Accueil Chronique album : Foals - Total Life Forever, par Philippe
Samedi 16 novembre 2019 : 11708 concerts, 25766 chroniques de concert, 5276 critiques d'album.

Critique d'album

Foals : "Total Life Forever"

Foals :

Pop - Rock

Critique écrite le 14 septembre 2010 par Philippe

A l'instar de sa couverture bizarre et bien moins belle que celle-ci, le premier album Antidotes des jeunes anglais de Foals nous avait laissé totalement de marbre. Classé dans la rubrique math-rock (comprenez, rock avec rythmiques destructurées et mélodies dissonantes à tendance potentiellement chiante, disons du Mike Patton sans humour), il excluait toute possibilité de prendre un plaisir simple - ou même raffiné - à écouter les chevelus du gang des frères Philippakis.
Tout le contraire du présent disque, qui nous accompagne très régulièrement depuis le printemps 2010. Avec une belle production, des mélodies assurées quoiqu'originales, agrémentées de saillies afro à la Vampire Weekend et de guitares vrillantes à la Editors, dans un mélange idéal assurant légèreté et intensité tout à la fois : tout est déjà dans Blue Blood, premier titre, mais aussi dans Black Gold, un peu plus loin. Le titre éponyme Total Life Forever est une belle décharge pop dans l'esprit des Talking Heads (influence assumée et revendiquée), sans putasserie aucune et qui reste pourtant dans la tête, tandis que Miami a l'évidence tranquille des tubes radiophoniques réussis (pronostic : le refrain sera utilisé en pub de téléphone portable dans les 6 mois, dès qu'un des primitifs en costard qui vendent ces saloperies en entendra parler).
Une mini-symphonie superbe inattendue ponctue le milieu du disque, Spanish Sahara : Une jolie relecture mi-Radiohead (Hail to the Thief), mi-Bloc Party (Intimacy), qui monte doucement en puissance pour finir en chevauchée flamboyante, magnifique en live ! Celle-ci se poursuit avec la roborative This Orient, un petit interlude en Fugue aérienne, avant un After Glow à la fin punk/funk ultra-dansante, une Alabaster nostalgique et prenante. Tout comme 2 Trees qui sonne comme du Thom Yorke solo (une putain de référence !), avec en bonus une fin en mode post-rock stratosphérique, la conclusion revenant à un What Remains tribal et habité.
Ce qui dev(r)ait (toujours) arriver suite à un tel album arriva donc : fort de ce deuxième LP racé et abouti, imparable aussi bien du critique rock pointu de chez Magic R.P.M. que du simple fluokid hédoniste décérébré à coup de Facebook, le groupe Foals délivre désormais sur scène des concerts ultra-pro, dansants et supersoniques tout à la fois, qui mettent tout le monde d'accord et de bonne humeur. Une réussite majeure, en somme, ce qu'on appelle (passez-nous l'expression pour cette fois encore), l'album de la maturité !
(2010)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 14 septembre 2010 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe