Accueil Chronique de concert Amon Amarth + Huntress + Savage Messiah
Jeudi 27 juin 2019 : 10422 concerts, 25537 chroniques de concert, 5258 critiques d'album.

Chronique de Concert

Amon Amarth + Huntress + Savage Messiah

Amon Amarth + Huntress + Savage Messiah en concert

Paloma Nîmes 4 février 2015

Critique écrite le par

Si vous pensez qu'utiliser un champs lexical aussi large que "  banane ", "  peignoir ", "  sèche cheveux ", "  kilt " ou encore "  damoiseau " est mission impossible dans une chronique de concert, il suffit d'assister au show d'Amon Amarth au Paloma de Nimes pour s'apercevoir du contraire. Mais gardons un peu de suspense, surtout en ce qui concerne la banane, et re situons le contexte de cette froide journée neigeuse. Les nordiques d'Amon Amarth s'offre ce soir une halte sudiste dans un climat totalement en accord avec leur propos musical, puisque c'est avec des températures dignes d'un hiver groenlandais que nous posons les pieds en terre Nîmoise.

Et pour réchauffer un tant soit peu l'atmosphère, les natifs de Tumba se sont entourés sur cette tournée des anglais de Savage Messiah et des américains de Huntress. Le public s'est déplacé en masse, un public relativement jeune, plein d'enthousiasme, bariolé, portant parfois des kilts avec, j'espère, un petit Damart en dessous vu le froid ambiant, ou des tenues de damoiseau et de damoiselle du moyen âge. Bref, du bon enfant venu communier avec les géants Suédois et leur invités.

C'est au Londoniens de Savage Messiah qu'il revient d'ouvrir le bal. Tout droit sorti des années 80's, le groupe semble faire partie de la mouvance actuelle proposant un retour au source du heavy métal, reprenant les tenues et les formes de composition en vogue à l'époque. Du coup, la dégaine des mecs est parfaitement en accord avec leur style musical rappelant autant des groupes comme Exciter, Tyrant ou Wild Dogs, que la scène de la Bay Area naissante. Le set est court mais énergique, trente petite minutes à peine, et très plaisant. Si la voix n'est pas toujours très juste, le style est parfaitement maîtrisé. Bref, pas grand chose à reprocher à Savage Messiah si l'on est sensible à la nostalgie  !


Avec Huntress, on change sensiblement de style. C'est d'ailleurs à ce moment là du texte que va apparaître, non pas la banane, mais le sèche cheveux  ! Alors, tout d'abord, soyons honnête, je les ai un peu trouvé risibles, les ricains. Dans un registre se référant sans doute à King Diamond et à l'occult rock, je n'ai pu m'empêcher de sourire tout le long de la prestation. Le groupe semble appliqué à cultiver son image et ne cesse de poser tout au long du set, mention spéciale à sa chanteuse, d'ailleurs, un peu ridicule je dois l'avouer dans son registre prêtresse/sorcière. Mais quelle belle utilisation de ses cheveux  ! Un régal avec ce sèche cheveux géant à ses pieds lui conférant une aura rigolote lors de poses mémorables, tous cheveux ébouriffés.


Le son, très sourd, rendait son petit filet de voix rauque quasiment inaudible, à la différence de ses envolées aiguës, pas forcément très agréables. Alors, oui, sans doute le groupe cultive t il le second degré à merveille mais j'ai malheureusement trouvé les titres trop peu marquants pour parvenir à rendre un tant soit peu crédible et intéressante leur musique. Bref, 45 minutes qui m'ont fait sombrer doucement dans la léthargie mais qui semble tout de même avoir plu à la majorité du public présent ce soir.

Bon, je leur pardonne, la moyenne d'âge restant somme toute relativement jeune, et il est de toute façon plus agréable de profiter du concert en étant joyeux comme eux et d'applaudir des groupes moyens, que comme un vieux aigri que je suis.


