Accueil Chronique album : The Strokes - Angles, par Pierre Andrieu
Mardi 20 août 2019 : 11775 concerts, 25623 chroniques de concert, 5262 critiques d'album.

Critique d'album

The Strokes : "Angles"

The Strokes :

Pop - Rock

Critique écrite le 18 mars 2011 par Pierre Andrieu

Malgré les vrais faux problèmes internes (dont on se contrefout royalement, on parle de musique ici... ) rencontrés pendant sa réalisation, le quatrième album des Strokes est de la trempe des disques qu'on a envie de réécouter à de multiples reprises en se fracassant la tête... Et si ce n'est pas un chef d'œuvre - Julian Casablancas et ses acolytes appliquent souvent la formule qui s'est avérée gagnante sur les précédents disques et il y a deux ou trois fautes de goûts : ici un chant à la Freddie Mercury, là un solo un peu démonstratif -, Angles est quand même une putain de bonne collection de chansons ! Tout à fait normal quand on compte en son sein autant de talents mis en commun ; chaque membre du combo new yorkais est un excellent musicien et tout le monde sait composer des tubes planétaires à faire se damner les pop addicts... Cela peut entrainer des histoires d'égo délicates à gérer, mais le résultat est là, particulièrement frappant : la machine à usiner des hits pop rock est à nouveau en état de marche ! Sur Angles, on retrouve donc la synthèse parfaite entre les précédents travaux des Strokes, les disques solo d'Albert Hammond Jr & co et les penchants légèrement synthético New Wave de l'effort solitaire de Mr Casablancas... Ceux qui détestent les Strokes depuis leurs débuts continueront à écouter du métal pyrotechnique, du reggae engagé, de la folk bien pensante, du hip hop conscient voire du punk viscéral ou de la chanson réaliste, mais ce sera presque le paradis pour les amoureux de mélodies accroche cœur, de voix un peu lasse de garnement hâbleur et de pop songs qui donnent envie de rouler à fond - et de manière totalement insouciante - sur une autoroute déserte. C'est en effet à une avalanche de morceaux accrocheurs auxquels ces derniers sont conviés : l'inaugural et original (reggae pop ?) Machu Picchu, l'enlevé Taken For A Foul, le percutant et strident Under Cover Of Darkness, les imparables You're So Right et Métabolism (ces riff méga basiques ! ces arpèges sidérants ! cet effet planant sur la voix !), le très électro pop Games et le sophistiqué autant que raffiné Life Is Simple In The Moonlight. Un seul titre calme et dépouillé : la ballade presque folk Call Me Back, où le mâle organe du chanteur croone avec maestria. A moins d'être un indécrottable peine à jouir, un rabat joie notoire ou un allergique à toute tentative de succès ou de carrière, il y a sur l'album Angles largement de quoi prendre son pied...

A lire également, la chronique du concert des Strokes aux Eurockéennes de Belfort 2006...

Liens : www.thestrokes.com, www.myspace.com/thestrokes, www.facebook.com/thestrokes, http://twitter.com/#!/thestrokes...

22 mars 2011 (Sony Music)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 18 mars 2011 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu

The Strokes : les chroniques d'albums

The Strokes : First Impressions Of Earth

The Strokes : First Impressions Of Earth par Greg
08/09/2006
Les sauveurs du rock étaient attendus au tournant après leurs 2 premières livraisons "Is This It" et "Room On Fire". Les sceptiques pensaient avoir droit à un Is This It 3, tant la sortie de Room On Fire avait été décriée (l'ombre du premier opus... La suite

The Strokes : ROOM ON FIRE

The Strokes : ROOM ON FIRE par Pierre Andrieu
01/11/2003
Deux ans après sa sortie, le premier album des Strokes s'écoute toujours avec autant de plaisir. Les puristes de service qui avaient jugé ce groupe uniquement sur son apparence hautaine, ses origines huppées et son succès immédiat orchestré de main... La suite

THE STROKES : IS THIS IT

THE STROKES : IS THIS IT par Pierre Andrieu
04/01/2002
Selon certaines rumeurs, le succès de ces cinq jeunes new-yorkais serait principalement dû à leurs gueules et à leur look cool. Que nenni, ce n'est pas uniquement pour ces raisons que les gens se ruent sur leurs disques et assistent à leurs concerts... La suite