Accueil Chronique album : Buck 65 - TALKIN' HONKY BLUES, par Sami
Lundi 18 novembre 2019 : 11322 concerts, 25769 chroniques de concert, 5277 critiques d'album.

Critique d'album

Buck 65 : "TALKIN' HONKY BLUES"

Buck 65 :

Rock

Critique écrite le 19 février 2004 par Sami

Ce rappeur Canadien n'est est pas à son premier essai, mais ce disque est le premier à disposer d'une réelle exposition et à être enregistré avec les moyens confortables qu'ont pu lui apporter sa signature avec une major. Avant cela Buck 65 était un secret bien gardé de l'underground, sortant des disques passionants mais distribués au compte-goutte comme "Vertex", "Man Overboard", qui était composé de morceaux sans titres et s'écoutait d'une traite, ou le plus connu "Square" construit autour de 4 longues plages. Cette dernière galette est nettement plus classique dans la forme et accessible dans le fond, sans non plus sonner comme un pauvre album d'Iam. Pas de concession aux formats fm, ni producteur à la mode, ni featuring superflu, le MC originaire de Halifax reste intègre et fidèle à ses principes malgré une gloire annoncée (et méritée). On y retrouve ce phrasé rauque reconnaissable entre mille, ce mélange de noirceur et d'humour distancié dans les textes, et encore plein de trouvailles mélodiques. Le bondissant single "Wicked and weird" et ses notes de banjo qu'on croirait échappées d'un bon vieux G Love & Special Sauce, le clavecin magique de "463", les arpèges de guitare de l'envoutant "Roses and bluejays" confèrent à l'ensemble une ambiance prenante et un univers pour le moins personnel. Il y a comme toujours des instrumentaux impeccables ("Killed by a horse") et des scratchs renversants sur le morceau d'ouverture "Leftfielder", ou l'hypnotique "Protest". En bref, si cet opus n'est peut être pas son meilleur lp, il n'en est pas moins un excellent disque, succeptible de plaire autant aux b-boy qu'aux amateurs de rock ou d'électro.

2004 (Warner)

 Critique écrite le 19 février 2004 par Sami