Accueil Chronique de concert Age tendre et tete de bois
Mardi 28 mars 2017 : 11777 concerts, 24353 chroniques de concert, 5150 critiques d'album.

Chronique de Concert

Age tendre et tete de bois

Dome à Marseille 22 mars 2006

Critique écrite le 24 mars 2006 par Gandalf

Comment ca ?! Vous avez cru pouvoir échapper à un compte rendu, par le détail qui plus est, de l'escale marseillaise de la tournée Age tendre et tête de bois ?! Alors que pour ma part je ne suis sorti du Dôme qu'à 0h45, après presque 4 heures de live !!! Avec une entracte (si si ca existe encore !) de 20 minutes pour rincer les gosiers parcheminés et libérer les prostates incontinentes, certes, mais prés de quatre heures quand même !! Je suis encore étonné du faible taux d'endormissement de la salle à cette heure indue, vu la moyenne plus qu'élevée (canonique dirais-je même) de ladite assemblée !

Bon ca va, j'abuse un poil, car ceux qui me connaissent savent bien que j'ai grandi avec la génération yé-yé que ma mère adorait, et adore toujours. Alors evidemment, lorsque ma chère Maman a appris que cette tournée des idoles de l'epoque passait dans les parages, elle n'a pas pu s'empêcher de m'y "trainer" (comme Charles), sans que je rechigne en plus.

J'etais curieux de voir ce qui allait nous etre servi en spectacle, car plusieurs artistes partagent l'affiche, interpretant chacun quelques uns de leurs tubes d'alors. A quelques exceptions près, il s'est révélé que je connaissais la majorité de ceux ci, mon enfance ayant été marquée par ce juke box familial passant nombre de titres des 60s.

Cependant, je peux d'ores et déjà dire que c'est une "seconde division" de la susdite génération, qui a envahit les planches ce soir là. En effet, les ténors qui sont toujours là 40 ans plus tard, tels Johnny, Sheila, Vartan, Mitchell, Gall, etc...sont absents. Sur ce tour ce sont plutot des artistes qui ont cartonné à mort sur une trés courte periode, qui ont ecrit des standards mais dont la carrière s'est vite arretée, des seconds couteaux, des hommes ou femme d'un seul titre fulgurant...

Le Dôme est en configuration minimale (rideaux sur les cotés et au fond), la population est donc proche de l'ère tertiaire, lorsque qu'on prend nos places avec ma mère, ils annoncent du retard dûs à quelques problèmes techniques, ils font carrément la balance pendant que les gens s'installent, ca s'interpellent pour régler les instruments...Ca fait pas trés carré ni pro, limite amateur. Mais l'ambiance est trés bonne enfant, et ca se confirmera tout le long de la soirée: nous sommes ici entre amis pour entendre la bonne musique de notre jeunesse (à divers degrés de jeunesse bien entendu).

Le show débute pas l'intervention d'Hubert, un animateur de l'epoque apparement. Un peu de blabla et Michel Orso entame Age tendre et tête de bois, chanson eponyme d'une emission tv trés célèbre dans les 60s francaises. Je ne connaissais pas du tout cet artiste, et franchement, il a gardé une sacrée patate ! Un des seuls qui n'a pas pris 50 kilos aussi ! Il a toujours de la voix, il se bouge et danse même trés bien une fois la chemise tombée ! Avec en point d'orgue lors de son deuxième passage, une reprise d'une chanson de Becaud (Les marchés de provence) tip top. Une des meilleures surprises du concert.

Jean Jacques Debout, connu pour etre le mari de Chantal Goya essentiellement, mais aussi un sacré compositeur, nous interprète trois titres, dont La Mer de Trenet. Il a jamais trop eu de voix, mais ca ne s'est pas arrangé avec l'age...Un peu tout mou tout ca...

Francois Deguelt, gloire ephémère d'alors avec Le ciel, le soleil et la mer et Le petit bal de la marine notamment, qu'il chantera apres l'entracte, anime le show à chaque pause inter-artistes. En nous racontant plusieurs anecdotes, en brodant, en introduisant le prochain invité, toujours avec bonne humeur.

Demis Roussos ramène sa masse imposante, pour nous chanter trois titres, dont le fameux Rain and tears d'Aphrodite Child's. Enfin quand je dis "chanter"...j'ai eu la trés trés forte impression que le monsieur etait en playback...Ca sonnait pas aussi vrai que les autres intervenants...La même voix qu'il y a 40 ans, même orchestration...D'ailleurs il n'a pas dit un mot entre ses chansons, et s'est vite retiré par la suite...

Celle d'après je lui consacre un petit chapitre rien que pour elle tellement c'est grand !!
Annie Philippe est annoncée. Super je connais pas. Ma mère qui me renseigne me dit qu'elle a fait une chanson qui a eu un petit succés et c'est à peu prés tout.
Sur ce, arrive un engin (comme on dit par ici) qui a du soulever sans l'aide du viagra les membres les plus vigoureux de la salle ! Une nénette de plus de 60 balais, en robe ultra courte dévoilant de fines jambes, ultra décolletée sur un 105 D au bas mot, aux lévres carnassières, refaite de haut en bas bien sûr ! Phénoménal !
Ah oui au fait elle a chanté son Ticket de quai et une autre vachement pas passionante ! Moi je regardais les ecrans géants en n'y croyant pas :).

