Accueil Chronique album : Depeche Mode - Sounds Of The Universe, par Pierre Andrieu
Jeudi 27 juillet 2017 : 11951 concerts, 24547 chroniques de concert, 5165 critiques d'album.

Critique d'album

Depeche Mode : "Sounds Of The Universe"

Depeche Mode :

Pop - Rock / ElectroPop

Critique écrite le 03 avril 2009 par Pierre Andrieu

Nouvel album aussi efficace que marquant pour les superstars de l'électro pop gothique du groupe Depeche Mode, qui réussissent à se réinventer joliment en s'auto influençant avec à propos... Un joli tour de force réalisé grâce aux compositions inspirées signées par Martin L. Gore et Dave Gahan, aux sonorités de synthés vintage dénichées par Andrew Fletcher et au travail de production fourni par Ben Hillier. Annoncé par l'excellent et très anxiogène single Wrong, le succès artistique de l'album Sounds Of The Universe tient au fait que le trio anglais ne cherche nullement à modifier une formule qui gagne ; c'est en effet en puisant dans sa discographie pléthorique - c'est quand même le douzième album des Anglais ! - des sons, des ambiances et des idées de production, que Depeche Mode arrive à écrire de nouvelles chansons qui pourraient majoritairement constituer un best of 100% inédit... A part un ou deux titres un peu faiblards et/ou anecdotiques (le très très kitsch interlude Spacewalker, le trop mielleux slow Jezebel, chanté poussivement par Mr Gore), le remarquable travail du songwriter/guitariste en chef Martin L. Gore (sa coupe de cheveux est elle aussi remarquable, dans le style "caniche" ridicule mais... c'est son choix et on le respecte) est encore une fois à souligner : les morceaux sont pour la plupart saisissants, créent des atmosphères troublantes et fonctionnent à plein régime sur la psyché des fans d'électro pop sombre. Les trois morceaux écrits par Dave Gahan sont - quant à eux - également bien foutus, mais le plus notable est encore une fois sa contribution vocale proprement bluffante. Sa voix grave de stentor torturé impressionne sur la totalité du disque : c'est un véritable bonheur de plonger dans la tréfonds de la dépression grâce aux pouvoirs surnaturels de son puissant organe mâle. Outre le glaçant single Wrong (chanté comme un terrifiant démon par Mr Gahan, justement), il y a sur Sounds Of The Universe largement de quoi alimenter le juke box qui fonctionnera pour les prochaines Black Celebrations intimes de tout un chacun... On pense à Fragile Tension (un tube en puissance !), In Sympathy (spatial, langoureux, étrange... ) et à Come back (imparable ! idéal pour rouler la nuit sur l'autoroute de l'enfer, les feux éteints) qui illuminent le disque, mais sans éclipser les autres belles réussites que sont In chains, Hole to feed, Miles Away/The Truth Is, Corrupt ou Perfect... Avec de telles munitions à injecter dans les set lists de la tournée des stades qui s'annonce, Depeche Mode risque encore de faire de nombreuses "victimes" consentantes. Qui deviendront esclaves à vie de ses rythmes, sons et mélodies maléfiques.

A lire également, la chronique du concert de Depeche Mode aux Eurockéennes de Belfort 2006.

Sites Internet : www.depechemode.com, www.myspace.com/depechemode, www.facebook.com/depechemode, http://www.youtube.com/dmdotcom, http://ilike.com/artist/Depeche+Mode/.

20 avril 2009 (Mute - EMI)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 03 avril 2009 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu