Accueil Prettiest Eyes en concert
Vendredi 28 février 2020 : 10818 concerts, 25934 chroniques de concert, 5287 critiques d'album.


Basé à Los Angeles et signé sur Castle Face Records, le label de John Dwyer (Thee Oh Sees), Prettiest Eyes est un très stimulant et totalement barré groupe de synth punk/garage psyché... En concert en France en 2018 et 2019 pour présenter les albums Pools et Volume 3.

Site

Dernière news

Prettiest Eyes en concert à Petit Bain et en tournée [Le 17/02/2020] Toujours déchaîné sur scène, le groupe de krautrock psyché Prettiest Eyes sera en concert à Petit Bain, à Paris, le 24 mars 2020 et en tournée partout en France en mars 2020 ! Chroniques et dates ici : La suite

Prettiest Eyes : tous les concerts

Prettiest Eyes : les dernières chroniques concerts 5 avis

Sleaford Mods, Civic, Shifting Sands, Prettiest Eyes, Dewaere, Listener, St. Morris Sinners, Moody Beaches, Cathédrale, Draught Dodgers (Binic Folks Blues Festival 2019)

Critique écrite le 13 août 2019, par Pierre Andrieu

Ville de Binic 28 juillet 2019

Sleaford Mods, Civic, Shifting Sands, Prettiest Eyes, Dewaere, Listener, St. Morris Sinners, Moody Beaches, Cathédrale, Draught Dodgers (Binic Folks Blues Festival 2019) en concert

Après deux jours absolument parfaits (chroniques ici), le Binic Folks Blues Festival 2019 prend fin le dimanche 28 juillet avec une dernière salve de concerts tout à fait indiqués pour ceux qui apprécient les vibrations rock and roll, qu'elles soient issues du blues, de la folk, du punk, du hip hop, voire du hip punk (on pense aux Sleaford Mods !). Super prog ne générant aucun temps mort, cadre idéal en bord de mer, ambiance de dingue avec 20 000 personnes au taquet, c'est parti pour le jour 3 à Binic  ! Shifting Sands Les choses sont placées sur d'excellents rails dès le milieu de l'après midi (16h45) avec le groupe Shifting Sands qui emmène tout le public réuni devant la scène de la Banche dans sa barque folk rock. Ne tenant pas en place sur son tabouret, le chanteur et leader Geoff Corbett déclame ses textes un tantinet désespérés d'une voix qui charrie moult émotions. Les ambiances crées sont majoritairement calmes et folk (la formation évolue en format batterie, guitare folk, six cordes électriques et claviers/choeurs) mais il y a parfois de brusques accès de violence qui font tout le sel de ces chansons toujours au bord du précipice. Autre point fort de Shifting Sands, l'apport de la douce voix féminine, qui répond de... Lire la suite

Beechwood, Death Valley Girls, Prettiest Eyes, Mod Con, Listener, Moody Beaches, Saba Lou, Draught Dodgers, Guadal Tejaz, The Kill Devil Hills, Knuckle Head (Binic Folks Blues Festival 2019)

Critique écrite le 11 août 2019, par Pierre Andrieu

Ville de Binic 27 juillet 2019

Beechwood, Death Valley Girls, Prettiest Eyes, Mod Con, Listener, Moody Beaches, Saba Lou, Draught Dodgers, Guadal Tejaz, The Kill Devil Hills, Knuckle Head (Binic Folks Blues Festival 2019) en concert

Après une première journée de fort bon aloi (c'est un euphémisme, c'était gé - nial comme entrée en matière !) au Binic Folks Blues Festival 2019, on poursuit nos pérégrinations entre les trois scènes de La Cloche, de Pommelec et de La Banche le samedi 27 juillet. Même si les têtes d'affiches de Sleaford Mods sont attendues pour le lendemain, c'est aujourd'hui que l'affluence sera la plus forte, avec pas moins de 35 000 personnes sur le site, au bord de l'asphyxie en fin de soirée. Mais pas vraiment de désagréments pour autant, que du bonheur d'être là au milieu d'une foule aussi à fond pour le rock 'n roll ! Knuckle Head On se réveille de manière brutale avec les énervés de Knuckle Head, un duo de heavy blues limite metal qui déboîte sa mère (si je puis m'exprimer ainsi... ). Le batteur tatoué cogne comme un véritable taré, son acolyte à la guitare et au chant hurle comme un loup garou pas très commode, ce spectacle est donc réservé aux amateurs de plaisirs violents. La preuve : il y a une tête de bouc sur le pied de micro... A 16 heures et à jeun, c'est un peu dur pour nous. Ceci dit, le public de Pommelec est déjà à fond, lui. Quelle santé ! Draught Dodgers L'heure du véritable réveil sonne avec l'électrisante... Lire la suite