S'ensuit un Gilles Dreu inconnu de mes services, qui renseignements pris a eu son petit succés aussi avec Alouette. Qu'il enchaine avec un titre au super refrain: madame descendez de l'escalier que je voye votre tete, descendez l'escalier lalalalala... Magnifique ! Et il l'a tenu un moment cet escalier, le public reprenant en choeur !! Une bonne voix par contre !

Bon c'est pas tout ça, mais pour la suite, on passe au cap superieur. A vrai dire, la seule de cette soirée qui continue à faire des concerts (l'Olympia l'an dernier par exemple), et ca se voit ! On passe pour un peu plus d'une demi-heure en "première division", avec Michelle Torr ! Eh vi ! J'aime beaucoup la dame, car elle plus que d'autres a marqué mon enfance par nombre de ses chansons ! J'ai beau ne pas les avoir ecoutées depuis près de 20 ans, je me rappelle encore les paroles !
Elle a une sacrée pêche, un grand charisme, de la prestance scénique, ses musiciens (dont un gratteux qui envoie la satu bien comme il faut souvent), et un repertoire d'enfer !
Son temps de jeu a beau etre le plus long du concert, il n'en reste pas moins beaucoup trop court pour caser tous ses tubes ! On a donc droit à un pot pourri (comme on disait avant) excellent, de "Je m'appelle Michelle" à "Midnight blue" (que de souvenirs !) en passant par, "une petite francaise", "lui", etc... Evidemment tout le monde réclame "Emmene moi danser ce soir", qu'elle se fait un plaisir d'entonner, puis "J'en appelle à la tendresse", avec un "Non je ne regrette rien" de Piaf vibrant calé entre les deux.
J'adore toujours sa voix chaude, un peu cassée, envoutante. Vi vi je suis serieux, je suis fan et je suis même pret à accompagner ma mère la voir elle seule en live ;) Et au vu de la réaction plus qu'enthousiaste de l'audience, je ne serai pas seul il faut croire !
Le meilleur live de la soirée, de trés trés loin ! Hell Yeah ! ;)

Une entracte bienvenue pour se remettre de tout ça, et ca repart avec je sais plus qui, mais celui qui va me mettre sur le cul, c'est Lenny Escudero ! Je ne connaissais pas du tout, ce qui est tout à fait normal vu que ma mère a HORREUR des chansons à textes, des artistes qui "parlent". Et ce Lenny, il a tout de Brel et Ferrat. Dont il est le contemporain. En trois titres, seuls avec ses deux petits fils qui l'accompagnent à la gratte sèche et la basse electrique, il a mis le Dôme à genoux ! Silence religieux pendant son interprétation incroyable, et standing ovation avec "une autre une autre une autre" répété à l'unisson (moins Maman :p) ! Ce mec est totalement habité par ce qu'il chante/déclame. Son dernier titre est un crescendo fabuleux, à coté duquel son tube le plus connu (Pour une amourette) parait fade. J'en suis resté scié ! Déjà quand il arrive sir sa "Balade à Sylvie", il en impose malgré le fait qu'il se tienne debout sans bouger, les cheveux devant les yeux, les bras ballants derrière son micro. Et puis sa voix et son emotion montent en puissance. Jusqu'à ce titre final où il donne tout, sortant de lui même, faisant frissonner la salle entière (moins Maman toujours !).
Parfaitement grand.

A coté de ce ton exceptionnllement serieux ce soir là, Nancy Holloway est venue le temps de deux titres, nous balancer son humour et surtout sa voix puissante, alors qu'elle marche à peine toute seule. Sans oublier Los Machucambos, dont les deux gratteux sont d'origine, contrairement à la jeune femme hispanique les accompagnant. En trois titres ils ont "enflammé" la fibre latine et bon enfant locale, avec leur lascif "Guantanamera", leur marrant "Pepito", et l'intemporel "La Bamba", version originelle. Bien sympa leur intervention !

Pour finir, deux des vraies stars de l'epoque ont quelque peu plombé le mythe...Deux des plus attendus du show.
D'abord Frank Alamo, rendu célèbre en quelques mois (avant, les singles sortaient rapidement) avec "Da dou ron ron" puis "Biche ô ma biche". Puis avec "Allo Mai 38-37". Trois titres qu'il chantera...sans orchestre, en envoyant une bande-son réhaussée de gros boum boum techno. Naze. Il faisait peine à voir tellement il forcait de sa petite voix nasillarde limite insupportable. Il avait vraiment du mal. Et en plus pas sympa le mec, quand une fan lui apporte quelque chose en bas de la scène et qu'il la reprend de volée en lui disant "plus tard voyons, vous ne voyez pas que je chante avec mes amis", un truc du genre...Pffff... Tout le contraire d'une Michelle Torr sur ce coup. Et le public l'a bien ressenti j'ai trouvé, applaudissant moyennement.