Allez, le temps de me réveiller avec un verre de vin rouge, malheureusement renversé en grande partie sur les fesses de ma voisine de devant dès les première notes d'Amon Amarth (j'ai pas fait exprès, d'accord  ? C'est la fougue de la jeunesse qui pogote partout et tout le temps, j'y peux rien moi...mais la prochaine fois je nettoie, c'est promis...) que les choses sérieuses débutent, avec le concert de nos vikings.

Bon, mais, à ce stade, où est la banane me direz vous  ?
Eh bien, on y arrive, puisqu'elle est justement présente au premier rang, tout de jaune vêtue et prête à en découdre. Très belle.
Ce qui ne règle pas non plus l'histoire du peignoir. Mais, enfin, chaque chose en son temps. C'est donc sur un Father of the Wolf au riff très Iron Maidenien que la banane se met à headbanguer, le Paloma à pogoter et Amon Amarth à envoyer la purée.


Le dernier album du groupe est d'entrée de jeu mis à l'honneur en ce début de concert avec le terrible titre éponyme Deceiver of the Gods, couillus à souhait. Le groupe semble bien affûté, en forme, et déroule ensuite Live for the Kills, Varyags of Miklagaard sans se perdre en discussion inutile. Le backdrop géant du groupe trône fièrement sur l'arrière de la scène et reprends la pochette du dernier opus, et les lights, sobres, appuient par leur monochromies oscillant entre bleues, rouges, ou orangées, l'aspect majestueux et massif de la musique du groupe.

For Victory or Death est l'occasion pour la jeunesse locale de former le premier wall of death de la soirée, reconstitution presque historique des combats des clans scandinaves. On se méprendrait face à un tel réalisme  ! Il faut reconnaître que l'ambiance est tout bonnement excellente. Amon Amarth joue, Johan Hegg chante (?), et le public lui mange dans la main, levant les bras comme un seul homme, criant et pogotant à l'unisson. Le Paloma est pris dans un tourbillon d'énergie positive et les géants Suédois s'en régalent.


L'ambiance épique de The last stand of Frej offre une petite accalmie dans cette frénésie générale, ramène un peu de solennité, et hypnotise par son mid-tempo lancinant. Buvant sa Guiness dans sa corne de gnou, à moins que ça soit d'antilope je sais plus bien (je l'avais oublié dans le champs lexical celle là, tient...), notre chanteur barbu growle mélodieusement comme seul les death metalleux savent le faire et nous propose de nous déboîter les cervicales sur Guardians of Asgaard. Et sa proposition tient la route, au bougre  ! La version, bien plus heavy que sur album, est un pur moment de headbanging  !

Les croassements sinistres qui introduisent Cry of the Black Birds dans l'obscurité sont l'occasion d'un changement de backdrop, pour la dernière ligne droite de ce concert furieux avec War of the Gods, et Victorious March. La belle odeur de fromage qui se dégage à ce moment là de la salle, témoigne également de l'implication et de l'énergie fourni par chacun dans l'animation de la soirée et de sa réussite.


Le rappel, arrivant bien trop tôt, est constitué des puissants Twilight of the Thunder God et Pursuit of the Viking durant lequel Johan Hegg demande à chacun, non sans humour, de reprendre en cœur les paroles de la chanson, précisant pour les plus timides que, dans le death metal, il n'est pas nécessaire de connaître les paroles.

Et c'est au bout de 90 minutes seulement, dans une salle ravie, essoufflée par les nombreux circle pit et autre wall of death, et reprenant ses esprits une fois les lumières allumées que nous croisons un gars en peignoir, errant tel un viking zombifié au milieu d'un champs de bataille.
Vraiment parfait pour terminer la soirée !


Un chaleureux merci au Paloma pour cette programmation de qualité et aux acteurs du soir pour ces prestations de choix mais qu'il nous faut déjà quitter pour un retour à la dure réalité de la vie !

Bon, c'est pas tout ça mais ou j'ai garé mon 207 Drakkar coupé sport, moi ???

