Accueil Chronique de concert The Aggravation + The great smuc zarma orchestra + Koït electric nymphonik
Dimanche 15 septembre 2019 : 14038 concerts, 25673 chroniques de concert, 5264 critiques d'album.

Chronique de Concert

The Aggravation + The great smuc zarma orchestra + Koït electric nymphonik

La Machine à Coudre, Marseille 28 Janvier 2006

Critique écrite le par

Live report initialement posté sur Massilia's Burning : http://massilia.burning.free.fr/

Trop de pluie, trop de froid, trop de vent, trop de temps pourris, trop d'incertitudes, bref trop de trop pour que je trouve la motivation d'aller au stade, je prend donc la décision de rater mon premier match de la saison en championnat pour aller plutôt me réchauffer du côté de la Machine à Coudre avec une belle petite affiche punk organisée par l'asso Surfin'Cow. Le concert commence à 20h, j'embarque Gas histoire d'arriver aux alentours de 21h à la Machine, histoire surtout de ne pas arriver trop tard pour trouver une place à côté. De ce point de vue la pas de problème, place nickel à une rue, non le problème c'est que forcement je me suis trompé d'heure, c'était 21h. Je me disais aussi. La salle se remplie doucement pour atteindre un niveau honorable.

C'est The Aggravation qui ouvre le bal. Pas besoin de tergiverser, c'était terrible ! Servis par un bon son ils ont livrés un excellent set de punk sauvage et énervé, tout simplement remarquable. Ca va vite, ça joue bien, c'est nerveux avec un chant teigneux très bon, les compos sont excellentes, chacune ayant sa personnalité qui la dégage des autres, le genre de détails qui élève un set en comparaison de groupe dont chaque morceaux se noyent dans la masse. Bref, les morceaux vont vite, sont pétés de charisme, tout comme le groupe, tout en sobriété, pas de temps à perdre, les morceaux s'enchaînent à vitesse grand V et on n'a pas le temps de souffler. Tant mieux. Bon voila je ne sais pas trop quoi dire de plus, c'était une nouvelle fois excellent et ça confirme bien que The Aggravation est sans conteste LA valeur montante du punk à Marseille.

Place ensuite à The Great Smuc' Zarma Orchestra, que je n'avais vu qu'une seule fois auparavant, sur les coups de 2h du matin au Rockab', j'en gardais un bon souvenir mais en même temps quel crédit peut on apporter à un avis porter à ce moment de la soirée. Et bien ma foi, c'était pas mal du tout, du bon psycho bien rapide et nerveux (oui je sais je me répète dans les adjectifs). Derrière ça assure bien, le chant braillard est bien sympa avec un chanteur à l'attitude intriguante qui aura conquis le très exigeant Gas. Moi j'ai bloqué sur un morceau excellent avec un effet de guitare bien psycho trippant, mais je serais incapable de vous donner le nom ou même un terme technique pour définir cet effet (inculture quand tu nous tiens). Bon voila, bon set bien sympa, avec au passage une ou deux reprises. Les formations de psycho sont rares dans le coin (voire quasi inexistantes) donc ça fait plaisir.

Pour finir la soirée c'est le déjanté Koït Electric Nymphonik qui a pris le relais dans une formation un poil remanié. Le tromboniste ayant le bras cassé il a tenu sa place au kazou, mais le niveau rythmique était relevé par un guest deluxe à la contrebasse manche à balais unicorde. Pour le reste la formation se compose d'une chanteuse, d'un guitariste, un sax et une boite à rythme. Au programme quelque chose entre punk musette, cabaret punk, chanson festive, grand foutoir drôle (et festif), bref un grand truc drôle et festif (encore) avec des paroles souvent marrantes (et contestataires ce qu'il faut) quand on les comprends, des rythmes enjouées, pour vous donnez le ton, ils ont entamés le set par une reprise de Barbie Girl. C'est frais, c'est drôle, ça se prend pas la tête, bref c'est bien agréable.

