Accueil Chronique album : The Black Angels - Indigo Meadow, par Pierre Andrieu
Dimanche 20 août 2017 : 11602 concerts, 24581 chroniques de concert, 5167 critiques d'album.

Critique d'album

The Black Angels : "Indigo Meadow"

The Black Angels :

Pop - Rock / RockPsyché

Critique écrite le 30 mars 2013 par Pierre Andrieu

Toujours à fond dans leur trip " rock psyché qui tue ", les bien nommés Black Angels remettent le couvert avec Indigo Meadow, un album satanique à souhait convoquant, comme il se doit, le meilleur de la musique du diable... En prenant plus que jamais comme point de départ le meilleur de Roky Erickson, Syd Barrett, The Velvet Underground, The Doors & co, le groupe d'Alex Maas tutoie à nouveau les sommets du psychédélisme... Grâce à un imparable savoir faire au niveau du songwriting (sans faille), de la production (quel son !) et des arrangements (orgue enchanteur, effets rendant la voix complètement flippante, distorsion maléfique...). Clairement, cet album très tripant est un sans faute qui donnerait presque envie de jouer du soir au matin des chansons du fou dangereux Charles Manson ! Les trois premiers titres - Indigo Meadow, Evil Things et Don't Play with Guns - sont d'ailleurs tout simplement de purs chefs-d'oeuvre. Et comme le reste est à l'avenant, il est impossible de pas rester scotché pendant la durée de l'album, qui sait ménager des pauses plus calmes (Holland, Black Isn't Black) ou pop (The Day) avant de mettre le feu aux poudres avec un arsenal rock 'n roll très électrique (Always Maybe, Broken Soldier, Twisted Light). Sous leurs faux airs de brutes épaisses psychopathes (néanmoins capables de décocher un Don't Play With Guns qui doit faire jaser au très armé pays de l'oncle Sam), les très " peace " Black Angels sont de brillants musiciens ouverts d'esprit et pas du tout bas du front. La preuve, ils sont attirés par toutes les branches de la musique psyché et leurs dérivés. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien qu'ils organisent le foisonnant festival Austin Psych Fest ou qu'ils ont donné un coup de main à un jeune groupe français doué, Wall Of Death... La qualité 100% inoxydable d'Indigo Meadow et son incroyable potentiel scénique donnent très envie de faire deux choses : aller à Austin, Texas les voir en live en compagnie de leur invités à l'occasion du festival susnommé, ou plus raisonnablement attendre impatiemment le prochain passage en France de la troupe...



Liens : www.theblackangels.com, twitter.com/theblackangels, www.facebook.com/theblackangels.tx, www.youtube.com/user/TheBlackAngelsTV...

2 Avril 2013 (Blue Horizon Records)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 30 mars 2013 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu

The Black Angels : les chroniques d'albums

The Black Angels : Death Song

The Black Angels : Death Song par Pierre Andrieu
08/04/2017
Quatre ans après le très bon Indigo Meadow (album ayant donné lieu à un fantastique passage au festival Villette Sonique en 2015 !), les Black Angels sont de retour avec un disque nommé Death Song, un nouveau moyen pour déclarer ouvertement leur... La suite

The Black Angels : Phosphene Dream

The Black Angels : Phosphene Dream par Boby
07/10/2010
Pour être psyché dans le XXI éme siècle nul besoin d'inventer des sons bizarroïdes, de rajouter des instruments tout droit sortis de chez le dealer de Satan ou encore d'enregistrer des grognements d'ours polaires en string dans un motel miteux de San... La suite

The Black Angels : Phosphene Dream

The Black Angels : Phosphene Dream par Pierre Andrieu
21/09/2010
Sur son nouvel album, Phosphene Dream, le mystérieux groupe texan The Black Angels au nom inspiré par une chanson du Velvet Underground permet une très belle plongée en apnée dans l'enfer du rock garage psyché pop des années 60 et 70... Quelques... La suite

The Black Angels : Directions To See A Ghost

The Black Angels : Directions To See A Ghost par zeu western manooch
13/06/2008
Austin, Texas. Un groupe de jeunes activistes répondant au nom quelque peu lugubre de The Black Angels tente de faire entendre sa voix dans un État où il ne fait pas forcément bon crier trop fort. De retour sur le devant de la scène avec ce 3° opus,... La suite