Accueil Chronique album : Vincent Delerm - Les Pelouses De Kensington, par Pierre Andrieu
Vendredi 24 janvier 2020 : 11573 concerts, 25888 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

Vincent Delerm : "Les Pelouses De Kensington"

Vincent Delerm :

Chanson française

Critique écrite le 28 février 2005 par Pierre Andrieu

Chez les rockers, il est de bon ton de faire de l'humour à propos de Vincent Delerm, de sa voix, de ses textes et de la tonalité mélancolique de son travail. Pourtant, à quelques exceptions près, les chansons signées par ce jeune homme ne portant ni Converse, ni blouson en cuir (quelle honte !) sont bien écrites, émouvantes et/ou drôles. Les pelouses de Kensington - un dvd principalement destiné aux fans - permet de retracer l'enregistrement du dernier album. On découvre y Vincent Delerm en compagnie de sa garde rapprochée (le producteur Cyrille Wambergue, l'ingénieur du son Dominique Ledudal... ) lors des séances de Kensington square au studio Gang à Paris. Sur les murs, les disques d'or des regrettables Michel Berger (que Delerm apprécie, personne n'est parfait), Johnny Hallyday et - comble du comble - de la comédie musicale de sinistre mémoire, Starmania... Grâce au film de Bruno Sevaistre, on peut suivre les séances d'enregistrement des voix et du piano, mais aussi de la basse (très anglaise), de la batterie (discrète), des cordes et des cuivres (superbes), de la mandoline du souriant Pierre Sangra, du chant troublant de Keren Ann et Dominique A, des chuchotements d'Irène Jacob et du générique de fin dit par l'acteur Mathieu Amalric... L'atmosphère est studieuse, parsemée d'anecdotes croustillantes et de périodes de doutes ; Vincent Delerm apparaît lucide (sur ses qualités vocales), franc (il avoue s'être inspiré de Lullaby de The Cure et de My Girl de Madness pour certaines chansons), plein d'humour et nostalgique (quand arrive la fin des sessions). Au final, le visionnage de ce dvd donne envie d'écouter ses disques et d'assister à la tournée 2005 (qui devrait être aussi réussie que la précédente). Ceux qui restent sur des a priori idiots et ne se déplacent pas pour le voir sur scène passent vraiment à côté de très bons moments...

A lire également : un entretien avec Vincent Delerm, les critiques des disques de Vincent Delerm, une chronique du concert du 18 novemnbre 2002 à Clermont-Fd et un compte-rendu du concert du 24 avril 2003 au Printemps de Bourges, voilà.

Sites Internet : www.vincentdelerm.com, www.totoutard.com.

2004 (tôt Ou tard / Warner)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 28 février 2005 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu

Vincent Delerm : les chroniques d'albums

Vincent Delerm / P. von Poehl : Les Piqûres D'araignée

Vincent Delerm / P. von Poehl : Les Piqûres D'araignée par Philippe
28/11/2006
Il faut bien le constater, le monde est plein de gens qui n'aiment pas Vincent Delerm, et généralement pour de mauvaises raisons (en gros, sa tronche, sa voix et son boboïsme revendiqué). Une autre façon de le définir serait pourtant d'appuyer sur... La suite

Vincent Delerm : Kensington Square

Vincent Delerm : Kensington Square par L.
27/12/2004
Après deux ans d'absence Vincent Delerm revient au meilleur de sa forme musicale et nous refait découvrir la chanson française composée et interprétée sans pareil . Tout les accords qu'ils soient mélodiques ou textuels sont en parfaites symbioses,... La suite

Vincent Delerm : KENSINGTON SQUARE

Vincent Delerm : KENSINGTON SQUARE par Pierre Andrieu
06/04/2004
Pour donner une suite à un premier album éponyme - toujours agréable à écouter en faisant des miettes de savane sur un canapé en velours - et à un dvd live enthousiasmant - Un soir boulevard Voltaire -, Vincent Delerm fait paraître aujourd'hui son... La suite

Vincent Delerm : UN SOIR BOULEVARD VOLTAIRE

Vincent Delerm : UN SOIR BOULEVARD VOLTAIRE par Pierre Andrieu
03/02/2004
Après un premier album couronné de succès et une tournée triomphale, Vincent Delerm sort déjà son premier dvd live. Il n'y a rien de scandaleux à cela puisque l'objet renferme quand même neuf titres inédits. Ce concert articulé comme un véritable... La suite