Accueil Manu Dibango en concert
Samedi 22 septembre 2018 : 14539 concerts, 25155 chroniques de concert, 5223 critiques d'album.


Saxophoniste jazz qui mélange à merveille le jazz, le funk et la musique africaine. La World Music naissait à l'aube des années 70. L'Afrique, sous la forme du makossa camerounais, pointait son nez dans la soul, héritière du jazz et du rythm'n blues.

Manu Dibango se présente :Qui sait ? S'il n'était pas né sous le signe du sagittaire, peut-être n'aurait-il jamais eu un tempérament de nomade et le goût de l'aventure. Expédié en Europe dès l'âge de quinze ans, il serait revenu bardé de diplômes.
Touché par la grâce musicale dès ses premières années dans le temple protestant, le petit Manu entre Paris et Bruxelles, au gré des maîtres qu'il se découvre (Armstrong, Ellington, Young, Parker...), des errances dans des lieux où le jazz déchire voluptueusement les nuits, et des rencontres de hasard, va se forger une âme de musicien.
Quand dans l'effervescence de l'Afrique des indépendances, le grand chanteur Kabasele débarque du Zaïre à Bruxelles et lui propose de rejoindre son groupe "L'African Jazz" pour jouer la musique congolaise, Manu relève le défi. Il participe alors à une quarantaine de disques, puis en tournée du côté de Kinshasa.
Un étape déterminante. Une idée germe peu à peu au fil de sa vie de musicien reconnu : inventer un patchwork tissé de conversations riches et fougueuses entre le jazz et les musiques africaines.
Électrique par nature, les oreilles en alerte, en état de veille constant, à l'écoute des sons de son époque - dès 1972, avec SOUL MAKOSSA, premier tube francophone à faire chavirer les States -, Manu va prendre un malin plaisir à détruire les chapelles musicales, bâtir des ponts entre les continents et jeter des passerelles entre la tradition et les sons du futur.
Premier en France à défricher le terrain sur lequel la vague africaine prit ses aises, il enchaîne tournées et albums avec un enthousiasme jubilatoire et chaleureux, s'engage dans des combats humanitaires. Donne un coup de pouce aux jeunes talents. S'emploie à mettre sur partitions les musiques d'Afrique et trouve même le temps d'écrire son autobiographie.
L'heure du bilan ? Certainement pas. A plus de 70 ans, Manu Dibango n'est pas prêt de raccrocher son sax shaker.

Site

Manu Dibango : l'historique des concerts

Di.

26

Août

2018

Manu Dibango Place Gibert (Village) - Gruissans (11)

Ve.

10

Août

2018

Manu Dibango + Quintet T. Galliano Jardin de la Paix - St Jean Cap Ferrat (06)

Sa.

21

Juillet

2018

BCUC en concert
Manu Dibango + Bcuc & Jowee Omicil Surgères Brass Festival | BCUC | Manu Dibango
Chapiteau - Surgères (17)

Sa.

16

Juin

2018

Festival Des Foins en concert
Festival Des Foins - Pass 1 Jour : The Mobs - Manu Dibango - Zoo - Dom Colme Festival Des Foins | Dom Colme | Manu Dibango
Terrain de Football - Saint Germain des Champs (89)

Ve.

18

Mai

2018

Sa.

05

Mai

2018

Sa.

17

Mars

2018

Manu Dibango - Africadelik L'Arc Scene Nationale - Le Creusot (71)

Manu Dibango : les dernières chroniques concerts 5 avis

Manu Dibango (Festival de l'Anche)