On est partie un peu avant la fin pour aller rejoindre Vand et sa mère au Cosmic Up ("histoire de pas rentrer trop tard"). Rejoindre le nouveau Vand ! Tatoué et ... qui bois de la bière (si si). Où va la jeunesse. En arrivant je comprend mieux pourquoi on entendaient rire jusqu'a dehors. Un groupe est en train de jouer, vous voyez Clooney dans O Brother ? Et bah c'était ça, trois gars, habillés en redneck, avec des fausses barbes grises, des chapeaux, une contrebasse, deux guitares et des bons vieux chants bien rétro, comme dans le film. Un grand moment de rigolade avec un groupe excellent, aussi bien techniquement que pour faire rire et danser. S'en suivra divers boeuf et surtout un moment unique dans une vie, la réincarnation du King en personne ! Bon il est plus tout frais ... et je crois que c'est grillé pour le "pas trop tard".

Koït Electrique Nymphonik : les dernières chroniques concerts

Paranoi + Koït Electric Nymphonik par Zhou
La Machine à Coudre, Marseille, le 04/03/2006
Live report initialement posté sur Massilia's Burning : http://massilia.burning.free.fr/ Après l'arrêt du concert au Lounge, je débarque donc à la Machine à Coudre pour jeter un oeil à la Fuckin' Hell Rock'n Roll Party II organisé par l'asso Surfin'Cow. La première avec The Aggravation, Koït et co, était bien sympa. Il n'y a pas foule ce soir et... La suite

The Aggravation : les dernières chroniques concerts

The Aggravation / The Defenestrors en concert

The Aggravation / The Defenestrors par Philippe
Machine à coudre, Marseille, le 08/12/2006
A vrai dire j'avais pas l'intention de chroniquer un énième concert punk à la Machine à Coudre. L'impact des chroniques de ce genre de choses est limité : au mieux on vous ignore... La suite

Hatepinks - Aggravation - Huggie and the Glitters par the
Machine à Coudre, le 25/02/2006
Bon puisque personne ne se décide, je vais chroniquer ce concert de trois groupes plutôt passables dans l'ensemble, faut quand même que quelqu'un le dise ! Alors d'abord la Machine à Coudre : c'est une salle beaucoup trop petite, franchement au prix où on paye, et puis c'est très mal ventilé. En plus il y a plein de gens avec des sales têtes... La suite

Aggravation + Hatepinks + Jerry Spider Gang en concert

Aggravation + Hatepinks + Jerry Spider Gang par Philippe
Trolley Bus - Marseille, le 26/02/2005
(Entretien sur Massilia Burning des Hatepinks, mars 2005) Q : Sur votre split avec les Shakin Nasties vous avez finis par caser "Philippe Manoeuvre is a piece of shit", d'ou viens... La suite

The Sandals of Majesty + The Aggravation par Zhou
Machine à Coudre - Marseille, le 29/02/2008
Premier concert de l'année à la Machine à Coudre. Il était temps. Résultat d'un calcul savant, on arrive à 22h15. Heure officielle 21h, temps minimum de retard marseillais 1h30, ça laisse le temps de boire un verre avant le début du concert. Mission planifiée, calibrée, Jack Bauer ne ferait pas mieux. Manque de bol à Marseille rien ne sert de... La suite

La Machine à Coudre, Marseille : les dernières chroniques concerts

Sing or Die ! Karaoke (special Halloween), à La Machine à Coudre en concert

Sing or Die ! Karaoke (special Halloween), à La Machine à Coudre par Philippe
La Machine à Coudre, Marseille, le 11/11/2018
Petite chronique-prétexte en forme d'hommage et de soutien, à la Machine à Coudre et à ce qu'elle représente pour tout le public "underground" de Marseille. A l'heure où j'écris,... La suite

Jeffrey Lewis & Los Bolts en concert

Jeffrey Lewis & Los Bolts par Philippe
La Machine à Coudre, Marseille, le 17/09/2018
On devrait toujours faire confiance à ce magnifique outil qu'est le site Concertandco ! Grâce à son agenda bien à jour (et à quelques critiques déjà élogieuses trouvées sur le... La suite

Parade - Welcome to the Parade en concert

Parade - Welcome to the Parade par Catherine B.
La Machine à Coudre Marseille, le 14/09/2018
... Parade. La musique prend tout son sens. Le truc authentique. Je suis simplement conquise pour la deuxième fois. Le meilleur reste à venir et comme me glissait un Pro à... La suite

Stella Pire + Jawohl Mi Amor en concert

Stella Pire + Jawohl Mi Amor par pirlouiiiit
Machine à Coudre, Marseille, le 24/03/2018
Après superbe concert de Bögö au théâtre du Têtard, pas assez de temps pour aller manger un bout, mais largement assez de temps pour repasser à la maison pour raccompagner notre... La suite