Accueil Chronique album : Poni Hoax - Images Of Sigrid, par Philippe
Mardi 10 décembre 2019 : 10280 concerts, 25834 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.

Critique d'album

Poni Hoax : "Images Of Sigrid"

Poni Hoax :

Pop - Rock

Critique écrite le 18 mai 2008 par Philippe

Retour sans tapage excessif du groupe français d'électro-pop-rock anglophone, qui a pourtant commis un petit chef d'oeuvre éponyme comme premier LP en 2006 : Poni Hoax ! Entre temps on a eu l'occasion de constater leur classe éblouissante sur scène (par exemple, quand ils firent récemment sensation à Art Rock). toujours pas obsédés par la notoriété, comme la fois précédente (où le premier tube était plage 2), ils ne jouent pas davantage sur l'"effet casque" (soit le meilleur single placé devant pour accrocher le chaland). Ici encore c'est après une intro déconcertante en deux titres 80's tendus et peu sexy pour le profane, que les chevaux sont lâchés : 3, Pretty Tall Girls, bombe électro-pop aux refrains jouissifs, et 4, Antibodies qui déploie tous les talents du groupe : guitare et synthé funky à mort, voix faussement blasée, rythmique addictive : tube en puissance...
Cette nouvelle pochette aux cheerleaders hystériques, non moins énigmatique que la précédente ('Never explain, never complain' pourrait être une devise du groupe, peu bavard sur ses intentions), évoque un univers Lynchien, auquel font écho certains chansons où pointe une sourde inquiétude (My own private Vietnam). Plus orienté "vintage" que le précédent, cet album évoque le meilleur de New Order et les riches heures de la Factory (You're gonna miss my love, All things burn)...
Mais pour tout dire il arrive aussi qu'on pense, et ce n'est pas un gros mot, à Depeche Mode, après tout le seul groupe électro-pop des années 80 qui soit resté écoutable... (Images of Sigrid, Hypercommunication). La voix claire, parfois blanche du chanteur, peut également évoquer l'univers de Ian Curtis et tous les groupes qu'il a inspiré. Avec toutefois en plus, une vraie recherche de mélodie et souvent d'agréables fioritures à l'orgue.
Au moment où l'on pense qu'il manque peut-être une ou deux chansons douces, arrivent le délicat duo The Soundtrack of your Fears (manifestement avec Olga Kouklaki, la même voix féminine que pour Budapest), et la finale Faces in the Water qui assure une redescente délicate de ce trip souvent amphétaminé... avant un titre instrumental long et étrange qui fait renaître une tension incompréhensible (Mr Lynch, encore ?). La structure de l'album et sa cohérence étant donc à peu près la même que précédemment, il ne manque que l'effet de surprise pour éprouver la même joie à découvrir le groupe, décidément passionnant sur disque autant qu'il est formidable sur scène.
(2008)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 18 mai 2008 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe

Poni Hoax : les chroniques d'albums

Poni Hoax : Poni Hoax.

Poni Hoax : Poni Hoax. par Philippe
30/09/2006
Dieu merci, un je-ne-sais-quoi d'intriguant et de classe dans ce nom m'a poussé à écouter Poni Hoax, groupe français dont j'avais malencontreusement raté concert et album cet été. Le disque s'ouvre sur une très bonne chanson disco-pop qui les met... La suite