Accueil Nitwits en concert
Mardi 12 décembre 2017 : 10865 concerts, 24770 chroniques de concert, 5187 critiques d'album.


Rock noisy garage. Mélange de punk et noisy, entre Nirvana, Sonic Youth et Queens of the Stona Age. Hurlements, riffs bruitistes, ambiance asile psychiatrique entre bruits de bêtes et chuchotements, riffs incisifs et chaotiques.

Nitwits : vos chroniques d'albums
Site

Nitwits en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Nitwits : l'historique des concerts

Sa.

03

Mai

2014

Birds Are Alive en concert
Vagina Town + Birds Are Alive + Nitwits Nitwits | Birds Are Alive | Vagina Town
La Machine à Coudre - Marseille (13)

Ve.

25

Avril

2014

Langmuir + Mouton brillant + Nitwits Nitwits | Langmuir | Mouton brillant
Le Volume - Nice (06)

Ve.

18

Avril

2014

Di.

23

Fév.

2014

Sa.

15

Fév.

2014

Not' Pain quotidien en concert
Nitwits + La Canne + Not' Pain quotidien + Bas-Arts + Pompier Connard Club Nitwits | Not' Pain quotidien | Pompier Poney Club (PPC) | La Canne | Bas-Arts
La Marmite - Marseille (13)

Sa.

01

Fév.

2014

Sa.

11

Janv.

2014

Blah Blah en concert
Joujou + Nitwits + Blah Blah Nitwits | Blah Blah | Joujou
La Salle Gueule - Marseille (13)

Ve.

06

Déc.

2013

Les Somnambulites en concert
Flat Sixteen + Somnanbulites + Nitwits Nitwits | Les Somnambulites | Flat Sixteen
Crep des Lices - Toulon (83)

Nitwits : les dernières chroniques concerts 26 avis

Blah-Blah + Nitwits + Joujou

Critique écrite le 21 janvier 2014, par Pirlouiiiit

la Salle Gueule, Marseille 11 janvier 2014

 Blah-Blah + Nitwits + Joujou en concert

Les chroniques de concert soit je prends le temps de les faire le soir même sinon en tout cas le lendemain, soit je les laisse trainer plus qu'il ne faudrait. En effet comme je continue à aller voir des concerts (et donc à prendre du retard sur mes chroniques, car n'ayant pas trouvé de binome de plume) je me dis que maintenant ou plus tard quelle différence, l'urgence de l'actualité est passée ... jusqu'au moment où j'en ai tellement en retard (là 7 concerts) que ce n'est plus possible et je me fais violence pour les faire avant d'aller voir quoi que ce soit d'autre. Il y a donc 10 jours je suis allé à la Salle Gueule ... salle qui a une belle programmation mais que je ne fréquente pas assez (une seule fois en 2013) surement en partie parce qu'elle se situe juste quelques centaines de mètres plus loin que les autres (par rapport à chez moi). Ce soir 2 groupes locaux dont je n'ai pas vu de sets complet depuis un moment (Blah-Blah et Nitwits) et un de Paris que je ne sais rien : Joujou. A mon arrivée Blah-Blah vient d'attaquer. En descendant bien vite au sous sol (en prenant garde de ne pas glisser) je reconnais les paroles de Petit Chef ... En arrivant en bas je suis agréablement surpris par le public (assez fourni !) et par le volume... Lire la suite

Rue du Rock #1 (Festival Phocea Rocks) : Blah Blah + Mechanical Breed + Street Wanderer + Sicilian Disasters + 2014 + Memento Mori + Nitwits + Larsen Autist + Crumb + Redlight + Ed Mudshi + Partisan + Sobers + Panda Mojo + Fencies + Frozen Yellow Spot ...

