Accueil Chronique de concert Alice in Chains
Mardi 25 février 2020 : 10730 concerts, 25932 chroniques de concert, 5287 critiques d'album.

Chronique de Concert

Alice in Chains

Bataclan, Paris 22 juin 2006

Critique écrite le par

J'ai toujours considéré Alice in Chains comme le meilleur groupe de la scène grunge de Seattle, devant Nirvana auquel ils sont toujours comparés. Tout les rapproche, à la fois dans leur production, mais aussi dans leur destin tragique. De l'époque des unplugged sur MTV nous restent 2 pavés absolument indispensables à qui s'intéresse a ce genre de musique. Et à mon humble avis, celui d'AIC est meilleur.

AIC c'est Jerry Cantrell (guitariste et principal compositeur du groupe) et Layne Staley (chanteur halluciné), complétés par Mine Inez (basse) et Sean Kinney (batterie). Layne Staley a disparu le 19 avril 2002, - son corps retrouvé en état de décomposition 15 jours plus tard - dans sa maison de Seattle par absorption de speed ball (mélange de cocaïne et d'heroine). L'histoire retiendra qu'il s'agit d'un accident, mais il traînait un tel mal de vivre a cette époque que la thèse du suicide est au moins aussi crédible.
Il y a chez AIC une dimension tragique et sombre toujours présente dans leur musique a la fois brutale et d'une fluidité éblouissante/hallucinante. Alice évolue toujours sur la corde raide, et la dope et la mort sont parties intégrantes de leur univers tellement non conformiste. A la suite du décès de LS, JC st reste reclus chez lui 3 mois, sans voir personne, et pour en revenir au concert de ce soir, comme pour les Guns il y a 2 jours, je suis sceptique quant à la reformation du groupe avec un chanteur, William Duvall, qui n'est rien d'autre qu'un vieux copain de JC.

Blood Simple en entame, suivi de Stone Sour pour débuter la soirée. Les seconds s'en tirent convenablement, exhortant le public (nombreux : la salle est bourrée a craquer) à faire toujours plus de bruit.

Puis vient le tour de AIC. Ils n'ont pas changé physiquement, Jerry a toujours les mêmes longs cheveux, juste plus clairs, et Mike Inez les a aussi longs mais noirs de geai. Des le début du set, entamé par Grind, ‘c'est le soulagement... tout le groupe est parfaitement en place : la basse claque dans la salle, la guitare commence a pleurer, et WD s'en tire pas trop mal, et même plutôt bien. Je n'avais pas écouté le moindre morceau d'eux depuis au moins 2 ans, mais tout me revient immédiatement en mémoire, et a partir de là, tout va s'enchainer comme dans un rêve, Rain when i die, Again, angry chair, them bones, no excuses, ... un Down in a hole repris en chœur dans toute la salle... ça se termine par un rooster entonné aussi à l'unisson qui fait plaisir à voir et à entendre. Le public pogote et slamme bien dans les premiers rangs : le bonheur absolu. ils quittent la scène sous les vivas, et reviennent peu de temps plus tard pour un rappel qui commence par Man in the box (les images du fantôme de LS hantent mon esprit sur ce morceau avec son interprétation tellement hallucinée du clip en moine encapuchonné les paupières cousues, déjà prisonnier et implorant)

Et puis, au beau milieu, tout s'arrête, les micros restent muets, Jerry a l'air bien énervé sur ce coup, et les musiciens quittent la salle. Au bout de quelques minutes, c'est la broncha générale, et ça commence à bouillonner ; ça hurle, siffle, et le staff court dans tous les sens, lampes torches a la main. Pour éviter la panique, un gars distribue au moins une soixantaine de mediators dans le public... ; il y a bien quelques objets qui volent, mais ça repart dans un soulagement général peu de temps après. Reprise de Man in the box, puis les premiers arpèges de Would qui enflamment la salle, et c'est ....fini. Les lumières se rallument, et il faut quitter la salle

On a presque frôlé la perfection, il ne manquait pas grand chose : quelques chansons pour faire un set encore plus dense et plus long, et je me demande bien aujourd'hui ce que cela aurait pu donner d'exceptionnel avec le combo de base au grand complet. Quand un fantôme plane...

Bataclan, Paris : les dernières chroniques concerts

Gossip en concert

Gossip par Samuel C
Salle Pleyel / Bataclan - Paris, le 09/07/2019
"Music for men" figure parmi les disques les plus réussis de la première décennie de ce siècle. 10 ans après sa publication, Gossip a décidé de le célébrer d'abord à Pleyel lundi 8... La suite

Courtney Barnett + Waxahatchee + Loose Tooth en concert

Courtney Barnett + Waxahatchee + Loose Tooth par Pierre Andrieu
Bataclan, Paris, le 09/06/2018
Magistral concert de Courtney Barnett au Bataclan de Paris le samedi 9 juin ! Auteure de l'assez inépuisable album "Tell Me How You Really Feel", l'ultra douée Australienne a fait... La suite

Ty Segall And The Freedom Band + Mike Donovan en concert

Ty Segall And The Freedom Band + Mike Donovan par Lebonair
Le Bataclan - Paris, le 14/06/2018
Parmi nos chouchous à Concertandco depuis quelques années, on retrouve naturellement le jeune Californien Ty Segall. Le chanteur, guitariste, batteur, multi-instrumentiste ultra... La suite

King Gizzard And The Lizard Wizard + Mild High Club en concert

King Gizzard And The Lizard Wizard + Mild High Club par Lebonair
Le Bataclan - Paris , le 01/03/2018
Dans le cadre de leur tournée européenne, les ovnis australiens de King Gizzard & The Lizard Wizard passent en France pour quelques dates et notamment à Paris au Bataclan, qui... La suite