Accueil La Rubia en concert
Samedi 24 août 2019 : 11646 concerts, 25625 chroniques de concert, 5262 critiques d'album.


Une grande danseuse flamenco proche des traditions gitanes.

La Rubia se présente :Originaire de Marseille, c'est auprès des gitans du sud de la France qu'elle esquisse ses premières "pataitas por buleria". La Rubia, baptisée ainsi par La Tati de Madrid, se produit sur les plus belles scènes françaises : Théâtres Toursky, Gyptis, Châteauvallon, Monaco, Festival de Mont de Marsan, Docks des Suds... Il y a cinq, La Rubia décide de s'installer à Jerez de la Frontera. La semaine suivant son arrivée, Juan Parrilla l'engage pour danser tous les soirs dans son tablao jerezano "el Lagà del Tio Parrilla" et elle est programmée au Festival de Jerez. Acceptée et reconnue par les artistes jerezanos, sa carrière devient rapidement internationale : Japon, Pologne, Belgique, Hollande, Maroc, Grèce... La Rubia a un style traditionnel et instinctif allié à un sens de la créativité qui reflètent une personnalité sincère et authentique. C'est une artiste de grand tempérament, élégante et gracieuse, généreuse en énergie et en émotions.

Site

La Rubia en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

La Rubia : l'historique des concerts

Di.

09

Avril

2017

Flamenco A Trois La Meson - Marseille (13)

Sa.

02

Juillet

2011

La Rubia Place Stalingrad - Marseille (13)

Ve.

20

Mai

2011

Festival international du Flamenco La Rubia | Alejandra Cortes
Théâtre Toursky - Marseille (13)

Sa.

16

Avril

2011

Sa.

18

Déc.

2010

Tablao Flamenco La Meson - Marseille (13)

Ve.

17

Déc.

2010

Tablao Flamenco La Meson - Marseille (13)

Ve.

01

Oct.

2010

Ve.

02

Juillet

2010

La Rubia & Maitreyee Mahatma La Meson - Marseille (13)

La Rubia : les dernières chroniques concerts 4 avis

La Rubia & Maitreyee Mahatma : Quand le silence crie

Critique écrite le 06 octobre 2010, par Roohakim

Cité de la Musique - Marseille 1er octobre 2010

La Rubia & Maitreyee Mahatma : Quand le silence crie en concert

La Meson, sympathique structure de la rue Consolat qui programme régulièrement des soirées flamenco ou de musiques indiennes, présente ce soir la première représentation publique de "Quand le silence crie" création chorégraphique Flamenco et Kathak. Bonne idée d'avoir choisit la Cité de la musique, car l'acoustique est plutôt bonne et la salle respire une certaine chaleur même si on me glisse à l'oreille que ça n'a rien avoir avec la Cité de la musique parisienne. Bah oui sans doute question de budget pas de goûts... Les puristes sont peut-être resté chez eux car le spectacle de ce soir mixe deux cultures : le Kathak qui est une danse classique du nord de l'Inde et le flamenco espagnol. Cette création est en effet née de la rencontre de La Rubia et de Maitreyee Mahatma à La Meson, lors d'un tablao flamenco en 2008. Maitreyee Mahatma est une jeune indienne, danseuse de Kathak, qui partage son temps entre Paris et l'Inde et La Rubia est une danseuse marseillaise de flamenco fortement influencée par l'entourage gitan de son enfance et ses séjours dans le sud de l'Andalousie. Elles sont accompagnées par trois musiciens d'origines diverses là aussi : Nabankur Bhattacharya aux tablas et chant, Emmanuel Cremer au violoncelle... Lire la suite