Critique écrite le 26 juillet 2013, par pirlouiiiit

la Rue du Rock - Marseille 05 juillet 2013

Rue du Rock #1 (Festival Phocea Rocks) : Blah Blah + Mechanical Breed + Street Wanderer + Sicilian Disasters + 2014 + Memento Mori + Nitwits + Larsen Autist + Crumb + Redlight + Ed Mudshi +  Partisan + Sobers + Panda Mojo + Fencies + Frozen Yellow Spot ... en concert

De toutes les dates du festival Phocea Rocks celle ci était sans doute la plus culottée (plus que d'avoir fait passer 13 groupes locaux en un soir à l'Espace Julien) sinon en tout cas la plus originale. Le concept faire jouer un maximum de groupes dans des garages ou commerces de la rue Consolat (rebaptisée pour l'occasion Rue du Rock) ... Après moults péripéties organisationnelles (choix de la date, partenariat, sponsors, autorisation de fermer la rue, assurance, sécu, lieux ou groupes qui se retractent, ...) nous voici vendredi 05 juillet à 16h entre gens qui ne travaillent pas (ou qui ont pu prendre leur vendredi après midi) pour célébrer le rock marseillais avec une grosse vingtaine de groupes qui donneront donc des sets d'une grosse trentaine de minutes dans 5 lieux, de bas en haut : le garage de Marsatac, le Pole Info Musique (PIM), le garage de Thomas, le Resto du Midi et Casa Consolat. C'est Blah Blah qui attaque au PIM ... Hervé et Pierrot sont en forme et le son et bon Du coup les textes sont beaucoup plus intelligibles que lors de leur concert de la semaine dernière à la Machine à Coudre. Rentre dedans, sous un influence Béruriers Noirs assumée et même revendiquée, le sourire au lèvre il enchainent leurs titres devant... Lire la suite

Departure Kids, Lo, La Flingue, Magnets, Reliques, Soma, 25, Nitwits, Elektrolux, Rescue Rangers, Crumb, Conger! Conger!, Binaire (Festival Phocea Rocks)

Critique écrite le 06 juin 2013, par pirlouiiiit

Espace Julien, Marseille 31 mai 2013

Departure Kids, Lo, La Flingue, Magnets, Reliques, Soma, 25, Nitwits, Elektrolux, Rescue Rangers, Crumb, Conger! Conger!, Binaire (Festival Phocea Rocks) en concert

En complément de la chronique de Philippe, quelques lignes sur chacun des groupes vus ce soir là ... Departure Kids (prévus de 19h à 19h30 au Café Julien) : ils commencent avec un peu de retard (un gros quart d'heure) c'est à dire 5 minutes avant LO sur la grande scène. On ne peut pas leur en vouloir les portes viennent juste d'ouvrir et en cette fin de semaine les gens tardent un peu à arriver. Angoissé à l'idée que LO joue devant personne dans la grande salle je ne reste même pas assez longtemps pour faire une photo réussie (mais j'ai vu que Pixxxo était là donc ça va). Par rapport à la dernière fois que je les ai vu au Poste à Galène la couleur des cheveux du chanteur a changé ... leur determination et leur plaisir à être sur scène non. LO (prévu de 19h20 à 19h50 à l'Espace Julien) : ils attaquent à l'heure ! Avec 13 groupes à l'affiche on ne peut pas se permettre de tout décaler ... du coup il n'y a pas grand monde. Pourtant ils jouent à fond. Profitant du bon son et belles lumières de l'Espace ils ont donné un set impeccable et conquis quelques nouveaux fans ! Set très énergique pour ne pas dire énervé (dans le bon sens du terme) et pour finir en douceur leur chanson "calme" dont je suis très fan. Pour plus de détails lire... Lire la suite

(mon) Festival Phocea Rocks 2013 : Departure Kids, Lo, Reliques, Soma, Nitwits, Crumb, Conger! Conger!, Binaire

Critique écrite le 01 juin 2013, par Philippe

Espace Julien, Marseille 31 mai 2013

(mon) Festival Phocea Rocks 2013 : Departure Kids, Lo, Reliques, Soma, Nitwits, Crumb, Conger! Conger!, Binaire en concert

Rhaââââ les cons ça ose vraiment tout, décidément, la phrase d'Audiard ne vieillira jamais. Prenez Vince & Gina par exemple, un couple d'activiste musicaux à Marseille. Quand on les voit déambuler déguisés en égyptiens antiques, sous la pluie et au troisième jour des Eurockéennes à Belfort (ils sont à peu près les seuls déguisés ce jour-là sur 30 000 personnes), alors qu'on sait qu'ils sont venus en train de Marseille et qu'ils dorment au camping, et qu'en plus ils vous avouent fièrement qu'ils ont mis un déguisement différent pour chaque journée... On ne peut pas s'empêcher de se dire qu'ils sont quand même un peu tarés. Un déguisement le premier jour quand il faisait beau, c'était pas assez, les enfants, mmh ? Ben non. Pareil, quand ils se sont mis en tête d'organiser un festival à Marseille en 2013 pour marquer Marseille Capiculmachinchose, une date, c'était pas assez : ils en ont prévu 6 ou 7. Et pour organiser un truc comme ça à peu près sans argent, une salle amie (Machine à Coudre ?) pour le lancement c'était pas assez ? Ben non, ils ont voulu l'Espace Julien. N'importe qui de censé aurait prévu, allez, deux groupes, ou trois à la limite pour l'ouverture, pour pouvoir gérer correctement le truc, voir si ça roulait, se roder... Lire la suite