Amon Amarth : les dernières chroniques concerts

Hellfest 2016 3ème jour (Tarja, Gojira, Bling Guardian, Slayer, Amon Amarth, Megadeth, Ghost, Black Sabbath, King Diamond) en concert

Hellfest 2016 3ème jour (Tarja, Gojira, Bling Guardian, Slayer, Amon Amarth, Megadeth, Ghost, Black Sabbath, King Diamond) par Abigail Darktrisha
Clisson, le 19/06/2016
TARJA 15h50-16h40 En ce 3ème et dernier jour c'est un peu plus tard dans la journée que débutera pour nous les festivités avec le métal symphonique Finlandais de Tarja... La suite

Biffy Clyro - Amon Amarth - Baby Metal (Download Festival France 2016) en concert

Biffy Clyro - Amon Amarth - Baby Metal (Download Festival France 2016) par Lebonair
Hippodrome de Longchamp, Paris, le 11/06/2016
Après un vendredi d'ouverture bien chargé, nous sommes à nouveau sur le site pour attaquer cette nouvelle journée bien métal qui nous attend. J'avoue, on est en mode diesel... La suite

Amon Amarth + Black Dahlia Murder en concert

Amon Amarth + Black Dahlia Murder par Abigail Darktrisha
Bataclan Paris, le 22/05/2011
Plus d'une semaine après avoir rencontré les Dieux Grecs avec le concert de Septicflesh à Lyon, me voilà sur Paris pour assister à une messe menée par Thor et ses adeptes avec les... La suite

Amon Amarth + Omnium Gatherum + Dark Tranquility en concert

Amon Amarth + Omnium Gatherum + Dark Tranquility par jorma
Cabaret Aleatoire Marseille, le 06/04/2017
Parfois, chroniquer un concert n'est pas chose aisée. La vie vous met des obstacles insensés sur votre chemin et malgré toute votre abnégation, vous êtes à deux doigts de... La suite

Huntress : les dernières chroniques concerts

Dragonforce + Huntress + Kissin' Dynamite en concert

Dragonforce + Huntress + Kissin' Dynamite par Gandalf
Le Moulin - Marseille, le 13/11/2012
Alors tout d'abord, quel plaisir de revenir -enfin !- au Moulin! Certainement la meilleure salle de Marseille pour moi (juste devant le Poste), qui y ai des souvenirs énormes de... La suite

Paloma Nîmes : les dernières chroniques concerts

Aldous Harding (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) en concert

Aldous Harding (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 30/05/2019
Jeudi 30 mai, le premier concert de TINALS 2019 est pour nous celui que donne vers 20 heures la divine Aldous Harding... Dès l'arrivée sur scène dans la grande salle de... La suite

Big Thief (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) en concert

Big Thief (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 31/05/2019
Vendredi 31 mai, 18h40, il fait beau et chaud à Nîmes, une légère brise rafraîchit agréablement le site de Paloma... Juste après avoir assisté à la fin du set très FM de... La suite

Stephen Malkmus & The Jicks (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) en concert

Stephen Malkmus & The Jicks (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) par Pierre Andrieu
Paloma, Nimes, le 31/05/2019
Vendredi 31 mai en fin de soirée dans la grande salle de Paloma, le groupe de l'ex futur leader de Pavement, Stephen Malkmus & The Jicks, délivre un set d'indie rock... La suite

TINALS Festival 2019 - Jour 1 : Le Superhomard - Wallows - Nude Party - Aldous Harding - The Inspector Cluzo - Men I Trust- Shellac - Built to Spill - Fat White Family en concert

TINALS Festival 2019 - Jour 1 : Le Superhomard - Wallows - Nude Party - Aldous Harding - The Inspector Cluzo - Men I Trust- Shellac - Built to Spill - Fat White Family par Phil2guy
Paloma, Nîmes, le 30/05/2019
Et c'est parti pour la 7ème édition du festival This Is Not A Love Song (TINALS, pour les initiés) de Nîmes, qui est désormais un des rendez-vous immanquables de la saison... La suite