Accueil Sleaford Mods en concert
Jeudi 26 avril 2018 : 10527 concerts, 24960 chroniques de concert, 5211 critiques d'album.


Composé de Jason Williamson (paroles) et d'Andrew Fearn (musiques), Sleaford Mods est un très remonté groupe anglais de punk hip hop ou d'électro post punk, c'est selon. En concert en France en 2017 pour jouer en live l'album English Tapas ! Sleaford Mods est en concert à la Gaité Lyrique à Paris le 23 mai 2017 et en tournée en France en 2017 puis 2018...

Sleaford Mods : vos chroniques d'albums
Site

Sleaford Mods : l'historique des concerts

Ma.

24

Avril

2018

Sleaford Mods + Massicot Massicot | Sleaford Mods
Epicerie Moderne - Feyzin (69)

Sa.

21

Avril

2018

Sleaford Mods + Massicot Massicot | Sleaford Mods
Barbey Rock School - Bordeaux (33)

Ve.

13

Avril

2018

Me.

11

Avril

2018

Sleaford Mods + Massicot Massicot | Sleaford Mods
L'Aéronef - EuraLille (59)

Sa.

26

Août

2017

Rock en Seine en concert
Rock En Seine 2017-26 Août : Pj Harvey, The Kills, Fakear, Jain, Peter Peter, Band Of Horses, Her, Timber Timbre, Girls In Hawaii, Lee Fiedls, Vince Stapales, Sleaford Mods, Ulrika Spacek, Thérapie Taxi,Little Dragon, Colombine, Ibibio Sound Machine... Rock en Seine | Her | Jain | Fakear | Fuzzy Vox | Timber Timbre | Little Dragon | Lee Fields | The Kills | PJ Harvey | The Jacques | Vince Staples | Sleaford Mods | Peter Peter | Band Of Horses | Frustration | Girls In Hawaii
Parc de Saint Cloud - St Cloud (75)

Di.

16

Juillet

2017

Dour Festival en concert
Dour Festival 1 Jour : Jessie Reyez - Taïro - Naâman - Metronomy - PNL - Justice - Zwangere Guy - Demi Portion - Lorenzo - Damso - SCH - Talib Kweli & The Soul Rebels - Tchami - TroyBoi - Malaa - Mickey... Dour Festival | French 79 | PNL | Meatbodies | Jon Hopkins | Demi Portion | Naâman | Chassol | Dixon | Taïro | Metronomy | Justice | Lorenzo | Carl Craig | Sch (Mathafack) | Tale of Us | Sleaford Mods | Deap Vally | Kink | Hanni El Khatib | Young Fathers | Talib Kweli | Mo'Kalamity & The Wizards | Adam Beyer | Dub Addict Sound System | Millionaire | Manu Le Malin
Site Festival - dour

Me.

24

Mai

2017

Sleaford Mods : les dernières chroniques concerts 4 avis

(mon) Rock en Seine 2017 : DBFC, Lysistrata, Timber Timbre, The Kills, Frustration, Sleaford Mods, Deluxe, Ty Segall, Mac Demarco

Critique écrite le 28 août 2017, par Philippe

Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud 28 août 2017

(mon) Rock en Seine 2017 : DBFC, Lysistrata, Timber Timbre, The Kills, Frustration, Sleaford Mods, Deluxe, Ty Segall, Mac Demarco en concert

Hélas, trois fois hélas, l'été se termine déjà, puisque son marqueur de fin, le toujours aimable festival Rock en Seine (15 ans déjà ! on a pas vu le temps passer depuis les White Stripes en 2004, notre première venue...), est arrivé. Dernière occasion estivale pour les jeunes parisiennes en fleur de compléter leur collection de selfies sur fond vert ! Pour notre part, une fois de plus on y vient en mode relativement touristique, intégrant la chose dans un agréable week-end parisien globalement ensoleillé. Pour cette fois, ce sera donc "seulement" un samedi complet (mais sans PJ Harvey, puisque c'était elle qu'on aime moins qu'au siècle dernier, ou Frustration qu'on adore dans celui-ci...), et un dimanche après-midi en famille. Le site, agréable, est égal à lui-même, entre beaux arbres du parc, churros gonflables ... et gobelets de 47 cl. Tout au plus peut-on remarquer que l'affiche et surtout ses têtes, ne sont pas vraiment à tomber à la renverse d'originalité cette année, mais peu importe. Après une entrée hyper smooth (pas de queue, fouille cool, accueil sympa, bière disponible en tendant à peine un bras dûment pré-chargé en Cashless), on commence en compagnie de DBFC, des français pratiquant une électro-pop sympa, et poseurs... Lire la suite