Prettiest Eyes (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019)

Critique écrite le 05 juillet 2019, par Pierre Andrieu

Paloma, Nîmes 1er juin 2019

Prettiest Eyes (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) en concert

Samedi 1er juin, minuit, Nîmes, la dernière journée de TINALS 2019 touche à sa fin et l'on commence à être passablement chaud (on vient de s'enquiller cul sec Fontaines D.C., Warm Drag, Rendez-Vous, Shame et Low)... C'est bien évidemment le moment que choisit Prettiest Eyes pour en remettre une couche en jetant des tonnes d'huile sur le feu de la scène Mosquito. La foule réunie sur le site de Paloma est, comme nous, à température et, comme prévu, le show "synth punk Kraut garage disco indus" des Sud-Américains se révèle être un truc de malade mental. Car Pachy García, Marcos Rodríguez et Paco Casanova n'ont vraiment pas fait le déplacement pour rien, ils se démènent comme des beaux diables au chant, à la batterie, à la basse et aux synthés. Et ce qui devait arriver arriva : comme à Levitation en septembre 2018, c'est l'hystérie collective, tout le monde cède aux injonctions soniques débridées du trio basé à Los Angeles. Le site est en feu devant l'un des sets les plus percutants du week-end, Prettiest Eyes maîtrisant l'art et la manière de créer un cocktail super explosif avec très peu d'ingrédients. Cette sorte de grand messe vaudou idéale pour se livrer à des séances de baise intensive (pas là, hein, plus tard)... Lire la suite

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2019, 3-3 : Rocky Controlo, Shonen Knife, Wednesday Campanella, Mormor, Fontaines D.C., Mick Strauss, Warm Drag, Rendez-vous, Shame, Prettiest Eyes, Johnny Mafia

Critique écrite le 02 juin 2019, par Philippe

Paloma, Nîmes 1er juin 2019

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2019, 3-3 : Rocky Controlo, Shonen Knife, Wednesday Campanella, Mormor, Fontaines D.C., Mick Strauss, Warm Drag, Rendez-vous, Shame, Prettiest Eyes, Johnny Mafia  en concert

C'est déjà le troisième jour du This Is Not a Love Song Festival #7, et ni la météo (superbe - tempête de ciel bleu pour tous les Tinaliers), ni l'ambiance (délicieuse - festival bucolique pour toutes les Tinalières), n'ont changé autour de la sublime salle Paloma de Nîmes ! On a néanmoins pris le temps avant de revenir, entre autres de ramener l'enfant chez lui (via son diner préféré, bien sûr, celui sur l'autoroute après Arles), mais aussi par exemple, de faire une bonne sieste réparatrice... Tant pis (et désolé) pour les Jim Younger's Spirit, groupe folk psyché sympa de Marseille, qu'on a donc un peu abandonné à cuire au soleil sans nous. Ce qu'auraient davantage mérité les deux zigues de Rocky Controlo (mais eux jouaient à l'ombre, au patio) : hip hop électro idiot, avec un grosassent gardois, souligné par des déguisements débiles. Mystère de la programmation (très stylée par ailleurs) : un pari perdu ? Des amis à qui faire plaisir peut-être ? C'était sans doute drôle à un certain degré, mais on ne l'a jamais atteint : il a fallu mettre fin de toute urgence à cette purge quand ils se sont mis à brailler du Marc Lavoine. Et non, on ne dira pas quel titre, pour ne pas se faire leur complice et pire, transmettre aux lecteurs un... Lire la suite

Prettiest Eyes : Vidéo





Prettiest Eyes : écoute