Accueil White Stripes en concert
Samedi 16 décembre 2017 : 10872 concerts, 24778 chroniques de concert, 5189 critiques d'album.


Le duo en rouge et blanc formé de Jack White, authentique guitar hero, et de sa muse batteuse Meg White, les White Stripes, a (ré)inventé un rock lourd, bluesy, saignant et terriblement excitant. Le groupe de Detroit, Michigan a malheureusement décidé d'arrêter ses activités le 2 févier 2011...

White Stripes : vos chroniques d'albums
Site

White Stripes en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

White Stripes : l'historique des concerts

Lu.

11

Juin

2007

The White Stripes Zenith - Paris 19ème (75)

White Stripes : les dernières chroniques concerts 32 avis

The White Stripes (Rock en Seine 2004)

Critique écrite le 06 septembre 2004, par Pierre Andrieu

Domaine de Saint-Cloud, Paris 27 août 2004

The White Stripes (Rock en Seine 2004) en concert

Le sexe de groupe, c'est pas mal - paraît-il -, mais on ne nous enlèvera pas de la tête que rien ne dépasse une bonne séance de Rock 'n Roll à deux, quand les partenaires sont faits l'un pour l'autre, bien évidemment... Comme les White Stripes par exemple. Ils ne sont que deux, mais ils s'entendent si bien musicalement parlant, qu'ils n'ont pas besoin d'un groupe pour atteindre un orgasme sonique ! L'onde de plaisir géante rejaillit même jusque dans le public, aussi nombreux soit-il (dans un club où 350 personnes se pressaient en 2001, dans une salle de 1600 places en 2003 ou devant plus de 20 000 personnes à Rock en Seine aujourd'hui). Certains vont trouver tout cela assez sale, voire passible de la prison car Jack annonce dès le début des ébats, heu, du concert : "Hello France, my name is Jack White and this is my big sister, Meg White..." Même si au premier abord on pourrait croire que cela relève de l'inceste, cette copulation bestiale (avec pour seuls instruments les voix de Jack et Meg, une batterie, une guitare et un piano) intervient entre deux personnes majeures et vaccinées dont le lien de parenté provient uniquement d'un amour commun (et sincère) pour le blues, le rock, la pop et la folk music. La saillie en public -... Lire la suite

(mon) Rock en Seine 2004 : The White Stripes, Archive, Sonic Youth, Muse, Buck 65 ...

Critique écrite le 31 août 2004, par Philippe

Paris, parc de Saint-Cloud 27-28 août 2004

(mon) Rock en Seine 2004 : The White Stripes, Archive, Sonic Youth, Muse, Buck 65 ... en concert

Le petit dernier des festivals avait bien une affiche qui justifiait le déplacement de loin, pour un amateur de rock. Bonne surprise : accès en métro super facile et fléché, le cadre est très chouette et les tarifs n'y sont pas plus chers qu'ailleurs. Plein d'animations sympathiques et une expo photo somptueuse où l'on s'amuse à reconnaître les plus grands artistes. Les filles bavent sur Tricky et Ben Harper, et les mecs sur Björk et Patti Smith il y a trente ans... Après les anecdotiques The Roots, les premiers à lâcher du gros sont Sonic Youth : ils font le même concert depuis 20 ans mais il est toujours aussi efficace ! Ils ont aussi le bon goût de jouer certaines de leurs chansons les plus connues (époque Dirty) sans s'apesantir sur les derniers albums plus confidentiels. Pogo déchaîné même si le maltraitement de guitare semble un peu mécanique à force, moins crédible quand on est quadragénaire ! Ils sont suivis par les fameux Whites Stripes, LE groupe que tout fan de rock rêve de voir en ce moment (et qui ne passe jamais ailleurs qu'à Paname hélas). Qu'ils soient frêres et soeur, ou amants, ou les deux, finalement on s'en tape. A eux deux ils rendent hommage à 30 ans de rock qui pousse, avec des chansons d'une simplicité à... Lire la suite

The White Stripes

Critique écrite le 17 octobre 2005, par Manolo

Zénith, Paris 16 ocobre 2005

J'adore les White stripes... mais concert un peu court (1h20), je sais c'est long une tournée mondiale... De plus, le son était mauvais avec des basses tres chargées. Enfin, Jack white reste un super guitariste et ça vaut le détour ! Lire la suite

The White Stripes + Whirlwind Heat

Critique écrite le 29 mai 2003, par Pierre Andrieu

Le Transbordeur, Villeurbanne (69) 27 mai 2003

The White Stripes + Whirlwind Heat en concert

Après avoir permis de découvrir les épatants Von Bondies lors de la tournée consécutive à l'album White Blood cells, les White Stripes ont cette fois emmené le groupe Whirlwind Heat avec eux sur la route... Whirlwind Heat Ce trio américain particulièrement déjanté s'y entend pour composer des morceaux déstructurés et complètement barrés ! Le batteur cogne le plus fort possible sur son instrument. Le bassiste produit des sons très peu conventionnels. Le chanteur, quant à lui, s'époumone comme un forcené relâché par erreur de l'asile psychiatrique en pianotant frénétiquement sur un vieux Moog. Le bruit engendré par ses deux camarades provoque chez ce frêle jeune homme des convulsions assez impressionnantes à observer ! Lors d'une cabriole, il finit même sur les épaules du bassiste qui vacille dangereusement avant de s'écrouler sous le poids du petit agité... Le premier disque de Whirlwind Heat (prévu pour le 17 juin 2003) en dira plus sur ce groupe bien frappé... Il est produit par Jack White, enregistré par Brendan Benson et mixé par Dave Fridmann (excusez du peu !). White Stripes Après un montage de la scène par deux roadies arborant de superbes chapeaux melon et costards noirs, les White Stripes ont donné un excellent... Lire la suite

