Accueil Chronique album : Flotation Toy Warning - The Machine That Made Us, par Pierre Andrieu
Dimanche 8 décembre 2019 : 10067 concerts, 25832 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.

Critique d'album

Flotation Toy Warning : "The Machine That Made Us"

Flotation Toy Warning :

Pop - Rock

Critique écrite le 16 juin 2017 par Pierre Andrieu

Treize ans après le génial album Bluffer's Guide to the Flight Deck (un disque que l'on a écouté des centaines de fois sans arriver à en épuiser tous les mystères, ni à se lasser, bien au contraire ! ), le groupe anglais Flotation Toy Warning fait enfin son retour discographique avec The Machine That Made Us, qui sort sur son très patient et compréhensif label d'origine, Talitres. Et là, c'est le miracle... Comme Grandaddy et son nouvel album paru après une longue pause, la troupe emmenée par le chanteur et songwriter Paul Carter reprend les choses là où elle les avait laissées, proposant une suite inspirée, aux vertus planantes quasi magiques, qui autorise des vols planés oniriques, tout comme la précédente collection de chansons datant du début des années 2000. L'auditeur - ému aux larmes - a en effet la possibilité de communier à nouveau avec des morceaux d'une complexité incroyable, d'une richesse insondable, tout en étant d'une apparente et biblique simplicité. C'est tout simplement d'une aveuglante beauté ! Et l'on plaint sincèrement les gens qui se priveront de tels trésors permettant de faire voyager sur un tapis volant avec pour seule aide, une voix de stentor ultra perché, des mélodies imparables, des idées d'arrangements bouleversantes, des chœurs à donner des frissons et des passages secrets en forme de breaks sidérants permettant de se sentir pousser des ailes au cours d'un simple morceau de pop orchestrée panoramique. Paul Carter, Ben Clay, Nainesh Shah, Vicky West et Steve Swindon sont tous à féliciter chaleureusement pour cet album de rêve, car ils ont une fois de plus réussi à créer des œuvres d'une puissance émotionnelle surnaturelle. On pense au bouleversant Due to Adverse Weather Conditions All of My Heroes Have Surrendered, le trop bref et superbement élégiaque Driving Under the Influence of Loneliness, l'enchanteur Controlling the Sea ou encore les 12 minutes et 36 secondes de The Moongoose Analogue, qui, comme le disque dans sa totalité, donne envie de chialer de joie en tutoyant les étoiles filantes (oui, rien que ça messieurs dames !)... On veut bien attendre encore treize années de plus pour pouvoir recevoir un tel cadeau de la part de Flotation Toy Warning !





Liens : www.facebook.com/Flotation-Toy-Warning, www.talitres.com, www.flotationtoywarning.co.uk.

16 juin 2017 (Talitres)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 16 juin 2017 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu

Flotation Toy Warning : les chroniques d'albums

Flotation Toy Warning : Bluffer's Guide To The Flight Deck

Flotation Toy Warning : Bluffer's Guide To The Flight Deck par Pirlouiiiit
09/10/2004
Sorti de nulle part (de Londres plus exactement) et avec un nom pour le moins énigmatique (allez jeter un œil sur leur site pour l'explication), ce jeune groupe (3 ans) signe là son premier album qui est peut être l'un des plus jolis disques... La suite

FLOTATION TOY WARNING : BLUFFER'S GUIDE TO THE FLIGHT DECK

FLOTATION TOY WARNING : BLUFFER'S GUIDE TO THE FLIGHT DECK par Pierre Andrieu
12/08/2004
Si à l'école vos professeurs s'évertuaient à écrire (mal) sur vos bulletins trimestriels "élève rêveur, tout le temps dans la lune, doit se bouger", le premier disque long format de Flotation Toy Warning devrait vous faire de l'effet... Fort... La suite