Accueil Chronique album : Grinderman (Nick Cave) - Grinderman 2, par Pierre Andrieu
Samedi 14 décembre 2019 : 10231 concerts, 25839 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.

Critique d'album

Grinderman (Nick Cave) : "Grinderman 2"

Grinderman (Nick Cave) :

Pop - Rock / GarageBluesPunk

Critique écrite le 14 septembre 2010 par Pierre Andrieu

Deuxième volet des aventures de Grinderman, le très justement nommé Grinderman 2 est l'occasion de vérifier une fois de plus l'inoxydable forme de Nick Cave lorsqu'il évolue avec ses acolytes aux manières d'hommes des cavernes/garagistes bruyants... Bonne nouvelle, la troupe de vieux briscards particulièrement énervés fait toujours de brillantes étincelles avec le blues concassé, le rock 'n roll sauvage et le punk déstructuré, même s'il n'y a pas de tubes radiophoniques à l'horizon (ce qui aurait été bizarre connaissant les réputations sulfureuses de Nick Cave, Warren Ellis, Martyn P. Casey et Jim Sclavunos, cf leurs concerts en forme d'odes à la violence !). Le single choisi, le maléfique Heathen Child, donne très bien le ton, ne trompant pas le futur auditeur de l'opus entier sur " la marchandise " ; ici on pratique le rite vaudou avec des instruments de musique, le vacarme stoogien, les brisures soniques et les giclées électriques limite sataniques. C'est clair, Grinderman 2 est un album extrémiste et revêche avec une seule petite caresse (la violence sourd même dans les titres - faussement - lancinants comme What I Know et When My Baby Comes) : le très pop Palaces Of Montezuma. A part cette brève accalmie (très réussie !), Nick, Warren, Martyn et Jim défouraillent à tout va : l'homme au micro rugit comme un prédicateur pris de fréquentes crises de démence, la basse gronde méchamment, le violon velvetise à souhait, la batterie martèle un rythme invitant à rentrer en transe avec cette étrange secte et la guitare cherche des tonalités inédites entre dissonance délétère et rock primitif. Quand Nick Cave vomit sa haine du consensus mou avec l'énergie du désespoir (sur Mickey Mouse And The Goodbye Man, Evil, Worm Tamer, Bellringer Blues, Kitchenette et consorts), il met une méchante raclée à la plupart des petits jeunes qui essaient de le singer ! Et c'est tout à fait ce que l'on attendait de lui !

Liens : www.grinderman.com, www.myspace.com/grinderman, www.facebook.com/grinderman, www.nickcaveandthebadseeds.com, www.myspace.com/nickcaveandthebadseeds, www.muzu.tv/grinderman (vidéo de Heathen Child).

13 septembre 2010 (Mute)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 14 septembre 2010 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu

Grinderman : les chroniques d'albums

Grinderman (Nick Cave & Co) : Grinderman

Grinderman (Nick Cave & Co) : Grinderman par Philippe
12/03/2007
Nick Cave est apparu dans notre vie en 1987, dans le film Les Ailes du Désir : l'irruption de deux chansons de rock déglingué et rageur (lancinantes From Here to Eternity et The Carny) joué par un grand type maigre au visage émacié, fut un choc... La suite