Accueil Chronique album : Thee Vicars - Psychotic Beat !, par Philippe
Mardi 31 mars 2020 : 10083 concerts, 25960 chroniques de concert, 5290 critiques d'album.

Critique d'album

Thee Vicars : "Psychotic Beat !"

Thee Vicars :

Pop - Rock

Critique écrite le 24 avril 2010 par Philippe

A voir cette pochette de vinyle qui semble tout droit sortie du fond des 60's, on se dit que les 4 plutôt vilains membres du groupe Thee Vicars auraient tout à fait eu leur place dans l'hilarant bestiaire des groupes garage underground qu'a réalisé Nicolas Ungemuth l'an dernier, leur nom étant en outre dangereusement proche de celui des encore plus laids (et nettement plus effrayants) The Monks ! Le titre Psychotic Beat! fait d'ailleurs lui aussi clairement référence aux 60's malgré le fait que ces jeunes gens semblent plutôt nés dans les années '80, si ce n'est dans les '90...
Les 4 coupes au bol de Thee Vicars font donc un rock garage d'un classicisme très plaisant (les riffs de What's the latest ou Mr Operator ont bien du être utilisés une cinquantaine de fois auparavant), quelque part entre la furie originelle des Sonics (Feel So Good, Almost There) et le néo garage-punk de The Hives, grâce à une connotation par moments clairement punk (Baby Come on Home, The Beat). On pense aussi aux Kinks, au moins pour la simplicité "biblique" de leurs compositions et de leurs riffs (Mr Operator, You lie, Yeah yeah).
Finalement, Thee Vicars forment en quelque sorte le pendant obscur et sale du son très propre des néo-classiques The Bishops (encore une référence ecclésiastique !) : les différentes églises (c'est le cas de le dire !) du rock garage affichent donc de belles couleurs, cinquante ans après son apparition, n'étant pas conduites par de vieux gâteux réactionnaires et potentiellement dangereux, mais bien par de vigoureuses jeunes pousses. On ne peut donc qu'envier ceux qui pourront découvrir cette revigorante sensation de revival sur scène !
(2010)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 24 avril 2010 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe