Accueil Rémy Decrouy en concert
Samedi 18 novembre 2017 : 11885 concerts, 24718 chroniques de concert, 5185 critiques d'album.


Guitariste et compositeur.

Rémy Decrouy en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Rémy Decrouy : l'historique des concerts

Je.

31

Mars

2016

Ve.

06

Juillet

2012

Charlie Jazz Festival en concert
Perrine Mansuy Quartet + Dave Holland Electric Quartet + La Nouvelle Collection Charlie Jazz Festival | Dave Holland | Perrine Mansuy | Marion Rampal | Rémy Decrouy | Eric Harland | Craig Taborn | La Nouvelle Collection | Xavier Sanchez | Kevin Eubanks
Domaine de Fontblanche - Vitrolles (13)

Rémy Decrouy : les dernières chroniques concerts 4 avis

Perrine Mansuy Rainbow Shell

Critique écrite le 01 avril 2016, par pirlouiiiit

Cri du Port, Marseille 31 mars 2016

Perrine Mansuy Rainbow Shell en concert

Puisque je n'aurai pas plus de facilité à écrire cette chronique plus tard autant le faire à chaud. Alors mettons les choses au clair, même si je commence à avoir pas mal de recul, sinon en tout cas une vision d'ensemble assez complète de la scène jazz (j'en vois un peu en j'en annonce beaucoup via la newsletter Liveinmarseille) pour autant je suis toujours autant incapable d'en parler, dans la mesure où ne connaissant pas les standards je ne suis pas toujours capable de distinguer les compos des reprises ... Bref ce soir, je ne voulais pas rater ce concert de Perrine Mansuy, surement le premier nom qui me vient comme musicienne jazz à Marseille (comme chanteuse ça serait probablement Marion Rampal ou Helene Malka) que je n'avais pas vue depuis un moment. Ce soir elle était là pour fêter la sortie de son nouvel album Rainbow Shell dans le temple (au sens propre puisque c'est un ancien temple protestant) du jazz à Marseille. Cette fois je me gare un peu plus loin que devant la salle et j'arrive alors que le concert a déjà commencé. Je dis " elle " car c'est elle qui a fait les compositions du disque, mais bien evidemment elle n'était pas seule et ce soir sont présents à ses côtés (de gauche à droite sur scène) : Eric Longsworth au... Lire la suite

Charlie Jazz Festival 1/3 : Dave Holland Electric Quartet + Perrine Mansuy Quartet + La Nouvelle Collection

Critique écrite le 08 juillet 2012, par mardal

Domaine de Fontblanche - Vitrolles 6 juillet 2012

Charlie Jazz Festival 1/3 : Dave Holland Electric Quartet + Perrine Mansuy Quartet + La Nouvelle Collection en concert

Première soirée du Charlie Jazz Festival, à Vitrolles, dans le très beau Domaine de Fontblanche. La Nouvelle Collection, Perrine Mansuy Quartet et Dave Holland Quartet se partagent l'affiche. La soirée débute en douceur : on déambule benoîtement sous d'immenses platanes rangés, entre le discours des officiels : organisateurs, maire de Vitrolles, l'apéro et buffet, offerts pour l'occasion, l'espace est décoré par des artistes, par des enfants, des chaises longues proposent leurs toiles accueillantes aux dos paresseux, un autre espace est dévolu aux repas et boissons, où de nombreuses tables se remplissent peu à peu. Et mine de rien, les deux premières heures passent sans qu'on s'en aperçoive, agrémentées par la musique itinérante de La Nouvelle Collection (celle très classieuse de Karl Lagerfeld peut-être : leurs costumes noirs sont parfaits), un quartet ambulant qui se déplace au pas cadencé et que l'on croise au gré d'un va-et-vient aléatoire, et de nombreuses stations improvisées. Leur musique aussi est aléatoire, qui navigue du funk au groove, revient au traditionnel, toujours rythmée, enthousiaste et entraînante. La Nouvelle Collection : Daniel Zarb, guitare, chant  / Jérôme Dufour, saxophone ténor / Christophe Azema,... Lire la suite

Jazz A La Tour 4/5 : "Django Et Rien D'Autre !" + Perrine Mansuy Quartet "Vertigo Songs" + Laure Donnat & Lilian Bencini Duo "Gloomy Sunday"

Critique écrite le 19 août 2010, par mcyavell

Château de la Tour d'Aigues 14 août 2010

Jazz A La Tour 4/5 :

La pluie a rafraîchi l'atmosphère en ce samedi après-midi. La porte du Château est close malgré l'heure dépassée du début prévu du premier concert. On entend les balances des disciples de Django à l'intérieur. C'était le moment ou jamais d'utiliser la fanfare chargée d'égayer le site. La Fanfarine (j'en parlerai demain) n'arrivera pourtant qu'après une demi-heure d'attente, au moment où les festivaliers s'agaçaient d'être traités comme des usagers de la SNCF, pâtissant d'un retard sans aucune information... Perrine Mansuy Quartet "Vertigo Songs" Depuis que je connais la date de ce spectacle, j'essaie d'éviter d'en savoir quoi que ce soit. J'aime les surprises et celle-ci est prometteuse : association de Perrine Mansuy, pianiste aérienne vue dans le Christian Brazier Quartet et de Marion Rampal, (en)chanteuse pour laquelle ceci sera mon huitième coup de cœur. Et le deuxième pour Perrine Mansuy, donc. Car ce sont ses compositions que le quartet, complété par Jean-Luc Difraya (percussions) et Rémy Decrouy (guitare, laptop) va interpréter. Des mélodies subtilement interprétées au piano comme Wandering Dreams qui inciteront nombre de spectateurs à fermer les yeux pour mieux s'en imprégner. Une douce sérénité s'en échappe.... Lire la suite

Rosa

Critique écrite le 26 février 2009, par Mcyavell

L'Intermédiaire - Marseille 25 février 2009

Rosa en concert

Malgré mes précautions (j'arrive avec un bon quart d'heure de retard à l'Interpour ne pas patienter trop), j'ai le temps de boire mon punch tranquille avant le début du set. Il m'est servi avec une paille noire et un agitateur fluo. Le bar a déjà bien fonctionné vu le nombre de clients agitant leur stick coloré et Rosa n'a pas encore commencé. Soirée expérimentale : je ne connais rien de ce groupe et les trois premiers morceaux ne m'encouragent pas à essayer de le connaître davantage. Je fais toutefois l'effort de rester. C'est trop fouilli pour moi : dans un même morceau, ils arrivent à me faire penser l'espace de quelques secondes à Emir Kusturica, au Velvet, à Lene Lovitch, à Frank Zappa et au Mystère des Voix Bulgares ! Scéniquement, les quatre musiciens font le boulot et la chanteuse Emilie bouge bien. Et puis les morceaux deviennent plus accessibles - ou mon oreille s'habitue, allez savoir - et je commence à apprécier. Notamment le merveilleux The Gift dont le final avec Emilie et les deux guitares, toutes les trois excitées en diable, est un grand moment. C'est l'heure de la pause, les fumeurs vont sur le trottoir, je reprends un punch - z'ont plus d'agitateur :-( - et le groupe vend son disque fraîchement... Lire la suite