Nitwits : les chroniques d'albums

Nitwits : Le Marécage De La Mélancolie

Chronique écrite le 28/04/2009, par Zeu Western Manooch

Nitwits : Le Marécage De La Mélancolie

Au même titre que Watine, il n'y pas si longtemps, les Nitwits sont de ces groupes qu'on aime suivre à la trace. A la différence près que ce coup-ci c'est plutôt grâce au son dingue d'une basse pétaradante qu'on a retrouvé leur route. Le Marécage de la Mélancolie , leur nouvelle sortie est tout ce qui a de plus ravageuse : bruit et fureur déclinés en douze titres dont la production chiadée - ça nous change un peu là - , pousse le bouchon encore plus loin dans la boucherie sonore. Rageurs et toujours aussi bouillants, les Nitwits sont certainement parmi les plus beaux défenseurs d'une forme malheureusement trop marginale d'exercice musical, une pratique extrême qu'on se plait à appeler... Lire la suite

Nitwits : Le Marécage De La Mélancolie

Chronique écrite le 18/12/2008, par Philippe

Nitwits : Le Marécage De La Mélancolie

Au moins trois ans déjà que le tonitruant Death to Lo-fi des Nitwits nous décrasse régulièrement les cages à miel - quand le groupe ne nous scotche pas au mur du fond de la Machine à Coudre ou d'ailleurs ! Parce que certes ils sont doués sur scène, mais on l'entend aussi sur disque ! De toutes façons si les Nitwits ne faisaient pas de la musique, ils tueraient probablement des gens - on a donc pas perdu au change, même si en live, on a quand même toujours vaguement l'impression qu'ils essayent de nous exploser la gueule ! Parce qu'ils s'y amusent comme des fous alors que leur musique est juste... monstrueuse : hurlements continus, le plus souvent aïgus et avec une chambre d'écho pas possible, basse psychopathe, duende metalloïde dans la guitare et fracassage de batterie (surtout sur le terrifiant Sgt Rosco). Ils n'aiment pas les étiquettes, alors on ne dira pas qu'ils font une sorte de hum, noisy death punk, ni qu'on pense à des Pixies très en pétard au début de Keratectomie (et aux Melvins à la fin), au... Lire la suite

Nitwits : Wild Cat

Chronique écrite le 04/06/2007, par Pirlouiiiit

Nitwits : Wild Cat

Après le très bon concert de l'autre soir à la Machine à Coudre je me devais d'écouter le nouveau single des Nitwits : Latin Lover ! Je le fais avec d'autant plus de plaisir que ce titre est accompagné de trois autres morceaux "bonux". Latin Lover commence par un son volontairement 80s à la Cure mais attention uniquement la guitare casserolesque, avant de repartir à la Nitwits, c'est-à-dire à 100 à l'heure, pour un morceau qui au final swinge comme du Sabo mais avec la rage d'un Sloy. Wild cat qui... Lire la suite

Nitwits : Death To Lo-fi

Chronique écrite le 26/01/2005, par big smelly toe

Nitwits : Death To Lo-fi

Nitwits a enfin sorti un album, tiré à 500 exemplaires, et ceci pour le bonheur de tous ceux qui les ont déjà vus en concert. Ce groupe inclassable mélange tous les styles, naviguant du punk/hardcore sur 1:33 et Z, jusqu'aux ambiances éthérées, limite post-rock de Slave, cf son chant aérien, et Sirènes. Et puis comment résister aux merveilles post-punk que sont Wake Up (le single, à mon avis, de l'album), ou Ollanda, qui semble tout droit sortir du premier LP des Cure. Les guitares sont incisives, le chant varie beaucoup, entre... Lire la suite