Accueil Chronique album : Ty Segall - Emotional Mugger, par Pierre Andrieu
Dimanche 20 mai 2018 : 9639 concerts, 24987 chroniques de concert, 5216 critiques d'album.

Critique d'album

Ty Segall : "Emotional Mugger"

Ty Segall :

Pop - Rock

Critique écrite le 19 janvier 2016 par Pierre Andrieu

Après le deuxième album de Fuzz, positivement décérébrant (sauf pour les irrécupérables sourds), et l'album de reprises de T. Rex (anecdotique mais avec quelques bons titres), Ty Segall poursuit sa route discographique début 2016 avec Emotional Mugger (en écoute ici), un album qui a de quoi émoustiller les fans du monsieur et les petits agités désireux de se mettre la tête à l'envers sur du rock garage 'n glam... La suite du déjà classique Manipulator est plus énervée, plus foutraque, plus rock 'n roll, moins produite, mais tout aussi jouissive pour ceux qui aiment les multiples périodes de Mister Segall : rock garage Lo-Fi, glam pop catchy, folk rock ou encore heavy rock psyché. Chantés avec cette voix acidulée si particulière, qui évoque l'organe d'un rejeton ultra doué de Marc Bolan et David Bowie (Ziggy Rex ?), les morceaux qui déchirent la sono sont ultra réjouissants et risquent une fois de plus d'alimenter la machine à enchaîner les hits qui se met en action lors des concerts. On pense en particulier au titre inaugural, Squealer, sorte de glam garage hystéro et réverberisé, au très " pop garage barbelée " Breakfast Eggs, à l'imparable et fédérateur Candy Sam, avec de très chupee chœurs et sifflements enfantins, et enfin, last but not least, au très musclé et turgescent Diversion, LE méga tube qui sera bientôt sur toutes les lèvres ! Produits et enregistrés de manière brute (merci pour le très bandant son de guitare fuzz !), les onze très bons titres qui forment Emotional Mugger bénéficient en outre de toute une série de bruitages et bidouillages zarbis, drolatiques et psyché. Ce qui fait qu'on devient sans aucune difficulté très, très accro à cette nouvelle collection de morceaux, tout droit sortis du cerveau en surchauffe du blondinet joufflu capable de rendre zinzin toutes les salles, clubs, et festivals dont il foule les planches... Garçon, remettez-nous une nouvelle tournée de Ty Segall svp ! En vous remerciant.



Liens : emotionalmugger.com, ty-segall.com, www.facebook.com/pages/Ty-Segall, twitter.com/tysegall, www.dragcity.com...

22 Janvier 2016 (Drag City - Modulor)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 19 janvier 2016 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu

Ty Segall And The Freedom Band : les chroniques d'albums

Ty Segall : Freedom's Goblin

Ty Segall : Freedom's Goblin par Pierre Andrieu
18/01/2018
Après une avalanche de titres lâchés dans la nature avant la sortie du disque (et sans préciser qu'ils étaient extraits d'un album à venir), Ty Segall effectue son " grand come back " annuel début 2018 avec un copieux double album de 19 titres où il... La suite

Ty Segall : S/t

Ty Segall : S/t par Pierre Andrieu
24/01/2017
Pas de nouvelles discographiques ou scéniques de l'intenable Ty Segall depuis 5 mois, et voilà c'est la spirale de la dépression, on commence à sérieusement s'inquiéter, voire même à flipper grave chez les fans du monsieur ! Car, à part son dernier... La suite

Ty Segall : Manipulator

Ty Segall : Manipulator par Pierre Andrieu
19/08/2014
Tonitruant retour discographique pour le petit génie du rock garage (mais pas que... ), Ty Segall, qui débarque fin août 2014 avec Manipulator, un ambitieux double album synthétisant à la perfection toutes les facettes de son talent... En 56 minutes... La suite

Ty Segall : Sleeper

Ty Segall : Sleeper par Yogui
07/10/2013
Ty Segall, avant de nous régaler avec son nouveau projet Fuzz - qui fera l'objet de ma prochaine chronique - a sorti en 2013 un album solo très folk... Quelle surprise de le découvrir dans ce registre, mais également, quelle peur d'être déçu ! Et... La suite