Accueil Mama Rosin en concert
Jeudi 12 décembre 2019 : 10385 concerts, 25839 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.


Le groupe suisse Mama Rosin fait un blues rock cajun zydeko authentique, cradingue et sexy...

Mama Rosin : vos chroniques d'albums
Site

Mama Rosin en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Mama Rosin : l'historique des concerts

Sa.

23

Août

2014

Festival Montesquiou on the Rock's en concert
King Automatic + MFC Chicken + Mama Rosin + DJ Number9 Festival Montesquiou on the Rock's | Mama Rosin
la Halle - Montesquiou (33)

Ma.

20

Mai

2014

Sa.

08

Fév.

2014

Yoyoyo Acapulco en concert
Mama Rosin + Yoyoyo Acapulco + ... Yoyoyo Acapulco | Mama Rosin
Connexion Café - Toulouse (31)

Ve.

24

Janv.

2014

Mama Rosin + Adieu Gary Cooper Rocking Chair - Vevey (ch)

Je.

17

Oct.

2013

Nancy Jazz Pulsations en concert
J. Elliot S. + Moriarty + Mama Rosin + Lilly Wood Nancy Jazz Pulsations | Moriarty | Lilly Wood And The Prick | Mama Rosin
Chapiteau de la Pépinière - Nancy (54)

Me.

16

Oct.

2013

Mama Festival en concert
Moriarty + Mama Rosin + Christine Salem Mama Festival | Moriarty | Christine Salem | Mama Rosin
La Cigale - Paris (75)

Me.

16

Oct.

2013

Mama Festival en concert
Moriarty + mama Rosin + christine Salem Mama Festival | Moriarty | Christine Salem | Mama Rosin
Café La Cigale - Paris (75)

Mama Rosin : les dernières chroniques concerts 3 avis

Paléo Festival 2013 : Neil Young & Crazy Horse + Alt-J + Mermonte + Phoenix + Lou Doillon + Palma Violets + Heymoonshaker + Sophie Hunger + The Lonesome Southern Comfort Company + Mama Rosin + Les clandestines

Critique écrite le 27 août 2013, par Lionel Degiovanni

Paléo festival - Nyon (Suisse) 23 Juillet 2013

Paléo Festival 2013 : Neil Young & Crazy Horse + Alt-J + Mermonte + Phoenix + Lou Doillon + Palma Violets + Heymoonshaker + Sophie Hunger + The Lonesome Southern Comfort Company + Mama Rosin + Les clandestines  en concert

Pour démarrer cette chronique du 38ième Paléo Festival de Nyon, évoquons tout d'abord quelques chiffres... Paléo a vu sa première session en 1976 et depuis, Paléo a accueilli 5 246 154 spectateurs. Pour cette année 2013, 297 spectacles au total en comptant toutes les scènes, 142 artistes et troupes y compris les animations, et une centaine d'artistes programmés sur les 5 scènes; Plus de 4600 collaborateurs, des journalistes et environ 565 professionnels, quelques maisons de disques, et plus de 1200 accrédités, avec 207 médias différents. Les partenaires concernant ce festival sont très nombreux et on les voit un peu de partout sur les nombreux panneaux et affiches présents au sein du festival. Pour continuer la présentation du Paléo pour ceux qui ne connaissent pas, Paléo est une ville dans la ville. Quand on a la chance de voir de l'intérieur tout le fonctionnement de ce grand complexe, on ne peut qu'admirer cette grande machine. Tout y est : tout le système de vidéo, avec de grandes caméras pro, une régie vidéo pour le montage, des équipes qui tiennent un blog, des sessions acoustiques, des interviews, un site toujours mis à jour, le catering, des restaurants où l'on peut trouver de la nourriture du monde entier, le merchandising,... Lire la suite

Lewis Floyd Henry + Mamarosin + Two Gallants (Les Nuits de l'Alligator 2012)

Critique écrite le 25 mars 2012, par coline

La Maroquinerie, Paris 20 février 2012

Lewis Floyd Henry + Mamarosin + Two Gallants (Les Nuits de l'Alligator 2012) en concert

