Accueil Chronique album : Asaf Avidan & The Mojos - The Reckoning, par Lebonair
Vendredi 22 septembre 2017 : 14283 concerts, 24615 chroniques de concert, 5171 critiques d'album.

Critique d'album

Asaf Avidan & The Mojos : "The Reckoning"

Asaf Avidan & The Mojos :

Pop - Rock

Critique écrite le 14 septembre 2010 par Lebonair

Vous savez quoi? Je viens de prendre une belle fessée récemment mais par qui, me direz-vous ? Par Asaf Avidan and The Mojos et son album The Reckoning sorti en février 2010 dans nos contrées. Asaf Avidan est israélien et on se trouve ici dans une veine pop, rock, blues plus précisément, un croisement entre Janis Joplin et Jeff Buckley. Une voix aigue, puissante et rock, jamais irritante qui accompagne une musique riche marquée par les années 70 ; ce premier album est une incontestable réussite. Acoustique, électrique, puissante et douce, la musique d'Asaf et son groupe The Mojos offre beaucoup d'émotions par des chansons fortes. "Maybe You Are" qui démarre l'album est une magnifique chanson à la guitare acoustique, c'est juste beau. Le titre qui suit, "Hangwoman", a un côté John Butler Trio, en tout cas, c'est sacrément rythmé et dansant. "Her lies", le 3ème titre propose une ballade avec une grosse montée organique, le chant est parfait, c'est puissant, profond, un morceau pur. "Weak" nous fait repartir vers une certaine douceur, un morceau folk et acoustique de haut niveau, simple et efficace, il chante bien et sur scène, ça doit être encore plus fort (On va vérifier cela bientôt). "Reckoning Song" poursuit la route du précédent morceau mais le niveau ne tombe jamais. On pourrait l'écouter des heures ce mec, tellement ce grain de voix est savoureux. "Sweat and Tears" amène avec ses instruments à cordes et sa fin puissante, une touche différente et intéressante musicalement. "Rubberland Girl" est un morceau fou, sacrément rock, une batterie et une basse au taquet, pour chanter en choeur dans les salles, oh, ooh oh, un petit frère de "At the Drive In". On repart avec le 8ème titre "A Phoenix Is Born" dans le oh, ooh, oh juste avec un côté plus puissant mais ce n'est qu'un interlude musical d'une minute. "Over You Blues", lui , c'est bien un morceau et il sonne avec ce côté live comme tout l'album d'ailleurs. Ils ont choisi un son direct qui privilégie l'émotion et l'efficacité, c'est un choix gagnant. Déjà le 10ème morceau, le savoureux "Empty Handed Saturday Blues", une bonne claque ce titre, ça me fait penser aux Bellrays à l'époque où Tony Fate jouait encore dans le groupe, c'est immense, jouissif, rock et intense. "A Ghost Before The Wall" propose une triste et belle émotion à l'image de l'album avec ce petit quelque chose qui vient du coeur, des tripes et un bouquet final de qualité. C'est bientôt la fin, "Growing Tall" et son accent blues rock pas piqué des vers, blues, boogie, rock'n'roll, excellent titre. "Little More Time" contient une architecture musicale classique mais pas dénuée d'intérêt. Ce n'est pas mon morceau préféré mais il mérite sans problème sa place sur l'album. "Devil's Dance" est une chanson émouvante, douce avec ces cordes profondes et savoureuses, je ne parle même pas du chant d'Asaf. Le titre de fin, "Of Scorpions And Bells" termine l'album comme il a commencé, d'une manière douce et intense.  Petit secret : Laissez le disque se terminer car après quelques secondes une jolie surprise vous attend. C'est mon coup de coeur de la rentrée 2010. 

Disque réédité le 15 janvier 2010 chez Columbia / Remerciements Roie Avidan
Vignette Lebonair

 Critique écrite le 14 septembre 2010 par Lebonair
 Envoyer un message à Lebonair