Accueil Rien en concert
Dimanche 10 décembre 2017 : 10641 concerts, 24767 chroniques de concert, 5187 critiques d'album.


Formation post-rock qui délivre ne musique à tiroirs psychédélique, expérimentale, pointue, folle, travaillée,...

Rien : vos chroniques d'albums
Site

Rien en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Rien : l'historique des concerts

Sa.

29

Nov.

2014

Ve.

28

Nov.

2014

Je.

27

Nov.

2014

Rien + Ed Wood Jr La Péniche - Lille (59)

Sa.

05

Avril

2014

Rencontres Entre Les Mondes en concert
Rencontres Entre Les Mondes #10 : L'Etrangleuse, Blurt, Rien, Von Kids, ... Rencontres Entre Les Mondes | Rien | Blurt | L'Etrangleuse
Centre Culturel - Chabeuil (26)

Sa.

05

Avril

2014

Rencontres Entre Les Mondes en concert
Trio Fantazio + Rien + Blurt..... Rencontres Entre Les Mondes | Rien | Blurt
Centre Culturel - Chabeuil (26)

Ve.

20

Déc.

2013

Sa.

02

Nov.

2013

Rien + Centenaire + King Qiv Point Ephémère - Paris (75)

Sa.

26

Oct.

2013

Rien : les dernières chroniques concerts 5 avis

(mes) Eurockéennes 2010 3/3 : Rien, Gallows, Julian Casablancas, LCD Soundsystem, Wovenhand & Muzsikas, Empire of the Sun, Massive Attack

Critique écrite le 06 juillet 2010, par Philippe

Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert 4 juillet 2010

(mes) Eurockéennes 2010 3/3 : Rien, Gallows, Julian Casablancas, LCD Soundsystem, Wovenhand & Muzsikas, Empire of the Sun, Massive Attack en concert

Le samedi, c'est par ici ! Se remotiver pour le dimanche est toujours une petite épreuve. Outre le sentiment de satiété qui finit généralement par apparaître après deux grosses journées de festival, c'est là que le corps du (largement) trentenaire a tendance à lui rappeler qu'il n'est plus un petit con de 20 ans capable d'enchaîner les journées comme qui rigole, en dormant 3 heures au camping. Quand en plus on a rien à lui proposer en entrée... Enfin Rien, le groupe quoi ! Un groupe français de post-rock assez plaisant, à 2 batteries mais pas de chanteur, avec guitares planantes au son stratosphérique, et du Korg saturé. Leur set assez court comporte de très bons passages noise, mais se finit curieusement sur un morceau plus lent, un peu mou. Au final on les a trouvés un peu autistes quand même - quelqu'un leur a interdit de dire merci ou au-revoir peut-être ? Retour sous chapiteau, à la fraîche, pour un set très énervé des Gallows, des lads punk angliches en t-shirt blanc cintré, avec de vraies tronches à claques (bon, cela étant, on a pas vraiment envie de les faire chier...) qui jouent du metal avec un son lorgnant sur l'indus. Par moments, on pense à Ministry (London is the reason, jouée dès le début). Ils sont emmenés par un... Lire la suite

RiEN

Critique écrite le 26 mars 2004, par Sylvain

Bistroy (Lyon) 24 Mars 2003

Rendez-vous à 22h au Bistroy. Ouais, tu parles, ça va encore être encore la galère pour se garer et puis de toutes façons le concert commencera à la bourre et on sera 12 dans la salle. Tout ça pour voir quoi ? Rien en plus (Notez le jeu de mots subtil). Mauvaise langue que je suis. Après seulement 2 tours du quartier, on a finalement posé la voiture à portée d'oreille du Bistroy. On entre et là, stupeur, on découvre que la salle est pleine. Le bouche à oreille a donc bien fonctionné pour RiEN, groupe atypique venant de Grenoble, oscillant entre GSYBE et le Pink Floyd pre-Mur. 22h30 : le concert commence. Enfin le concert, c'est vite dit puisque trois trublions prennent place au centre de la scène et commencent à exploser une pile de disques à grands coups de marteau, le tout dans... Lire la suite