White Stripes : les chroniques d'albums

The White Stripes : Under Great White Northern Lights

Chronique écrite le 28/03/2010, par Pierre Andrieu

The White Stripes : Under Great White Northern Lights

Renversant album live pour les White Stripes : avec un dvd d'1h30 où figure un magistral documentaire live sur la très originale tournée canadienne de juin/juillet 2007, Under Great White Northern Lights, et sa version cd, elle aussi de nature à provoquer des trépignements incontrôlés... Alors que les White Stripes effectuent actuellement une pause qui, on le souhaite ardemment, prendra fin un jour, que les Raconteurs (Jack White, Brendan Benson & friends) sont pour l'instant laissés au second plan et que The Dead Weather ( Mr White + Alison Mosshart & co) s'apprête à sortir son deuxième opus en mai 2010, cette sortie arrive à point nommé pour remémorer un petit détail aux étourdis écoutant trop l'infect brouet du couple Black Eyed Peas/David Guetta : Meg et Jack White forment un immense groupe de rock 'n roll blues, de ceux qui resteront dans l'histoire du rock. Un groupe qui bénéficie de l'écriture saisissante de Jack White, de son éclatante et insaisissable voix, de son jeu de guitare hyper instinctif et des talents basiques de batteuse et de chanteuse boudeuse de Meg White (sur In The Cold, Cold Night). A l'occasion des 10 ans de leurs débuts en concert, les Stripes ont eu l'excellente idée de tourner pendant un mois dans un pays... Lire la suite

The White Stripes : Icky Thump

Chronique écrite le 19/06/2007, par Philippe

The White Stripes : Icky Thump

Aaargl ! Jack White et sa muse Meg sont de retour, et en plus ils sont contents ! Ce site n'ayant pas démérité sur sa discographie (y/c en solo et en live) on va résumer : nous sommes fans, et prêts à nous battre à coup de Gretsch s'il le faut, pour défendre sir Jack White, l'un des derniers guitar-heroes des temps modernes, à la musique de qui nous sommes gravement accros. Icky Thump ! en est la whitestripeissime et jouissive ouverture - il fallait bien ça pour remettre les pendules à l'heure après un dernier album ludique mais un peu déconcertant - à l'écoute des notes miaulantes d'orgue puis de guitare, posées sur une batterie de plomb, à l'écoute de cette voix psychiatrique, on imagine les deux sourires déments de la fratrie musicale se reformer derrière leurs cheveux emmêlés, comme si les deux dernières années n'avait jamais existé. Ils ne sont pas violents, les Bandes Blanches, non, c'est juste un peu dûr de rester calme avec une telle puissance de feu (dans un des seuls répits, A martyr for my love, Jack prévient d'ailleurs les midinettes : "Sooner or later I'll break your... Lire la suite

The White Stripes : Get Behind Me Satan

Chronique écrite le 26/06/2005, par Philippe

The White Stripes : Get Behind Me Satan

Drôle de destin que celui des White Stripes ! Après avoir attendu le succès pendant trois albums, l'avoir trouvé au moins dans le public rock avec le sublime album Elephant en 2003, les voici jetés en pâture au tout venant ("Europe 2 présente") au moment précis où ils sortent un album beaucoup plus expérimental et finalement moins accessible ! L'hydre publicitaire qui a un album de retard et se fait baiser à sec par le duo, voilà qui ne peut que faire ricaner méchamment les gens qui suivent fidèlement les Bandes Blanches depuis leurs débuts ! Certes la chanson Blue Orchid qui ouvre l'album comporte un riff dévastateur, répétitif et décérébrant (qui vous poursuit des jours et de nuits durant) de nature à plaire à un vaste public (clip de la mort à charger sur whitestripes.net, que faites-vous encore là, foncez !). Mais par la suite, il y a finalement très peu de guitare (quatre-cinq chansons électrifiées tout au plus, dont la très bonne Take take take), Jack White s'étant manifestement mis à aimer démesurément le piano (dont il joue certes... Lire la suite

The White Stripes : De Stijl

Chronique écrite le 10/06/2005, par Philippe

The White Stripes : De Stijl

Au vu de la dimension créatrice de ce duo, et à l'heure où les White Stripes sortent un cinquième CD, il convient de se comporter en exégètes et pour être complets, de rappeler l'existence de ce très bon album, daté de 2000 et sorti largement plus tard en France (à priori, juste après le succès d'Elephant en 2003). Certes leur oeuvre est bien défendue ici, Pierre Andrieu ayant fort bien chroniqué la plupart de leurs disques dont Elephant (à ce jour et selon des commentateurs variés et compétents, le meilleur album rock du 21ième siècle) et White Blood Cells (leur album le plus exigeant, que jamais vous ne trouverez en solde ni en occase, croyez-moi, j'y ai perdu ma jeunesse...). De Stijl donc, du nom d'une revue artistique fondé par Piet Mondrian dans les années 20 (auquel l'artwork du CD rend joliment hommage) est le deuxième album du groupe. Il date d'une époque où les White Stripes attendaient, sûrs de leur fait, que le monde découvre leur existence et leur duo inédit : une batterie, une guitare, une vraie-fausse... Lire la suite

White Stripes : Vidéo