Critique écrite le 02 juin 2009, par Mcyavell

Auditorium du Casino des Palmiers - Hyères 29 mai 2009

Manu Dibango (Festival de l'Anche) en concert

C'est fou le nombre de festivals de la région qui viennent de fêter leur dixième édition : festivals musicaux comme Marsatac, le Festival de Big Band de Pertuis, Prog'Sud aux Pennes-Mirabeau, ou laissant une part non négligeable à la musique comme le Festival International du Film à Aubagne, les Correspondances de Manosque... A croire que le mistral à la fin du siècle dernier a soufflé quelques bonnes idées aux bonnes personnes. Ici, c'est dans les champs de cannes qu'il a soufflé. Cette canne varoise avec laquelle sont fabriquées les anches du monde entier. Alors l'idée d'un festival a germé dans l'esprit de Michel Pellegrino. Et depuis dix ans, saxophonistes et clarinettistes se donnent rendez-vous à Hyères pendant un week-end. Ouverture ce soir avec le seul concert payant (16 euros) de ces trois jours. Manu Dibango et le Soul Makossa Gang affichent complet mais des sièges restent curieusement vides dans la partie invités. Le trait d'humour de l'organisateur : "Dire que certains restent les mains sur les hanches pendant que d'autres font vibrer les anches" était-il destiné aux invités absents ? Les spectateurs présents en ont eu pour leur argent. Dans le répertoire proposé, il y en avait pour tous les goûts. Ceux qui... Lire la suite

Marsatac : Manu Di Bango + Selecter The Punisher + Mix Up Bamako + Seun Kuti & Egypt 80 band & Tony Allen + Gilles Peterson

Critique écrite le 26 septembre 2008, par Julien 13RU

Esplanade du J4 - Marseille 25 Septembre 2008

Marsatac : Manu Di Bango + Selecter The Punisher + Mix Up Bamako + Seun Kuti & Egypt 80 band & Tony Allen + Gilles Peterson en concert

Marsatac souffle ses dix bougies... A ce niveau là, on ne parle plus de maturité...on fait partie du paysage... Le J4 pour base, intelligemment aménagé. Ca change des années précédentes. Les organisateurs se sont pris le chou pour faire circuler le spectateur sans le rendre fou et habiller un lieu qui est quand même un des plus beaux cadre pour un festival en France... Jugez plutôt : le port d'un côté avec les Ferrys en partance pour l'Afrique (on va y revenir...) et de l'autre le vieux Port, la bonne mère....Marseille quoi ! Encore quelques petits réglages et tout sera parfait... On a légèrement galéré pour obtenir le Pass Photographe ...On a eu peur de manquer le début de cette première soirée du festival placée sous le signe de l'Afrique, mais notre cher Manu Di Bango nous a attendu.... Quand on parle du loup...il arrive en chantant... Sous un immense chapiteau, ce vieux papy de plus de 70 ans souffle, souffle et souffle encore dans son saxo... Impressionnant. Manu et son band assume pleinement leur métissage Afrique - Occident. Il est entre autres secondé avec brio par un saxophoniste qui n'a pas grand-chose à lui envier, si ce n'est sa longévité, un percussionniste et un batteur qu'on pourrait largement... Lire la suite

Manu Dibango et Ray Lema

Critique écrite le 07 août 2004, par Duarte

Théâtre de verdure de Gémenos 27/07/2004

Cadre superbe pour ce festival dans le théâtre de verdure de Gémenos. Les gradins sont accrochés à la colline au milieu des cigales... Le concert a commencé a la nuit tombée. Beaucoup de monde était venu voir le concert. Manu Dibango et Ray Lema nous ont offert un superbe spectacle en ayant su à merveille mélanger le jazz et la musique africaine. Manu Dibango est rentré sur scène en jouant du sax. Ray Lema était au piano. Pour les accompagner on trouve deux choristes, un batteur, un excellent bassiste et un guitariste virtuose du jeu en cocotte caractéristique de la musique créole. Je... Lire la suite

Manu Dibango

Critique écrite le 09 novembre 2006, par Laurent

Aubagne 18 juin 2005

Pour les milles ans de la ville d'Aubagne les musiciens d'Aubagne, dont je fais partie, se sont rassemblés autour de Manu Dibango et de sa musique afin de fêter comme il se doit le millenaire de la ville. Je peux en témoigner, j'étais à côté de Manu car je suis saxophoniste... Lire la suite