Accueil Chronique album : Thee Oh Sees - Carrion Crawler - The Dream, par Philippe
Dimanche 22 avril 2018 : 10209 concerts, 24952 chroniques de concert, 5210 critiques d'album.

Critique d'album

Thee Oh Sees : "Carrion Crawler - The Dream"

Thee Oh Sees :

Pop - Rock

Critique écrite le 04 juin 2012 par Philippe

Auteurs d'un nombre incalculable d'albums, les Thee oh Sees continuent pourtant d'être un secret beaucoup trop bien gardé de l'underground californien, peut-être grâce à leur quête continue de la pochette la plus moche possible (alors qu'étant de San Francisco, il leur suffirait de mettre une belle photo du Golden Gate, comme leurs cousins pourtant un peu rustres des Wooden Shjips...). Un groupe qui avec une telle production, n'a pas de page wiki en français en juin 2012 (véridique !) ne peut pourtant pas être entièrement mauvais !
Ces trois garçons et une (très jolie) fille gagnent pourtant à être connus : on se souvient d'un concert mémorable à la Machine à Coudre, qui nous avait donné l'impression de partager le sort d'un homard enfermé dans une cocotte-minute sur le point de bouillir... Tant ils maîtrisent cette science de la boucle rejouée et rejouée encore, qui fait prendre le public en mayonnaise, puis en moutarde, et enfin en sauce Habanera. Reste à savoir ce que ça donne sur disque.
Donc, Carrion crawler, paraît-il une sale bête visqueuse issue de Donjons et Dragons. L'album commence par trois pièces de choix : Carrion Crawler en intro dissonante et plutôt calme (mais qui dérape régulièrement dans des embardées psychédéliques), Contraption Soul desert en rock garage à mur de son, de type The Horrors, et enfin Robber Barons lent et drogué jusqu'aux yeux (...pas le souvenir qu'ils en fassent des comme ça en concert).
Alors que Chem Farmers et son esprit krautrock, dans le genre des très regrettés français de Gomm, illustre à merveille le concept déjà évoqué de faire tourner une boucle jusqu'à la transe - sur scène c'est imparable, sur disque il arrive selon l'humeur qu'on reste à quai ! Impossible par contre de résister à The Dream, cavalcade furieuse rock/garage/psyché et qui vous emporte instantanément : elle doit être dévastatrice en live, et forme en tout cas le climax de l'album !
Sur la deuxième moitié du disque et de façon surprenante la majorité des chansons est assez courte : Opposition en petite bombe primitive et jouissive chantée garçon-fille, Wrong Idea en boucle heurtée et répétée (heureusement courte, aucun batteur ne pourrait y survivre plus de 2 minutes !)... Heavy Doctor en morceau final et ultra-plaisant : on croirait presque réentendre les Cramps dans leurs oeuvres de musique sacrée !
Si le disque (comme d'autres également testés) échoue à rendre l'auditeur (du moins l'auditeur sobre) aussi dingue qu'un concert, il reste un très beau témoignage de "néo-garage", style en pointe ces dernières années et dont on ne se lasse décidement pas... Thee Oh Sees reste cependant idéalement un groupe à voir d'abord sur scène (grosse tournée en 2012 !) pour s'imprégner de sa furie : nul doute que les réminiscences de ce moment d'exception, à la manière d'un retour d'acide à l'ancienne, vous feront alors remonter très haut dans les tours, rien qu'en en ré-entendant leurs joyeuses éructations bruitistes sur disque...

(2012)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 04 juin 2012 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe

Thee Oh Sees : les chroniques d'albums

OCS (Thee Oh Sees) : Memory Of A Cut Off Head

OCS (Thee Oh Sees) : Memory Of A Cut Off Head par Pierre Andrieu
20/11/2017
Après la parution cet été du dernier album des Oh Sees (ORC, excellent - enfin sauf pour les durs de la feuille fans des bien nommés Def Leppard, bien sûr... ), John Dwyer poursuit ses passionnantes pérégrinations musicales en changeant une nouvelle... La suite

Oh Sees : Orc

Oh Sees : Orc par Pierre Andrieu
11/08/2017
L'infernal stakhanoviste californien du rock garage psyché a encore frappé ! John Dwyer publie fin août 2017 le 19ème album de Thee Oh Sees sous le nouveau nom de groupe de Oh Sees (le " Thee " a été enlevé pour une raison qu'il ne nous appartient... La suite

Damaged Bug : Bunker Funk

Damaged Bug : Bunker Funk par Pierre Andrieu
09/07/2017
On sait John Dwyer doté d'un cerveau en perpétuelle ébullition et absolument inarrêtable dès qu'il s'agit d'ajouter une nouvelle ligne à sa discographie... Il le prouve une fois encore avec son side project barré Damaged Bug, qui sort à nouveau du... La suite

Thee Oh Sees : Drop

Thee Oh Sees : Drop par Pierre Andrieu
07/05/2014
Drop, le nouvel album de Thee Oh Sees, est encore une fois une preuve éclatante du génie de saint John Dwyer, qui devrait finir par être être canonisé au nom des multiples services rendus au dieu rock 'n roll... C'est aussi une preuve de son humour... La suite