Accueil Vincent Peirani en concert
Mardi 19 juin 2018 : 10343 concerts, 25030 chroniques de concert, 5218 critiques d'album.


Accordéoniste, clarinettiste, compositeur, Vincent Peirani est au contact de nombreuses musiques telles que le Jazz, le classique, les musiques improvisées, musiques du monde.

Vincent Peirani se présente : Révélé lors du concours international de Jazz de la Défense en juin 2003 où il remporte le premier prix d'orchestre (pour son duo avec Vincent Lê Quang), il s'enrichit auprès de nombreux musiciens tels que Renaud Garcia-Fons, François Jeanneau, Daniel Humair, Denis Charolles, Fred Gastard, Sylvain Luc, Pascal Rey, Laurent Dehors, Youn Sun Nah, Lanciné Kouyaté, Cheick Tidiane Seck, Antonio Kiko Ruiz, Les Yeux Noirs, Michel Portal, Louis Sclavis, Jean Paul Céléa... Vincent Peirani commence l'accordéon à 11ans. Un an plus tard il commence ses études de clarinette classique au CNR de Nice, où il obtient trois Premiers Prix: en clarinette, analyse musicale et solfège (supérieur). Entre 1994 et 1998, il obtient plusieurs Prix Internationaux en accordéon classique, Concours International de Klingenthal (Allemagne), Concours International de Castelfidardo (Italie), Trophée Mondial à Cassino (Italie), Concours International de la CMA à Reinach (Suisse). Suite à ses concours, a l'opportunité de se produire dans de nombreux festivals à travers l'Europe en tant que soliste (Bayreuth, Salzburg, Vienne, Rome, Stockholm, Trossingen...). En 1996, obtient un Premier Prix d'Accordéon Classique à l'unanimité avec félicitations au CNSM de Paris. C'est en 1998 qu'il s'oriente vers le jazz. Il obtient ainsi en 2000 un Premier Prix de Jazz à l'unanimité avec félicitations et un Premier Prix de Solfège, Harmonie Jazz à l'unanimité avec félicitations et intègre le département Jazz et Musiques improvisées du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris . Il obtient en juin 2004 un Premier Prix mention TB à l‘unanimité après y avoir travaillé pendant trois années avec entre autre, Daniel Humair, Riccardo Del Fra, Dre Pallemers, Glenn Ferris, Hervé Sellin, François Théberge, Patrick Moutal (en musique indienne pour ce dernier). Il remporte en Juin 2003 le 1er Prix d'orchestre du concours international de Jazz de la Défense pour son duo avec Vincent Lê Quang.

Vincent Peirani : vos chroniques d'albums
Site

Vincent Peirani : les dernières chroniques concerts 2 avis

Herbie Hancock, Émile Parisien, Vincent Peirani (Festival Jazz des Cinq Continents)

Critique écrite le 02 août 2017, par Marcing13

Palais Longchamp Marseille 28 juillet 2017

Herbie Hancock, Émile Parisien, Vincent Peirani (Festival Jazz des Cinq Continents) en concert

Nous voilà ce soir peut-être pour le point d'orgue de cette édition 2017 du festival de Jazz des Cinq Continents, qui accueille une légende du Jazz : Herbie Hancock dans son joyaux : le magnifique cadre du Palais Longchamps. Avec une scène public et un tel cadre, le public est venu nombreux, il en aurait d'ailleurs été dommage autrement. La soirée débutera avec Émile Parisien et Vincent Peirani, venu rendre hommage à un autre pianiste génial ayant collaboré avec Miles Davis , le regretté Joe Zawinul. Accompagné de Paco Sery à la batterie et de Linley Marthe à la basse, membres de l'ancienne section rythmique du Zawinul Syndicate, d'Aziz Sahmaoui et Mino Cinelu aux percussions, eux aussi compagnons de route de Joe Zawinul, l'hommage s'annonce sous de bonnes hospices. Dès les premières notes, il ne fait aucun doute qu'il ne s'agit pas d'un simple tribute band mais de musiciens proches du compositeur qui perpétuent la musique de ce musicien de génie, un peu comme on pourrait le voir dans la musique classique finalement. Lorsqu'il y a autant de talents réunis sur la même scène on est certain d'assister à un show de grande qualité où se mêlent émotions et virtuosité pour nous faire voyager dans l'univers de Joe Zawinul. La... Lire la suite

Eric Longsworth Quartet et Daniel Humair Quartet

Critique écrite le 20 août 2011, par Mardal

Festival Jazz à la Tour - La Tour d'Aigues 12 Août 2011

Eric Longsworth Quartet et Daniel Humair Quartet en concert

Le Festival Jazz à La Tour bénéficie d'un cadre exceptionnel, celui du château de La Tour d'Aigues, ou de ce qu'il en reste : de magnifiques façades, des tours et un portail Renaissance qui limitent une cour intérieure ajourée. La scène et des gradins y ont été dressés. C'est Eric Longsworth Quartet qui ouvre les festivités avec un programme éponyme de son dernier album : A Ciel Ouvert. Jean-Charles Richard, saxophones Eric Longsworth, violoncelle Rémi Charmasson, guitare François Verly, percussions et batterie L'entame se fait par un long solo de violoncelle électrique, cordes frottées à l'archet, ponctué de pincements des cordes de la main gauche : Eric Longsworth assure à la fois la mélodie et la basse qui l'accompagne. Lorsque la guitare de Rémi Charmasson effectue une entrée discrète, le violoncelle passe en mode accompagnement. Le tempo s'accélère sur l'entrée de la batterie, puis c'est au saxophone entrant que revient la mélodie. Celui-ci attaque avec un phrasé d'une grande souplesse. On retrouvera cette entrée progressive, lente, sur plusieurs autres morceaux. La musique d'Eric Longsworth qui semble très "écrite" prend son temps, elle s'inscrit dans un espace qui est vaste, un espace qui ne manque pas dans... Lire la suite

Vincent Peirani : les chroniques d'albums

Peirani/Luc/Lê Quang/Fisseau : Gunung Sebatu

Chronique écrite le 13/07/2010, par Zeu Western Manooch

Peirani/Luc/Lê Quang/Fisseau : Gunung Sebatu

Ce disque - Gunung Sebtu -, soit onze thèmes que nous amène l'accordéoniste Vincent Peirani associé au saxophoniste Vincent Lê Quang, Serena Fisseau à la voix et le génial Sylvain Luc à la gratte, pose des questions importantes, du moins les trouvons nous conséquentes : comment capter l'éphémère sans le dénaturer ? Comment transposer dans un autre espace-temps une beauté qui n'a de sens que dans l'endroit et l'instant de son émergence à nos yeux ; une beauté qui sortie de ce cadre originel risque de tout perdre, son éclat, sa raison d'être à nous ? Furieux paradoxe, et interrogations fondamentales auxquelles ce quartet, à travers leur projet, apporte quelques belles réponses : ces parcelles d'un carnet de voyage, autant de... Lire la suite