Accueil Chronique album : Overhead - NO TIME BETWEEN, par Pierre Andrieu
Mercredi 13 novembre 2019 : 11977 concerts, 25765 chroniques de concert, 5274 critiques d'album.

Critique d'album

Overhead : "NO TIME BETWEEN"

Overhead :

Rock

Critique écrite le 13 juin 2004 par Pierre Andrieu

Si le premier album d'Overhead, Silent witness (2002), avait provoqué un concert de louanges, on avait trouvé son caractère aseptisé et froid rapidement ennuyeux. Un an après, le concert du groupe français en première partie de R.E.M. au Théâtre Antique de Vienne n'avait pas provoqué non plus un enthousiasme délirant... Après un changement de personnel assez radical, le chanteur/guitariste Nicolas Leroux est le seul survivant du line up original sur le deuxième album, No time between. Il est (parfaitement) épaulé par Richard Cousin le bassiste des excellents Holden et le guitariste Chakib Chambi. Overhead réussit ici à convaincre grâce à un son plus rentre dedans ; désormais décontractés, les musiciens n'hésitent pas à se lâcher et à partir dans des délires bruitistes évoquant My Bloody Valentine (In a hundred years) ou Sonic Youth (Talk real). Pour autant, la sensibilité pop affleure toujours, certains morceaux - comme le très Cure Lifestyle radio star ou le percutant Uprising - étant même assez entraînants... Cerise sur le gâteau, la voix de Nicolas Leroux - toujours aussi singulière - a appris la sobriété, ce qui la rend plus touchante : on pense même aux vocalises du défunt Jeff Buckley sur ses meilleurs morceaux... Overhead a donc trouvé sa voix entre pop atmosphérique, folk jazzy et rock dissonant, on attend maintenant les prestations scéniques...

Site Internet : www.naive.fr.

Mai 2004 (Naïve)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 13 juin 2004 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu

Overhead : les chroniques d'albums

Overhead : SILENT WITNESS

Overhead : SILENT WITNESS par Pierre Andrieu
15/10/2002
Quel buzz pour ce tout jeune groupe ! A peine sorti de l'œuf, Overhead bénéficie d'une promotion à faire pâlir nombre de ses petits confrères... Après tout, tant mieux pour eux ! Le problème, c'est que le disque, s'il est bien réalisé, paraît... La suite