Accueil Skate Gang en concert
Lundi 16 septembre 2019 : 14157 concerts, 25674 chroniques de concert, 5264 critiques d'album.


Punk rock. Ex Dolipranes

Site

Skate Gang en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Skate Gang : l'historique des concerts

Sa.

14

Sept.

2013

Modern Pets + Skate Bang + Tommy & The Cougars with Heart Skate Gang | Modern Pets | Tomy & The Cougars
La Machine à Coudre - Marseille (13)

Ve.

02

Sept.

2011

Les Jolis en concert
Les Jolis + The Dolipranes Les Jolis | Skate Gang
La Machine à Coudre - Marseille (13)

Ve.

11

Fév.

2011

Johnny Boy en concert
Johnny Boy + The Dolipranes Skate Gang | Johnny Boy
La Machine à Coudre - Marseille (13)

Di.

17

Oct.

2010

Mystik Motorcycles en concert
Mystic Motorcycle + The Dolipranes + Modern Pets Mystik Motorcycles | Skate Gang | Modern Pets
La Machine à Coudre - Marseille (13)

Me.

12

Mai

2010

Mystik Motorcycles en concert
Mystik Motorcycles + The Saturnians + Les Dolipranes Mystik Motorcycles | The Saturnians | Skate Gang
Oméga Live - Toulon (83)

Ve.

05

Mars

2010

The Dolipranes + Sons of Mabuse Skate Gang | Sons of Mabuse
La Machine à Coudre - Marseille (13)

Lu.

14

Déc.

2009

The Cute Lepers en concert
The Cute Lepers + The Dolipranes Skate Gang | The Cute Lepers
La Machine à Coudre - Marseille (13)

Sa.

28

Nov.

2009

Yeah Baby Yeah en concert
Yeah Baby Yeah + Good Good Things + The Dolipranes Skate Gang | Good Good Things | Yeah Baby Yeah
La Machine à Coudre - Marseille (13)

Skate Gang : les dernières chroniques concerts 4 avis

The Cute Lepers + The Dolipranes

Critique écrite le 19 décembre 2009, par zhou

La Machine à Coudre - Marseille 14 Décembre 2009

The Cute Lepers + The Dolipranes en concert

Les Cute Lepers de passage pour la première fois à Marseille, date unique en France que tous le pays doit nous envier (on peut rêver), vous l'avez compris : date immanquable et peu importe qu'il fasse moins onze millions de degrés dehors, qu'on soit lundi et qu'à l'approche de Noël tout le monde soit pauvre. Je décroche péniblement de Primeval, je prends mon courage, mon blouson et j'arrive à un horaire de semaine : 22h30 - le week end je serais surement venu à 4h du matin - pile pour le début des Dolipranes. Ca tombe bien j'avais peur d'être malade. Désolé. Malgré ces blagues de plus en plus moisies la Machine est correctement remplie pour un jour de semaine, un groupe pas si connu que ça et un tarif un peu plus élevé que d'habitude (mais légitime). L'assistance est de la première fraicheur. A part quatre ou cinq "anciens" il n'y a que des jeunes, voire des très jeunes. Etonnant. Qu'on se le dise, The Dolipranes est un groupe à rouflaquettes. Quoique le bassiste serait plutôt le sosie de Steve E. Nix avec quelques années de moins. Possible que ce soit comme dans Retour vers le Futur et qu'on se retrouve avec deux lui de deux époques différentes au même moment. A part qu'il y en a un qui a l'accent marseillais. Quoiqu'il en soit, les... Lire la suite

The Suppositorz + Royal Panties Addiction + Les Dolipranes (ou 'Comment je les ai encore ratés')

Critique écrite le 07 avril 2008, par Philippe

Machine à Coudre - Marseille 5 avril 2008

The Suppositorz + Royal Panties Addiction + Les Dolipranes  (ou 'Comment je les ai encore ratés') en concert