Les trois groupes qui étaient ce soir à l'affiche de cette Nuit de l'Alligator ont tour à tour mis la schizophrénie, la désuétude et l'intensité à l'honneur. Lewis Floyd Henry Les hostilités commencent avec Lewis Floyd Henry, jeune homme à tout faire qui manie guitare, mini batterie et sono sur poussette de façon pas toujours ordonnée mais quoi qu'il arrive toujours surprenante et radicale. Si le début de son set évoquait le blues des rives du Mississippi et la musique des travailleurs des champs de coton, sa performance a progressivement mué vers une sorte de hip-hop hardcore, finissant même par une reprise d'un morceau du Wu Tang Clan des plus hallucinantes qui a quelque peu dérouté le public de la Maroquinerie. Changeant sa voix pour aller de la plus profonde des basses à une sorte de cri rauque et bestial, le jeune homme se plaît à changer de personnages, au sein même de ses chansons, dialoguant avec lui même, invitant ses multiples personnalités à le rejoindre le temps d'un couplet ou d'un refrain. Il n'empêche, même cette dimension quelque peu inquiétante ne détourne pas l'attention que l'on porte à un musicien doué et inventif qui se suffit à lui même pour faire le bruit de huit hommes au moins (peut-être le... Lire la suite

Moriarty meets Mama Rosin

Critique écrite le 12 avril 2013, par Philippe

La Flèche d'Or, Paris 10 avril 2013

Moriarty meets Mama Rosin en concert

Nouvelle virée à caractère professionnel à Paris, et nouveau prétexte à découvrir une salle de concert : notre petit jeu dure depuis plusieurs années maintenant et il nous amuse toujours, plus que jamais même, puisqu'il est à présent établi que la capitale regorge de petites salles jolies, agréables et aux bars même pas forcément inabordables (exemples : Nouveau Casino, Java, Boule Noire...) En route pour la Flèche d'Or donc, 102 Boulevard de Bagnolet, Paris 20ième ! Ce soir, le groupe français Moriarty que je ne connais guère que pour 2 ou 3 titres qui ne seront pas joués ce soir (Jimmy en particulier), invite Mama Rosin, trio suisse de blues champêtre efficace, récemment découvert et récemment chroniqué. Un mot sur la salle d'abord, furieusement sympathique dans son aménagement : c'est une ancienne gare de la petite Couronne parisienne, c'est donc un petit hall traversant avec une verrière de chaque côté, très bien aménagée. C'est très pratique pour bien voir la scène, qui est au milieu, d'à peu près partout. Il n'y a pas marqué "La Flèche d'Or" devant mais quand je me pointe, les deux groupes sont en pleine séance de shooting souvenir à l'extérieur, ce qui donne quand même un sérieux indice... Très belle salle donc, acoustiquement... Lire la suite

Mama Rosin : les chroniques d'albums

Mama Rosin : Bye Bye Bayou

Chronique écrite le 15/03/2013, par Philippe

Mama Rosin : Bye Bye Bayou

A-t'on idée d'être aussi tête-en-l'air... alors qu'on croyait les Suisses réputés pour leur précision horlogère. Les Mama Rosin, trio genevois en activité depuis 2 disques, s'est bêtement pointé, dans un studio où l'attendaient (excusez du peu !) "juste" Jon Spencer & Matt Verta-Ray, avec un accordéon à la place de la guitare rythmique. C'est ballot ! Au prix de l'heure en studio, on allait pas reporter : ils ont donc été obligés de jouer la plupart des riffs à l'accordéon (bon d'accord, on vient d'inventer l'anecdote mais elle nous plaît, alors comme dirait l'autre, print the legend !). Eh bien passé la surprise (certes, Gérard Blanchard l'avait prouvé il y a déjà 30 ans !), l'accordéon dans le binaire, ça le fait grave ! Aussi bien pour jouer le blues (de la langoureuse Mama Don't à la plus speed Paraît qu'y a pas le temps), que pour le rock'n'roll (Sorry Ti Monde, Bye Bye Birdy Black) ou pour du folk'n'roll à tout... Lire la suite