aidant), et des soli surf que n'aurait pas renié Dick Dale lui-même (Kremlin attack over the World)... Sur scène où tout est joué à fond (avec dans mon souvenir un son proche de Motörhead !), on avait cru entendre du français et en effet, c'est bien leur langue de prédilection, chantée dans une voix outrageusement sixties (cf Sunny Baby ou Shabidoowa - "je pense avouâââ trouvééé l'amoûûûh !") par un... Lire la suite