Sleaford Mods + Mark Wynn + Massicot

Critique écrite le 29 mai 2017, par Pierre Andrieu

La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand 24 mai 2017

Sleaford Mods + Mark Wynn + Massicot en concert

Après le garage psyché de Thee Oh Sees début mai et juste avant le noise rock de Shellac (immanquable le 31 mai !), La Coopé offre une nouvelle affiche de rêve dans son club avec l'imparable punk hop des Sleaford Mods, toujours très en forme en live ! Mais en attendant l'arrivée de la tornade en provenance de Nottingham (servie avec un déluge de postillons et moult " you fat bastards ", " cunt ", " fuck " etc), deux premières parties ont été conviés par la tête d'affiche, l'excellent trio noise Massicot, qui met admirablement dans l'ambiance punk du soir, puis le potentiellement très bon Mark Wynn, qui fusille consciencieusement son set en solo en faisant n'importe quoi (strip tease, tortillage de cul, sketchs débiles, chansons coupées, mime sur des chansons de Bowie etc... ), ce qui fait oublier ses morceaux bien foutus entre hip hop et folk... Bref. Ce " léger " moment de flottement assez surréaliste est vite oublié dès que Jason Williamson et Andrew Fearn apparaissent sur scène, sans autre mise en scène que de faire la même chose que ce qu'ils feraient au pub en bas de chez eux : Jason est habillé en jogging et se saisit de son micro, tandis qu'Andrew (qui a " discrètement " demandé via twitter dans l'après midi si quelqu'un... Lire la suite

(mes) Eurockéennes 2015, 1/2 : Grunge, Ibeyi, Seasick Steve, The Bawdies, Etienne Daho, Bo Ningen, Sleaford Mods, Major Lazer, Foxygen, Chemical Brothers

Critique écrite le 06 juillet 2015, par Philippe

Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert 4 juillet 2015

(mes) Eurockéennes 2015, 1/2 : Grunge, Ibeyi, Seasick Steve, The Bawdies, Etienne Daho, Bo Ningen, Sleaford Mods, Major Lazer, Foxygen,  Chemical Brothers en concert

Et soudain, le doute saisit le chroniqueur, déferlant sur son esprit tel une armée grimaçante et marronnasse de Wildlings revenus d'entre les morts, franchissant le Mur écroulé en ricanant, piétinant le corps encore chaud de l'infortuné... pouf, pouf. Bref, le chroniqueur se dit : Et si j'arrêtais de chroniquer ces putain d'Eurockéennes ? Ca va quand même faire la 22ième année d'affilée, ce n'est pas raisonnable de s'entêter à écrire de telles chroniques d'environ 140 lignes par journée, à l'heure où l'on perd l'attention de la plupart des gens, surtout les plus jeunes, après 140... signes. Les quelques commentaires amicaux reçus chaque année (enfin, surtout les meilleures années !) étaient quand même assez loin des rêves de gloire immarcescible auxquels son style fougueux et surtout jamais bavard (hum) semblait pourtant le destiner... Et puis à quoi bon continuer à essayer, après avoir écrit l'an dernier, certainement la plus belle introduction de chronique de festival de toute son existence ? D'autant que sur le papier, cette édition 2015 était très largement la moins engageante dont on puisse se souvenir ! Ne s'est-on pas esclaffé en lisant les premiers noms annoncés à l'hiver dernier ? Et ceci alors que d'autres festivals de... Lire la suite

Thee Oh Sees, Sun Kil Moon, Thurston Moore, Mikal Cronin, Interpol, Giant Sand, Foxygen, Swans, Sleaford Mods, Unknown Mortal Orchestra, The Soft Moon, Viet Cong, Bad Breeding, Weedeater, Torche (This Is Not A Love Song Festival 2015)

