Accueil Chronique de concert Hiro Kone + Algiers
Mardi 16 janvier 2018 : 12594 concerts, 24811 chroniques de concert, 5192 critiques d'album.

Chronique de Concert

Hiro Kone + Algiers

Hiro Kone + Algiers en concert

La Maroquinerie, Paris 20 novembre 2017

Critique écrite le par

Concert enthousiasmant à la Maroquinerie ce lundi soir : l'explosif groupe de, euh, (pour simplifier) "indus/gospel" Algiers, dont on est encore loin d'avoir épuisé l'époustouflant 2e album, tourne pour la première fois en son nom propre en France ! En découvrant cette salle super agréable et son joli patio, on tombe d'ailleurs sur le gang qui dîne sans façons, dans le petit resto qui fait très envie. La Maroquinerie a fort bonne réputation et on comprendra vite pourquoi : c'est une magnifique petite salle en amphithéatre, disons 250 places à tout casser (j'avoue que je l'imaginais 3 fois plus grande...). Du coup, on y voit parfaitement de presque partout, sans énorme pilier porteur au milieu, avec tarifs raisonnables, accueil sympa, barmane très accorte, jolies lumières et super son (vérifié surtout à la première partie car la deuxième jouait 10 % trop fort).

En première partie donc, une jeune fille aux cheveux longs qui mixe en direct des sons électro étrangement beaux, pas très rapides à part quelques emballements. Bien cachée derrière sa frange, elle s'active sur un invraisemblable bordel de fils et autres potards, qu'elle maîtrise heureusement à la perfection dans un éclairage aux tonalités sombres. Au final, résultat un peu hypnotique et franchement plaisant, 45 minutes passées dans un état un peu flottant et très agréable ! Elle repart sans se présenter et gardera donc tout son mystère (jusqu'à ce que le lendemain, le camarade Sami me souffle son joli nom, Hiro Kone). On aura l'occasion de vérifier juste après, que ce petit black qui s'enthousiasmait dans la fosse près de nous, était bien le chanteur du deuxième groupe...


Commençons par avouer qu'on maîtrise mal les titres d'Algiers, surtout du premier album. Et même pour le deuxième : quand un album est bon d'un bout à l'autre, on a tendance à ne pas les retenir ! N'ayant pas été assez rapide pour choper la setlist (et grâce à ce couple à qui il en fallait absolument ... deux ! grmbl), difficile d'être très précis hélas, le groupe changeant manifestement son programme tous les soirs (un point pour eux, par ailleurs !). Du coup, bouderie, et on va se livrer, une fois n'est pas coutume, à un autre exercice de style : une chronique sans aucun titre ! N'ayant pas non plus de photos (le seul pro qu'on a reconnu dans la salle étant notoirement un chieur), on dira que c'est quasiment de l'arte povera... En tout cas, ils ne se dégonflent devant aucun d'entre eux, de leurs titres, même les lents/mélancoliques/sinistres qu'on imaginait peu spectaculaires en scène, et qui sont en fait tout ragaillardis et parfaitement pertinents.

Il faut aussi préciser que le chanteur Franklin J. Fisher coche absolument toutes les cases du mec hyper-attachant, y compris certaines qu'on n'exigerait pourtant pas d'un type originaire d'Atlanta, Georgia, US of A... D'abord, il n'est manifestement jamais dans ses loges puisqu'on l'a vu au resto / aperçu au bar / eu comme voisin pendant toute la première partie, et qu'à la fin de son set plutôt généreux (2 rappels), il est sorti directement de la scène à la salle. Ce qui a donné l'occasion de l'approcher aux habituels chasseurs de selfie (que je méprise cordialement), tout comme aux chasseurs de poignée de main / trois mots échangés (dont je m'honore de faire partie). Faire sourire naturellement un artiste admirable en le félicitant, a bien plus de valeur à notre avis, que de le mettre en demeure de faire risette avec un smartphone, en lui passant un bras autour de l'épaule, avant de balancer la photo n'importe où comme s'il aimait forcément ça... mais on s'égare.

Ensuite, il parle français couramment : ça sert à rien mais ça fait toujours plaisir. Il n'exige jamais rien du public, ni cris ni claps, et les obtient pourtant facilement... Mais tout ça serait évidemment insuffisant s'il chantait comme un baltringue et/ou ne mouillait pas le maillot. Or il va tour-à-tour hurler à s'en déchirer la gorge, slammer vocalement comme un dieu façon Saul Williams, mais en plus interpréter les passages tristes d'une voix poignante de soulman écorché vif, danser comme un diablotin autour de son tambourin, jouer pratiquement en même temps de l'orgue et de la guitare grâce à des boucles habiles, et enfin se frotter plusieurs fois au public de la fosse. Et donc finir, fatalement, lavé/rincé/essoré, après ce feu de tout bois !

