Accueil Chronique album : Brigitte Fontaine - Prohibition, par Philippe
Mercredi 16 octobre 2019 : 13785 concerts, 25719 chroniques de concert, 5267 critiques d'album.

Critique d'album

Brigitte Fontaine : "Prohibition"

Brigitte Fontaine :

Pop - Rock

Critique écrite le 20 octobre 2009 par Philippe

On l'avait laissée sur un album baroque, poétique et très branché sexe, Libido, et voilà que Son Extravagance Brigitte Fontaine, sa voix éraillée et son élégance naturelle, nous reviennent toutes les trois... et qu'elles ne sont pas contentes. Artiste engagée depuis toujours, la société composée de boeufs lobotomisés menés par une élite médiocrate et pré-fascisante dans laquelle nous vivons en 2009, lui convient particulièrement peu, et elle a les mots pour le dire ! Dura Lex décline déjà la thématique du titre, tout ce qui n'est plus permis c'est-à-dire, tout ce qu'elle trouvait agréable et bon, et qu'une nouvelle loi d'expulsion/ploitation vient chaque semaine contrarier : au train où vont les choses, musique, amour, poésie ne seront-ils pas très bientôt interdits ?
Mais le pic de l'album est la chanson Prohibition, bouleversante et magnifique, s'en prenant à ceux qui prônent l'hygiénisme tout comme le jeunisme (ce sont souvent les mêmes, dont les ancêtres en poussant un peu les deux concepts avaient tenté, sans trop de succès d'ailleurs, de créer une race supérieure). Avec quelle délectation admirable elle les pourrit en articulant, les babines retroussées, "Je suis vieille, et je vous encule !", et quelle fin sublime, à en avoir chair de poule et larmes aux yeux à chaque écoute, comme le bon Fred Taddeï le confessait récemment !
A retenir aussi en chansons qui marquent, la très mélancolique et superbe Harem (seule avec un piano) et sa cousine électrorientale Soufi (appuyée par le timbre rauque mais discret de sa copine Grace Jones). Bon, il y a bien aussi quelques chansons mineures, encore qu'admirablement mises en musique par son complice Areski Belkacem... Et puis évidemment, il y a toujours des morceaux plus légers, les titres déconnants habituels Entre guillemets ou la genèse pop-trash de La Fiancée de Frankenstein, les un peu sibyllines (Pas ce soir ou la bien-nommée et troublante Je suis un poète...).
Elle semble d'ailleurs chanter plus ou (un peu) moins faux, selon l'intérêt porté à la chanson... Elle s'applique par exemple sur la bien jolie balade Just You and Me, fuite possible qu'elle propose à son vieil amoureux pour échapper à ce vilain monde, moins pour délirer avec Katerine sur le même thème de la fuite (l'hymne rock élégant et totally nonsense, Monty Pythonesque en somme, de Partir ou rester). Bref, les nouvelles de la Grande Vioque Timbrée sont bonnes : elle va très bien, Brigitte Fontaine, merci, posée comme elle est dans les bras d'un beau gaillard, elle emmerde les cons, a l'intention d'en enterrer encore un paquet, et d'aller fumer, boire et baiser sur leurs tombes ! Et plus encore, elle est toujours dans le haut du panier de la chanson rock française... Mais comment-fuck allons-nous faire (admirable anglicisme n'est-il pas ?), le jour où elle arrêtera de publier de si bons disques ?
(2009)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 20 octobre 2009 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe

Brigitte Fontaine : les chroniques d'albums

Brigitte Fontaine : Libido

Brigitte Fontaine : Libido par Philippe
12/01/2007
Toujours aussi en forme, notre Brigitte Fontaine nationale revient pour un album consacré à peu près exclusivement à sa libido, autrement dit et comme elle le dirait elle-même... au cul, le sien comme celui des autres. Cela étant la promenade... La suite

Brigitte Fontaine : Libido

Brigitte Fontaine : Libido par Ben,moi Benoit
02/11/2006
S'il est vrai que tous les génies de la chanson française sont sous terre, vous oubliez bien vite la divine Brigitte Fontaine qui nous revient donc pour mon plus grand bonheur de l'année avec sa libido! La première pièce de cet album s'intitule... La suite

Brigitte Fontaine : RUE SAINT-LOUIS EN L'îLE

Brigitte Fontaine : RUE SAINT-LOUIS EN L'îLE par Pierre Andrieu
10/10/2004
La reine des Kékés, Brigitte Fontaine, a dû abdiquer du trône de Kékéland, lassée par le protocole qui lui était imposé par ses hautes fonctions... Loin d'être Demi-clocharde après la fin de ses collaborations fructueuses avec Noir Désir, Sonic Youth... La suite

Brigitte Fontaine : KéKéLAND par Hum !
28/05/2002
Saluons la sortie de ce très bon nouvel album. Précisons d'abord que j'ai découvert Brigitte Fontaine assez tardivement en 1995 avec le disque Genre Humain (qui contient entre autre La nuit est une femme à barbe et le célèbre Conne) qui marquait son... La suite