Critique écrite le 16 décembre 2015, par Pierre Andrieu

Paloma, Nîmes 29-31 mai 2015

Thee Oh Sees, Sun Kil Moon, Thurston Moore, Mikal Cronin, Interpol, Giant Sand, Foxygen, Swans, Sleaford Mods, Unknown Mortal Orchestra, The Soft Moon, Viet Cong, Bad Breeding, Weedeater, Torche (This Is Not A Love Song Festival 2015) en concert

Après une édition 2014 de rêve, il fallait absolument revenir au This Is Not A Love Song Festival, dont la troisième édition se tenait fin mai à Paloma, à Nîmes, pour assister à la douce montée en puissance de ce rendez-vous désormais noté sur tous les agendas des fans d'indie music. Prog très classe, tarifs modiques, quatre scènes, ambiance à la cool, superbe déco " farniente " et cadre intimiste : une sorte de mini Route du Rock sous le soleil... Changement cette année, la plus grande scène se trouve maintenant dehors au milieu des (vrais) oliviers et des (fausses) pivoines géantes. Swans Quoi de mieux pour entrer de plain pied dans l'édition 2015, qu'un concert des Swans ? Un groupe toujours aussi extrême et jusqu'au-boutiste, et donc précieux justement pour ces deux raisons... Dans la grande salle, les conditions sont idéales pour apprécier les symphonies bruitistes ourdies par le chef d'orchestre Michael Gira en compagnie de ses terrifiants musiciens. Les longs couloirs de bruit blanc succèdent à des passages avec des incantations vocales sataniques, puis à des titres - un peu - plus " classiques ", comme le très noise hardcore " A Little God In My Hands ". Clairement, Swans est en pleine possession de ses... Lire la suite

Sleaford Mods : les chroniques d'albums

Sleaford Mods : English Tapas

Chronique écrite le 03/04/2017, par Pierre Andrieu

Sleaford Mods : English Tapas

Idéal pour attaquer une journée du bon pied ou faire passer au second plan en début de soirée toutes les inepties vues et entendues chaque jour que Dieu fait (c'est une expression, pas de panique... ), le nouvel album des impayables Sleaford Mods agit à la manière d'une salvatrice purge à base de hip hop mâtiné de post punk servi avec accent working class anglais à couper au couteau et moult " fuck off ", " you fat bastards ", " twat " etc etc... On ne change pas une formule gagnante et donc, fort intelligemment le trapu et très punchy Jason Williamson - bravo pour la coupe de cheveux au bol ! - et le longiligne et " flottant " Andrew Fearn - super t-shirt " Still hate Thatcher " ! - réitèrent avec un mode opératoire plus ou moins similaire : Jason dégueule façon kalachnikov des textes bien tranchants tandis que son pote Andrew appuie sur play pour envoyer des tracks basées sur des lignes de basse et... Lire la suite

Sleaford Mods : Divide And Exit (chubbed Up)

Chronique écrite le 05/03/2015, par Philippe

Sleaford Mods : Divide And Exit (chubbed Up)

Ah, les gracieux 'lads' que voilà ! Ladies & Gentlemen, please meet the Sleaford Mods ! Dont le nom lui-même est sans doute déjà une boutade (autant que la coupe de cheveux du leader, peut-être). Sleaford est en effet un trou paumé d'Albion que même G----- Maps a du mal à retrouver, et les Mods, on ne vous apprend rien, sont ces très jeunes gens ultra-apprêtés et chics des grandes villes et de la côte méridionale anglaise branchée (époque Kinks/Who), aujourd'hui disparus. Ces deux grossiers personnages (un mécano, un vocaliste) dont rien ne prouve qu'ils aient changé de sous-vêtements cette semaine, semblent au contraire de joyeux lurons débraillés, quadragénaires bien sonnés, et qui récolteront peut-être bientôt sur scène un succès bien mérité sur la base de ce disque et d'un autre, plus court mais tout aussi efficace, Chubbed Up, également sorti en 2014... Avec une diction d'enfer, James Williamson, une bière à la main, mitraille à la vitesse de la lumière ce qui semble une engueulade issue d'un film de Ken Loach ou de Stephen Frears, avec un accent à couper au sabre-laser, tandis qu'Andrew Fearn, casquette vissée sur les yeux (également une bière à la main), envoie du gros son à travers un laptop hors d'âge. Et c'est tout ? Et c'est... Lire la suite

Sleaford Mods : Vidéo





Sleaford Mods : écoute