Accueil Chronique album : Dionysos (+ Olivia Ruiz) - La Mécanique Du Coeur, par Philippe
Mardi 20 août 2019 : 11775 concerts, 25623 chroniques de concert, 5262 critiques d'album.

Critique d'album

Dionysos (+ Olivia Ruiz) : "La Mécanique Du Coeur"

Dionysos (+ Olivia Ruiz) :

Pop - Rock

Critique écrite le 20 mars 2008 par Philippe

C'est entendu, Dionysos est un groupe qu'on adore sur scène comme sur disque ; rien de surprenant puisque c'est incontestablement la meilleure chose qui soit arrivée au rock français depuis le début du 21 ième siècle, et sur les deux supports. Chacun sait que ce groupe doit la plus grande part de sa personnalité à Mathias Malzieu, troll-chanteur en costard surexcité et accessoirement champion du monde de crowd-surfing. Si charismatique qu'on est prêt à lui pardonner beaucoup, et notamment sa manie de se prendre pour le Tim Burton français depuis qu'il a inventé le personnage de Giant Jack et d'autres Monsters in Love.
Il récidive ici et en poussant cette fois-ci la logique cinématographique à fond : une vraie histoire racontée de A à Z (l'enfance de Giant Jack), comédie musicale douce-amère à l'ambiance gothique victorienne (forcément) dont il est le héros, avec orchestre à l'appui et intervention de moult invités, déclinée aussi en livre et prochainement en film... En vérité il faut avertir les fans purement musicaux du groupe : il y a ici peu de choses qui feront date dans le panthéon dionysiaque, à part peut-être King of the Ghost Train et son riff furibard pour les garçons pogoteurs, ou Tais-toi mon coeur et son très beau clip pour les filles romantiques (ce qui augure bien du film à venir, d'ailleurs !).
Par contre il y a une vraie diversification musicale (peut-être inspirée par la longue collaboration de Dionysos avec la Synfonietta de Belfort ?) avec une orchestration digne de Pierre et le Loup, allant du rock au rap symphonique, mariant human beat box et cuivres, ukulele et violons, ce qui donne quelques parties musicalement très riches comme entre autres, l'Homme sans trucage, hommage malicieux à la Messe pour le Temps Présent de Pierre Henry, ou la très Morriconienne Ecole de Joe...
Certes sans aller jusqu'à celui des entériques comédies musicales de TF1, cette oeuvre devrait donc élargir le public du groupe, notamment aux morveux, déjà tous tombés amoureux de la très charmante Femme-Chocolat, et qui joue ici le premier rôle fémininin : Miss Acacia, la petite chanteuse andalouse, amour impossible du héros au coeur d'horloge. Si l'on passe outre quelques digressions inutiles (vous expliquerez à vos minuscules pourquoi le Hamster s'appelle Cunnilingus...), on suit avec plaisir l'histoire ainsi contée, qui mène ce personnage mi-Pinocchio mi-Vincent Price, de la naissance à la mort, via l'amour, la bataille, l'exil...
Les invités réussissent leur passage dans l'histoire avec des fortunes diverses : Grand Corps Malade ne semble pas complètement habiter ses textes, Rossy de Palma ne fait que passer, tandis qu'Alain Bashung et ... Jean Rochefort cabotinent au delà du raisonnable. Par contre Emily Loizeau, Arthur H et même Eric Cantona assurent, tout comme Olivia Ruiz, omniprésente mais délicieuse, un ensemble de très bonne tenue !
Un poil déçu à la première écoute, on a fini par se prendre d'affection pour cette comédie foutraque et finalement charmante.... D'ailleurs Mathias qui n'a plus peur de rien, lui, finit en plein délire en chantant seul au piano, se prenant manifestement pour Lou Reed époque Berlin - et même ça, même avec son terrifiant french axante, c'est good... A bientôt pour de nouvelles aventures live, donc !
(2008)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 20 mars 2008 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe

Dionysos : les chroniques d'albums

Dionysos : Plays Bird'n'roll

Dionysos : Plays Bird'n'roll par Philippe
27/04/2012
Après deux albums consacrés à sa passion pour les univers gothiques de Tim Burton, quoi de neuf chez le tonitruant Mathias Malzieu et sa créature à 4 têtes Dionysos ? Eh bien, un utile recentrage sur la musique et sur les membres de son groupe, quand... La suite

Dionysos : Monsters In Love

Dionysos : Monsters In Love par Pierre Andrieu
04/10/2005
Sous une superbe pochette signée Joann Sfar, Dionysos propose un nouvel album dont l'inspiration principale se trouve du côté du film de Tim Burton, L'étrange Noël de Mister Jack. Après un Western sous la neige fortement influencé par Dead Man, le... La suite

Dionysos : Monsters In Love.

Dionysos : Monsters In Love. par Philippe
08/09/2005
Dionysos, probablement le plus grand groupe de rock français en activité sur disque et sur scène en l'absence de Noir Désir, continue son oeuvre foutraque, rock, déjantée, poétique et... géniale. Il faut dire qu'elle se construit autour de la pile... La suite

Dionysos : WHATEVER THE WEATHER LIVE éLECTRIQUE

Dionysos : WHATEVER THE WEATHER LIVE éLECTRIQUE par Celine
17/01/2004
Pour ceux qui ne connaissent pas Dionysos, c'est un groupe français qui tourne depuis quelques années, qui a déjà plusieurs albums à son actif, et qui déchire tout sur scène! Ils ont sorti deux live, un acoustique et un électrique. Aprés écoute,... La suite