Kabbalah feat. La Rubia

Critique écrite le 25 septembre 2010, par Pirlouiiiit

La Meson - Marseille 10 septembre 2010

Kabbalah feat. La Rubia en concert

Il est assez rare qu'un programme comme celui de ce soir se déroule comme prévu. 19h apério japonais avec Maki au Lollipop, 20h reprise des sessions h de Hervé André, 20h30 ouverture de la saison à la Meson, et 21h sortie du disque de Devilish Piranhas au Desperado (à quelques numeros de la Meson). Tous ces évènements étant bien " entrée libre ". Évidemment nous sommes un peu en retard à Lollipop et nous allons directement vers la rue Consolat. Pour fêter l'ouverture de la saison, la Meson a bien sûr inviter Kabbalah groupe qu'ils produisent aussi. Je ne suis pas vraiment surpris de voir un paquet de gens qui stationne devant l'entrée (et pas que des fumeurs). C'est en effet bien sûr archi complet. La Meson est pleine à ras bord et je sentirai une immense bouffée de chaleur juste en me mettant devant la porte ouverte. Au moment où je passe ma tête à l'intérieur (le temps d'une chanson) les Kabbalah ont été rejoints par La Rubia danseuse flamenco aussi habituée du lieu. Son surgissement semble assez improvisé si on en juge par le fait qu'elle est en civil. Superbe ambiance, véritable communion entre les deux groupes et le public médusé. J'imagine que le répertoire de ce soir était composé en grande majorité des nouveaux titres qui... Lire la suite

La Rubia + Alejandra Cortes

Critique écrite le 16 février 2009, par Emmanuel Bighelli

Espace Julien - Marseille 13 Février 2009

La Rubia + Alejandra Cortes en concert

Mon excitation était grande vendredi soir à l'idée de me rendre à l'Espace Julien. Il s'agissait en effet de ma première chronique + shooting pour Live in Marseille. Mais il s'agissait en réalité d'une double première puisque je n'avais jamais assisté à un spectacle de flamenco jusque là, excepté celui donné fin 2004 par Paco de Lucia au Zenith de Toulon, qui ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable. L'ex-compagnon de route de John McLaughlin et Al di Meola , pas très en forme ce soir là, avait été d'une discrétion étonnante... Fort heureusement, les musiciens, chanteurs et danseurs qui l'accompagnaient avaient "fait le boulot". L'occasion m'était donc donnée de parfaire ma culture "flamenquiste" en assistant au spectacle donné par La Rubia dont, je l'avoue humblement, j'ignorais tout avant de me rendre sur son site internet (www.larubiaflamenca.com ). Toutefois, une phrase de sa biographie m'avait frappé : "elle le vit et en donne le frisson..." Alléchant, non ? C'est donc l'esprit ouvert et curieux que je me suis rendu à l'Espace Julien et, manifestement, celle qui fut directrice artistique du Tablao "el Boleco" de Marseille de septembre 1997 à janvier 2004 a laissé un grand souvenir à ses pensionnaires puisque la salle... Lire la suite

Christina Rosmini, La Rubia, Radio Tarifa (Festival Métissons 2005 2/2)

Critique écrite le 02 août 2005, par Céline

Théatre de la Sucrière, Marseille 30 juillet 2005

Le 30 juillet Christina Rosmini, La Rubia, Radio Tarifa Le début c'est par là ! Aprés un rendez-vous presque raté (merci pour les bouchons les supporters marseillais !NdPh : Et tout ça pour prendre 2-0 en plus), nous arrivons enfin au Théatre de la Sucrière où la fatigue se fait sentir! L'Amphithéâtre est presque plein, il y a plus de monde que la veille (je pensais que ce serait le contraire...). Christina Rosmini, marseillaise et espagnole d'adoption, chante en français, arabe et espagnol. Elle nous rappelle l'époque ou l'Andalousie était à la fois juive, musulmane et catholique, prospère et en paix! Puis viennent des chansons plus guillerettes, notamment celle de la "nanana de l'analyse" où elle nous peint les bienfaits des divans. Elle est toute mignonne, drôle (un côté Annie Cordy un peu, sympa comme tout). Elle enchaine des sévillanes et des rumbas et fait descendre le public sur l'avant-scène. Bref, voilà un soirée qui s'annonce bien. On est un peu déçues d'avoir raté le début avec Carole! Aprés Christina, voilà les musiciens et chanteurs flamenco qui arrivent sur scène. Antonio Negro est venu accompagner La Blonde! Il y a également un bassiste et un percussioniste (qui peut me donner le nom de... Lire la suite