Pas besoin d'avoir raté Médecine pour comprendre la portée thérapeutique du programme suggéré par la bien jolie affiche de cette soirée, puisqu'on y précisait la posologie à suivre en cas de déprime acoustique, et en particulier de manque de bruit amplifié entraînant une léthargie passagère. A savoir : procéder d'abord par voire orale avec une a deux boîtes de Dolipranes, recourir ensuite à la pose éventuelle de vêtements de contention de marque Royal Panties Addiction et, le cas échéant, finir par l'insertion en voie anale - et la pointe en bas comme il se doit - d'un escadron de Suppositorz... Pour ne rien vous cacher, suite à un problème de timing, j'ai hélas raté 96,3 % de cette soirée et donc, de cette prophylaxie. A croire que je suis décidément maudit avec les Suppositorz de Moulins city, une bande de petits salopards de poseurs tatoués et gominés à lunettes noires, obsédés par le jean, obsédant par ailleurs notre clermontois Pierre Andrieu qui est lui-même un obsédé du jean - la boucle est bouclée. Ne portant moi-même que ce genre de pantalons (et même si MOI, je les enlève pour dormir), je me suis d'ailleurs permis de chroniquer il y a déjà un moment l'un des 3 courts mais ô combien jouissifs albums déjà commis par cette... Lire la suite

Les Jolis + The Dolipranes

Critique écrite le 08 février 2009, par PaulineS

Le Poste A Galène Marseille 26 septembre 2008

Critique originalement parue dans Binge Cogel #3, fanzine malin dispo à Lollipop. Pèlerins, pèlerines, Suite à la recommandation du curé de la paroisse Notre Dame du Mont (paroisse rock), nous nous sommes autorisées un écart en nous rendant au Poste a Galène pour un concert de deux jeunes groupes marseillais de rock à priori inoffensif : les Dolipranes et les Jolis. 21h00: Nous pénétrons dans cette antre sombre et déstabilisante, aussitôt accueillies par un sympathique hybride franco-japonais qui se révélera par la suite omniprésent et survolté. 22h00: Après une longue attente et un défilé d'adolescents visiblement sauvages et peu imaginatifs sur le plan vestimentaire, les Dolipranes entrent en scène: un... Lire la suite

Corde Raide Editions 'Release Party' (Nitwits, Dolipranes, Lo, Chaminas, Lazybones, Le Nain, Backseat Girls, Les Puceaux, Elektrolux)

Critique écrite le 15 mars 2008, par Philippe

Machine à Coudre, Marseille 14 mars 2008

Corde Raide Editions 'Release Party' (Nitwits, Dolipranes, Lo, Chaminas, Lazybones, Le Nain, Backseat Girls, Les Puceaux, Elektrolux) en concert

Soirée bien sympathique, paraît-il pour fêter la sortie d'un nouvel opus dans la déjà très vantée collection des éditions Corde Raide. Enfin bon c'est aussi et surtout un prétexte pour une bonne trentaine de musiciens, de venir rigoler sur scène et en backstage en reprenant chacun son tour trois titres punk, avec plus ou moins de travail de préparation/adaptation avant. On monte dans la fosse à la seconde où terminent les Nitwits (dont on a toujours pensé, et écrit le plus grand bien), on passera donc directement aux Dolipranes, un trio de grands gars minces avec des grands nez, qui jouent très bien de leurs instruments, chantent un tout petit peu moins bien, en tout cas un punk-rock de très bonne facture. Cela dit ils reprennent surtout des titres de stars locales (les Dirty Solex, ça vous parle ? moi non). En tout cas c'est sympa, un petit côté Hatepinks en plus sérieux ... Parlons-en brièvement des Hatepinks tiens, ça sera fait : ils sont là tous les 4 et ne joueront pas ce soir pour des raisons obscures ou plutôt, qui les regardent - quoi qu'il en soit ils auraient eu une occasion unique de jouer unplugged, dommage. Ensuite, l'entrée en scène de Lo vire un peu au gag (Xavier le bassiste n'avait pas compris que c'était à... Lire la suite