Accueil Chronique album : Daniel Darc - La Taille De Mon Âme., par Philippe
Samedi 7 décembre 2019 : 10308 concerts, 25827 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.

Critique d'album

Daniel Darc : "La Taille De Mon Âme."

Daniel Darc :

Pop - Rock

Critique écrite le 09 novembre 2011 par Philippe

Tous les trois ans, au 21ième siècle, il se produit un événement musical exceptionnel (à l'échelle de la chanson française en tout cas) : Daniel Darc sort un nouvel album. Sur celui-ci, il apparaît sous une image pratiquement sous-titrée "Le Clochard Céleste" : on le dirait tout juste tombé à genoux dans son église, de retour après un grand voyage épuisant. Et pourtant, il a sur cet opus davantage le moral, et un peu moins de pulsions morbides, que sur le magistral et sombre Amours Suprêmes.
Bon, il s'acquitte bien vite du passage obligé du single (C'est moi le printemps, joyeuse et bien torchée, France Inter va aimer !), pour passer aux choses sérieuses : rendez-vous avec des dialogues des Enfants du Paradis (Arletty, Barrault and co), et une valse, une putain de valse comme vous n'en avez pas entendu depuis des années, de celles qui vous tordent les boyaux : La Taille de mon Âme semble chantée, tombé à terre, sous le porche d'une ancienne amoureuse qui n'a pas ouvert sa porte, effrayée par l'allure du voyageur de retour, et c'est une splendeur.
Car ses fans le savent : chacune des chansons de Daniel Darc, écrivain inaccompli mais parolier incroyable, est un poème, une nouvelle, presque un roman... C'était mieux avant est par exemple une histoire de filles et de garçons habillés en filles, qui discutent (et travaillent) sur un trottoir, magnifiquement mise en pop symphonique. Ana fait "tilt" directement : c'est orchestré comme du Christophe, bien sûr, à travers les doigts d'or de son arrangeur Laurent Marimbert (ici à la manoeuvre tout l'album, en remplacement des bons et loyaux services de Frédéric Lo), ça vous remue et ça finit par un solo de violoncelle à vous hérisser le poil.
My baby left me, c'est du Gainsbourg, influence digérée au point d'en devenir une filiation directe : terrible histoire en mode rock, d'une rupture par suicide, zébrée de phrases tranchantes comme un cran d'arrêt : "crever, c'est comme baiser, c'est pas parce qu'on a envie, qu'il faut le faire tout de suite..." et qui se fond dans une scansion du Heartbreak Hotel d'Elvis... Autre hommage, à son bien-aimé Coltrane peut-être, avec le piano et la songerie mélancolique et poignante, à propos d'enfants, d'amis partis et de jours enfuis Vers l'infini.
Et entre ces morceaux de bravoure, fort heureusement, de petites déconnades, des chutes de studio, des haïkus débraillés, des petites prières à ce dieu qui semble bien l'avoir définitivement sauvé - on lui en sait gré - et qu'il appelle des Variations : autant de respirations pour se reprendre, parfois même se marrer. N'empêche qu'on se souviendra longtemps de l'enchaînement de la deuxième (Amen), avec ce morceau d'un romantisme échevelé, aux arpèges enflammées rappelant l'intro mythique de House of the Rising Sun, et accompagnées d'une somptueuse trompette mariachi : Quelqu'un qui n'a pas besoin de moi, peut-être le plus beau texte de cet album qui pourtant, en déborde à plein seaux, et qui se finit a capella sous la pluie...
Et là aussi, pile au moment où ça pourrait tourner à l'apitoiement, vlan ! Une comptine marrante à l'ukulele et au melodica, Les filles aiment les tatouages... Avant de nettement plus glauques Voeux de bonne année, sous influence Gainsbarre à nouveau, et prétextes à une réflexion sur une possible damnation : celle du dernier survivant. Autre enchaînement qui tue, donc, et avec lequel Daniel Darc fait à nouveau preuve d'une admirable vision architecturale de l'album parfait, celui qu'il va bien finir par sortir un jour.
Avant de conclure, car c'est une vraie tradition chez ce chanteur, de plus en plus semblable dans ses intentions et ses convictions avec l'immense Johnny - le Man in Black de Memphis, bien sûr, pas l'idole des jeunes et des bikers de Thionville - avant de conclure, disions-nous, avec un splendide psaume mis en musique, Sois sanctifié, chanté d'une voix pleine de larmes. Nous laissant K.O. debouts, une fois de plus... Monsieur Darc, il paraît désormais évident que vous apparaîtrez au Jugement Dernier, sinon comme votre propre Sauveur, au moins comme celui de la chanson française et peut-être même, qui sait ? De quelques âmes perdues, sauvées in extremis par l'écoute d'un de vos textes...
(2011)
PS : Album confirmant tout son potentiel, peu après sa sortie, sur une petite scène magique !
Vignette Philippe

 Critique écrite le 09 novembre 2011 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe

Daniel Darc : les chroniques d'albums

Daniel Darc : Crève Coeur (super Deluxe Edition)

Daniel Darc : Crève Coeur (super Deluxe Edition) par Philippe
17/06/2015
Ah, le salaud. Ça lui a pas suffi de mourir, de venir grossir la liste et presque de la compléter, et de nous laisser seuls avec les médiocres : Voilà qu'il nous en remet une couche, de regrets qui vont droit au coeur. Avouons qu'on avait vraiment... La suite

Daniel Darc : Chapelle Sixteen

Daniel Darc : Chapelle Sixteen par Philippe
13/11/2013
Legs post-mortem et très généreux de l'infortuné Daniel Darc, l'album Chapelle Sixteen est un témoignage enregistré in extremis, avant la mort qu'il redoutait chaque jour au réveil, et qui a fini par le rattraper. Fort heureusement, l'ensemble des... La suite

Daniel Darc : La Taille De Mon âme

Daniel Darc : La Taille De Mon âme par Philippe Voss.
18/11/2011
Darc plus profond, plus sensible, plus humain, plus sincère que jamais. "La taille de mon âme" sorti le 8 Novembre dernier est le nouvel album pour Daniel Darc. Plus de trente ans de carrière pour cet artiste somme toute encore trop peu connu du... La suite

Daniel Darc : Amours Suprêmes

Daniel Darc : Amours Suprêmes par Philippe
23/01/2008
Il est de retour, le grand poète maudit ! Après trois ans de silence, celui qui nous a bouleversé aussi bien en exposant ses tatouages de grand-brûlé émotionnel au soleil, qu'en nous ouvrant son coeur sur un disque inespéré, poignant et lumineux tout... La suite