Et enfin, "clou" du spectacle, artiste le plus attendu, un des plus gros vendeurs des Yé-Yé: Richard Anthony. Alors lui aussi il a plus que bercé mon enfance, vu ce que ma mère l'adorait !
Pour la deuxième fois de la soirée, l'orchestre est mis au placard, et une bande-son va prendre le relais. Ce qui a l'avantage pour le chanteur, de rajouter des choeurs, de s'entendre plus fort que le filet de voix, de booster le public.
Car faut pas se le cacher, le Richard, il en chie !! Enormément. Mais à la différence de Alamo, il a un humour, et une auto-dérision à toute epreuve. C'est tout à son honneur. Il ne se cache pas de son excés de poids (un doux euphémisme vu la chose...), de ses multiples mariages/divorces, d'un de ses tubes totalement niais mais qui a cartonné comme pas possible ("le sirop typhon" chanté en entier !), le fait que tous ces vieux, lui inclus, soient encore debouts si tard....Le gars est trés attachant.
Mais niveau voix, il en PEUT PLUS ! Parfois il oublie les paroles, parfois il chante pas toute la phrase, parfois il laisse faire le public, qui lui s'en fout, tout entier acquis à sa cause.
Et moi ca me fait franchement plaisir d'entendre son pot-pourri tubesque ("à présent tu peux t'en aller" , "nouvelle vague"...), sans oublier la chanson que tout le monde attend et réclame sans cesse : "Et j'entend siffler le train". Un monument... quand on aime le style evidemment ;)
Et qui conclue le concert de fort belle manière, avec un retour de tous les artistes on stage.

Bon, c'etait un peu long...sur la longueur ! Mais au final, on en a eu pour notre argent, on s'est pas pris la tête, les ainés se sont régalés, et tout compte fait c'est bien là l'essentiel.
Rigolez rigolez, mais quand on aura 70 piges, on sera bien content si les artistes de notre génération se réunissent pour un gigantour ! ;)

GANDALF EN APPELLE A LA TENDRESSE

Age Tendre et Têtes de Bois : les dernières chroniques concerts

Age tendre et Tête de bois (Saison 6) en concert

Age tendre et Tête de bois (Saison 6) par Gandalf
Le Dôme - Marseille, le 31/03/2011
Pour cette sixième édition d'Age tendre et tête de bois, dont je deviens un fervent habitué vu que c'est ma cinquième participation (qui a dit "forcée" ?!), je ne peux que... La suite

Age tendre et Têtes de bois en concert

Age tendre et Têtes de bois par Gandalf
Dôme - Marseille, le 26/03/2010
Bon, comme chaque année j'accompagne ma mère à cette messe des années 60, élargie jusqu'aux années 80 cette fois. Comme chaque année, et c'est lamentable, l'organisation relève... La suite

Age tendre et tête de bois (Saison 4) en concert

Age tendre et tête de bois (Saison 4) par Gandalf
Le Dôme - Marseille, le 17/03/2009
Mine de rien, ça fait quatre saisons, et la troisième pour ma part, que le revival live yé-yé baptisé Age tendre et Tête de bois, rameute les vieux... et les moins vieux ! Si à la... La suite

age tendre et tête de bois par Françoise Montillot
Avignon, le 17/12/2011
Quel joie de revoir tous ses artistes qui ont bercé mon adolescence. Et tous d'abord Hervé Vilard qui à été le premier chanteur à qui je me suis adressé pour avoir une photo dédicacée. Je possède beaucoup de ses disques, et le livre (l'âme seule) qu'il à écri, et pour le concert j'ai acheter son CD pour le lui faire signer. Nous étions devant le... La suite

Dome à Marseille : les dernières chroniques concerts

Frero Delavega + Bon Air en concert

Frero Delavega + Bon Air par Lumak
Le Dôme - Marseille, le 03/03/2017
J'arrive au Dôme à la fin de la première partie, assurée ce soir par Bon Air, qui est est un duo basque faisant de la musique pop folk. Le publicn et plus précisément les... La suite

Gauvain Sers + Renaud en concert

Gauvain Sers + Renaud par Philippe
Le Dôme, Marseille, le 19/12/2016
Tentative risquée en ce 19 décembre 2016 : retourner voir Renaud... ou ce qu'il en reste. Chacun sait qu'il a traversé des années très difficiles, certaines même au fond du trou -... La suite

Neil Young en concert

Neil Young par Jacques 2 Chabannes
Le Dôme, Marseille, le 16/06/2016
Le Temps Des Cerises... À L'Eau De (LA) Vie ! Question(s) Sous Dôme Tandis que la salle bruisse d'envie et rumeurs concernant à la fois, le show à venir, et la sortie... La suite

Neil Young + Promise Of The Real  en concert

Neil Young + Promise Of The Real par Cabask
Le Dôme - Marseille , le 16/06/2016
Ah, Neil Young ! Que dire, si ce n'est que j'ai véritablement baigné dedans depuis mon plus jeune âge, mon père le vénérant et jouant quantité de ses titres à la guitare ? Les... La suite