Accueil Chronique album : Metronomy - Nights Out, par Philippe
Jeudi 27 juin 2019 : 10503 concerts, 25537 chroniques de concert, 5258 critiques d'album.

Critique d'album

Metronomy : "Nights Out"

Metronomy :

Autres / Electro-ch'tarbe

Critique écrite le 21 mars 2009 par Philippe

Ainsi donc ce disque a échappé à sa sortie il y a plusieurs mois à notre sagacité collective ? Qu'à cela ne tienne, Karl Lagerfeld étant venu en aide au look des trois compères de Metronomy, leur nouvelle pochette est nettement moins embarassante que la première, parfaitement ignoble, c'est donc toujours ça de pris ! Il est vrai que leurs no-looks étaient de nature à porter préjudice à leur électro-pop par ailleurs dingo et somme toute digne d'intérêt. Enfin si on survit à la première écoute, car faut-il encore en passer une introduction peu ragoûtante : une sirène étique, une guitare déglinguée, une batterie martiale sub-claquante : on croirait un requiem cherokee joué par des indiens défoncés à la psilocybine...
Tout semble encore s'aggraver avec The End of You : titre électro à petits bruits débiles, trois notes de guitare répétées jusqu'à la nausée, un boum-boum de claquement de mains mal imité, un synthé abject plaqué là-dessus (comme partout ailleurs dans l'album), donnant tout au plus envie de danser les pieds serrés, en ondulant ridiculement du bassin et montrant des choses avec le doigt pour se moquer, comme un crétin de nerd : à la première écoute, une vraie torture. A la deuxième, une curiosité contre-nature. A la troisième (hélas), une addiction naissante... Il en va de même pour tout l'album : on le hait instantanément, on est pris d'envie de se gratter, c'est purulent et atroce, on se jure de ne plus jamais...
Et pourtant votre cervelet inférieur, le reptilien, vous siffle sournoisement : mais si, tu le sais, que tu aimes ça, quelque part. Cette basse salace de Heartbreaker, cette espèce d'intro totalement new wave 80's, totalement Curiste en somme, de On The Motorway, les airs obsédants chantés par les voix de fausset de Holiday ou A thing for Me, l'intriguant retour free jazz Back on The Motorway, le mal-nommé On Dancefloors qui garantit à lui seul de vider ceux-ci mais dont la remarquable dissonance finira par capter votre intérêt malgré vous...
Metronomy est un peu à l'électro-pop ce que Sonic Youth est au rock : le cousin clodo, junkie insortable de la famille, mais qui reste inexplicablement ... attachant. Enfin bon, un certain nombre de chansons résiste remarquablement à cette analyse et reste totalement insupportable (Radio Ladio, du Kraftwerk déviant, My heart rate rapid, qui sonne comme le pire des Klaxons ou Side 2 qui ne ressemble juste à rien...) : on peut donc raisonnablement se demander ce qui se passe dans la tête de ces jeunes gens.
Et pourtant leur musique, positivement horripilante, ou horripilamment positive, reviendra à votre insu dans vos oreilles, avant que naisse cette indéniable envie de les voir sur scène où ils semblent par ailleurs plutôt convaincants. Incontestablement, une expérience dont on ne ressort pas indemne : au fond, mieux vaut peut-être ne même pas commencer !
(2009)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 21 mars 2009 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe

Metronomy : les chroniques d'albums

Metronomy : Love Letters

Metronomy : Love Letters par Pierre Andrieu
11/03/2014
Parfaite pour accompagner l'arrivée du printemps et se préparer à lézarder au soleil de l'été, la dernière livraison très pop, ultra légère et particulièrement classe du groupe de Joseph Mount, Metronomy... Après nous avoir fait apprécier au plus... La suite

Metronomy : The English Riviera

Metronomy : The English Riviera par Philippe
15/07/2011
En 2009, déconcertés par cette pop déviante, dissonante et addictive à la fois, on avait qualifié Nights Out, le premier LP de Metronomy de "positivement horripilant", tant il était rude à apprivoiser - depuis, c'est devenu un album cher à notre... La suite