Le groupe lui, a commencé par brancher ses instruments lui-même avant le concert ("c'est peut-être un détail pour vous, etc."), puis il a redéboulé en mode furie, et met partout et tout le temps une telle intensité que l'attention ne faiblira jamais. Entre le bassiste/organiste au look d'enfer, extraverti et agité comme s'il était branché sur une gégène, le batteur Matt Tong (ex-Bloc Party) qui tape comme un sourd - parfois dans des modes complexes - et tient la baraque fermement, et le guitariste certes un peu plus en retrait mais qui assure parfaitement le vrillage de nos oreilles, le sabrage de nos plexus et les choeurs, et qui joue fréquemment à l'archet... le spectacle est partout !

80 bonnes minutes de titres s'enchaînent, dont les 5 ou 6 tubes qu'on attendait, qui ouvrent et ferment le concert (oui bien sûr qu'on pourrait citer au moins ces titres-là, parfaitement reconnus, mais non) sont aussi excellents en live que sur albums (même si les choeurs gospel sont évidemment enregistrés). Le chanteur ne manque pas de faire la dose juste d'interventions sympas et parfois marrantes entre les chansons. Si on en avait pas eu les oreilles qui saignaient un peu par moments (a priori le groupe aussi croyait la Maroquinerie trois fois plus grande, et jouait donc en conséquence...), on se serait volontiers roulé par terre de plaisir à leur deuxième retour, pour interpréter la grandiose, terminale, intense et jouissive chanson...

Bref, tant pis, on aura pas la setlist d'Algiers cette fois (et peut-être bien que vous non plus), mais on se retrouvera forcément puisque... c'est probablement notre tout meilleur "petit concert" de l'année 2017 ! Longue route à Algiers et puisse-t-elle passer à nouveau par la France dans pas trop longtemps. En attendant on reviendra volontiers se faire tanner les oreilles un de ces jours à la Maroquinerie, une salle dotée d'un vrai petit supplément d'âme.


Algiers : les dernières chroniques concerts

The Kills + Algiers en concert

The Kills + Algiers par Daddrock
BROOKLYN STEEL - NYC, le 21/07/2017
Brooklyn Steel. C'est d'abord l'histoire d'un voyage et d'un cadeau. Comment venir à New York City sans assister à un spectacle sur Brodway m'avait-on dit ? Et pourquoi pas un... La suite

Shellac, Ty Segall & The Muggers, Dinosaur Jr, Algiers, The Mystery Lights, Nots, Metz, Cavern Of Anti-Matter, Quetzal Snakes, Parquet Courts, Girl Band, Dirty Fences, Steve Gunn, Daddy Long Legs, Dilly Dally (This Is Not A Love Song Festival 2016) en concert

Shellac, Ty Segall & The Muggers, Dinosaur Jr, Algiers, The Mystery Lights, Nots, Metz, Cavern Of Anti-Matter, Quetzal Snakes, Parquet Courts, Girl Band, Dirty Fences, Steve Gunn, Daddy Long Legs, Dilly Dally (This Is Not A Love Song Festival 2016) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 05/06/2016
Prog démente, site impeccable (superbe salle, jardin éphémère avec deux scènes extérieures bucoliques), soleil garanti, tarifs modérés, le This Is Not A Love Song Festival,... La suite

Thurston Moore, Fuzz, Wand, Timber Timbre, Algiers, The Notwist, Sun Kil Moon (La Route du Rock Collection été 2015) en concert

Thurston Moore, Fuzz, Wand, Timber Timbre, Algiers, The Notwist, Sun Kil Moon (La Route du Rock Collection été 2015) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, Saint-Malo, le 14/08/2015
Encore une très bonne édition de La Route du Rock, avec quatre jours permettant de plonger dans un grand bain de musique indé classieuse, du 13 au 16 août 2015, à quelques... La suite

La Maroquinerie, Paris : les dernières chroniques concerts

The Limiñanas (featuring Anton Newcombe et Emmanuelle Seigner) en concert

The Limiñanas (featuring Anton Newcombe et Emmanuelle Seigner) par Antoine Serrurier
La Maroquinerie, Paris, le 07/12/2017
Adoubés par le légendaire Anton Newcombe (en guest royal pour la soirée), les Limiñanas ont brillamment retourné La Maroquinerie avant les fêtes de fin d'année. Les Catalans... La suite

Jessica93 + Bleakness en concert

Jessica93 + Bleakness par Lebonair
La Maroquinerie - Paris , le 18/12/2017
On se rend à la Maroquinerie en ce lundi 18 décembre pour assister à notre dernier concert de l'année 2017 et on espère finir en beauté ! Au programme ce soir, c'est l'ovni... La suite

Tyler Bryant and the Shakedown + Fabulous Sheep en concert

Tyler Bryant and the Shakedown + Fabulous Sheep par Lebonair
La Maroquinerie, Paris, le 29/11/2017
En pleine tournée européenne en cette fin d'année pour promouvoir leur excellent et second album fraîchement sorti le 3 novembre dernier, le jeune guitariste prodige Tyler Bryant... La suite

Helmet en concert

Helmet par Samuel Charon
La Maroquinerie, Paris, le 11/02/2017
A peine sorti de la salle après le concert d'Helmet, je me dis instantanément que ce fut l'un des 5 meilleurs concerts que j'ai jamais vus !! Pourtant j'écume les salles de... La suite