Dee Lorelei + Playdoh + Kafka + Rien (Les Volcaniques de Mars 2004)

Critique écrite le 08 mars 2004, par Pierre Andrieu

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 3 mars 2004

Dee Lorelei, Playdoh, Kafka et Rien avaient été conviés à la première soirée des Volcaniques de Mars 2004 dans le club de la Coopérative de Mai. Comme chaque année lors de ce festival, le public a pu découvrir sur scène des artistes débutants, peu commerciaux voire carrément expérimentaux dans leurs démarches. Déjà en bonne forme sur la grande scène de la Coopé pour les découvertes du Printemps de Bourges, le jeune groupe clermontois Dee Lorelei a donné un brillant concert en interprétant les morceaux de son premier album éponyme. Le public - plutôt nombreux - a donc eu tout le loisir de découvrir les multiples facettes du trio... Après une intro inquiétante sur le morceau Got any Porno (à base de sample de film), la set list a permis de pénétrer le mystérieux univers de Dee Lorelei. Les troublants My Love et My Slave, l'arabisant My Lover, les bouleversants et épurés Lone et Another home, les glaçants Hide & seek et Controversial talking ou encore le puissant U Want me ont impressionné par leur côté aventureux et original... Dans un style évoquant les grandes heures de Sonic Youth, Playdoh a produit un effet saisissant sur son auditoire. Après quelques passages post rock, l'arrivée d'un chanteur dont la voix rappelle Marc A.... Lire la suite

Rien + L'Amicale Underground

Critique écrite le 10 mai 2003, par TOMA

L'Entre-Pot, Grenoble 30 avril 2003

Tout pour Rien ! Rien est le groupe que l'on a pu découvrir ce soir pluvieux de printemps à l'Entrepot, presque unique salle Rock de Grenoble. Et paradoxalement, comme cette pluie après tant de soleil, Rien est beaucoup. On pourrait les classer hativement formation "post rock" mais leur musique est plus avant-gardiste que "post". Rien refuse le cloisonnement, et ce en cultivant multiples sonorités au sein d'un univers évoquant autant un Mogwai apaisé, un Manta Ray cuivré que un Morphine sous Tranxen... A l'écoute de "Requiem pour des barroqueux", on saisit peu à peu l'essence de Rien mais certains pourraient craindre une prestation scénique appauvrie : tant cuivres, voix et bidouillages électroniques invités participent à la genèse sonore du trio originel. Mais il n'en est rien. Ils maitrisent la scène avec des mains de maitres et les prestigieux "orchestrateurs de l'ombre" (bientôt dans la lumière) n'ont pas manqué à l'appel. On retiendra Julien Brotel, auteur compositeur à surveiller, et trois membres... Lire la suite

Rien : les chroniques d'albums

RIEN : REQUIEM POUR DES BAROQUEUX

Chronique écrite le 12/05/2003, par Monsieur F.

Rien : "Requiem pour des baroqueux" (Un Dimanche) Il y a tant à dire sur Rien (le groupe et le collectif) et sur ce premier album ! Dans la géométrie musicale, Rien a opté pour le cube, une structure quadrangulaire solide, égalitaire. La pochette de l'album se déploie tout autant que la musique de Rien, jeu de construction intelligent qui, lui, va bien au-delà de l'objet cubique. Il concilie l'inconciliable, le temps linéaire (cf. les nombreuses progressions) et le temps cyclique (que rendent, entre autres, les thèmes et arpèges de guitares ou les samples jamais malvenus). Les sons électriques, les interférences sont utilisées avec soin et subtilité, intégrées sans complexes et avec habileté dans la structure musicale même des compositions. Ainsi rythment-elles les morceaux, comme des soupires, des crissements, des ricanements ou des... Lire la suite