Accueil Chronique album : Le Prince Miiaou - Safety First, par Philippe
Dimanche 29 mars 2020 : 9784 concerts, 25960 chroniques de concert, 5290 critiques d'album.

Critique d'album

Le Prince Miiaou : "Safety First"

Le Prince Miiaou :

Pop - Rock

Critique écrite le 13 avril 2010 par Philippe

Drôle de nom que le Prince Miiaou, pour un petit bout de fille seule qui fait une drôle de musique. A 25 ans à peine, et revendiquant une certaine ignorance musicale, la jolie Maud-Elisa Mandeau a pourtant bricolé sans complexes un album foisonnant, souvent dérangé, parfois même franchement dérangeant... Auquel on est tombé addict peu à peu, sans y prendre garde : méfiez-vous et d'abord, commencez par en éloigner les enfants, fausse piste !
Bien sûr à la première écoute distraite on a pensé : Ok, enfin c'est pas la nouvelle France Cartigny quand même, mais plutôt (encore) une chanteuse sous influence Catpower, à l'écoute de sa voix sur Our Tale ou This is not about a map. Sauf que l'orchestration en est trop dissonante, flirtant sans honte avec le post-rock... Serait-ce plutôt PJ Harvey sur Could you Please Die ou Happy Thoughts ? Sauf que là aussi il y a une noirceur du propos, l'intervention surprenante d'un violoncelle geignant par ici, une voix soudain dédoublée par là, des explosions et des queues de poisson, bref une construction pas franchement couplet-refrain, incompatible avec cette référence rassurante donc... Et puis rapidement, on a été franchement destabilisé.
Parce que tout à coup, Le Prince Miiaou ouvre les fenêtres à de l'Arcade Féérie, comme avec Football Team ; que piano et violons montent en puissance, puis guitare Mogwaïenne, sur l'étrange et assez fascinante balade-gospel-comptine Hawaiian Tree, et qu'ensuite A beast besides you died s'évade également très loin de sa base de pop-song. Et surtout, il y a No Compassion Available, l'un des titres les plus étranges jamais entendus, parlant du remplissage, puis du vidage de son corps par un fluide mystérieux... Le sujet est-il le sexe, la drogue, le manque de l'un ou de l'autre ? Mystère, en tout cas on en sort pas indemne... L'étrangeté et/ou le malaise se poursuit d'ailleurs sur American Extract, rappelant un peu Thom Yorke en solo, mi français mi-VO.
Ah oui, parce qu'on avait oublié de signaler que tout l'album change de langue sans crier gare, aussi facilement que la fille change, à en croire les photos, d'accoutrement sur scène (du classique au déguisé), de coupe ou de couleur de cheveux (de brune délicate en chignon, à blonde pétasse à frange)... Tout comme son Blabla poétique et bizarre, soudain transformé en cri de phrases sibyllines (on l'imagine sautant à pieds joints et agitant les bras dans tous les sens, à moins qu'on ait eu le temps de lui passer une camisole).
Plutôt mal nommé, Safety First est donc un album largement insécurisant : maladif et pourtant sensuel, douillet et néanmoins explosif, bizarrement magnifique et magnifiquement bizarre... Le Prince Miiaou reste largement insaisissable même après 50 écoutes, et au fond, c'est sans doute précisément pour cela qu'on arrive pas à s'en défaire.
(2009)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 13 avril 2010 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe

Le Prince Miiaou : les chroniques d'albums

Le Prince Miiaou : Where Is The Queen ?

Le Prince Miiaou : Where Is The Queen ? par Lebonair
03/03/2014
Where Is The Queen?, c'est le titre du nouvel album du Prince Miiaou alias Maud-Elisa Mandeau. Alors ? Qui est la reine ? Souhaitez-vous que je vous aide à trouver la réponse ? Allez, cherchez un peu s'il vous plaît, c'est facile, non ? C'est elle... La suite

Le Prince Miiaou : Fill The Blank With Your Own Emptiness

Le Prince Miiaou : Fill The Blank With Your Own Emptiness par Lebonair
27/08/2011
J'adOOOOOOOOOOre, comme dirait un certain chanteur bien connu, ce disque. Derrière Le Prince Miiaou se cache une artiste française de talent : Maud-Elisa Mandeau. Avec ce déjà troisième album "Fill The Blank With Your Own Emptiness", la demoiselle ... La suite