Accueil Los Tres Puntos en concert
Dimanche 22 octobre 2017 : 12904 concerts, 24657 chroniques de concert, 5179 critiques d'album.


Neuf musiciens qui signent une musique entre ska festif et rock-alternatif. Les textes sont revendicatifs et chantés non seulement en français, mais également en anglais, en espagnol et en italien.
Formé en 1995, Los Tres Puntos viennent de fêter leur dix ans avec la sortie de l'album "10 ans Ferme !" (2006).

Site

Los Tres Puntos : les dernières chroniques concerts 5 avis

Los Tres Puntos par Bloub
La Fleche d'Or - Paris, le 13/02/2004
Je ne connaissais le groupe que de nom avant de les voir, et bon sang quelle claque!!! Un usage parfait des cuivres, des chansons hyper rodées, une vraie osmose entre les musiciens et aussi avec le public et tout ça pour pas cher...parfait parfait!!! De plus les albums sont aussi excellents que le live La suite

PPFC + PEPS + Les yeux Noirs + Los Tres puntos + Syrano + Mon Côté Punk + Kanka par nologo
Université Dauphine - Paris, le 08/05/2008
Pour sa 10ème édition, le festival Music to Rock the Nation a pu bénéficier d'un soleil radieux sur l'université Dauphine. PPFC qui s'est déjà fait remarqué il y a deux ans sur la petite scène ouvre les festivités. Groupe de chanson française un brin festif, PPFC offre une jolie combinaison saxo-violon-violoncelle-piano-guitare. Le côté tzigane... La suite

No Water, les Blerots de Ravel, Los Tres Puntos, Jim Murple Memorial, UHT par Abdehüe
Fac Dauphine, le 08/05/2003
UN concert sous un soleil de plomb mais qui valait la peine quant à sa programmation. Enfin bon trés grosse performance des blérots de ravel qui nous ont fait une petite démonstration de concerts pêchus... Un grand merci aux organisateurs ainsi qu'à tous les artistes... La suite

Los Tres Puntos par Dodo
Piment Rouge à Genève, le 01/11/2001
Un groupe excelent qui met une ambiance énorme c'est de la tuerie. Si tu veux faire une fiesta monstre, vas-y les cuivres sont trop bons. La percu latinos est énorme sans parler du guitariste et surtout du bassiste. La suite