Accueil Chronique de concert Anna Calvi
Vendredi 14 décembre 2018 : 10974 concerts, 25297 chroniques de concert, 5236 critiques d'album.

Chronique de Concert

Anna Calvi

Anna Calvi en concert

Ninkasi Kao, Lyon 22 octobre 2018

Critique écrite le par

Après une performance vraiment trop courte de sa part à Rock en Seine, on s'était promis d'essayer de recroiser la minuscule et immense Anna Calvi en pleine promotion de son fort beau nouvel album, Hunter . Aller jusqu'à Lyon a vélo (oui, bon, avec l'aide passagère d'un TGV) n'était donc pas un problème, surtout dans une ville où l'on peut pédaler au soleil couchant de la Part-Dieu jusqu'à Gerland, via les magnifiques bords du Rhône (une petite demi-heure, donc), sans jamais sortir d'une piste cyclable, rhaaa quel pied... Prétexte aussi à découvrir une salle historique de là-bas, le Ninkasi Kao, un lieu qui brasse ses propres bières bonnes et pas chères (de l'IPA à la triple) et peut en outre vous faire diner en terrasse, à la fraîche, d'un bon burger servi très aimablement à 30 minutes du concert ! Et dire qu'on craignait de finir avec un club sandwich dans notre hôtel borgne... Un aperçu du paradis des rockeurs, donc ! Super endroit digne de sa réputation, et qui accueille manifestement un cours de salsa prisé le lundi soir, où son hall est rempli de danseuses et danseurs virevoltants...

Dedans, un joli club, peut-être 300 personnes de jauge, avec un étage pour les gens assis et un petit bar en bonus, le troisième qu'on croise depuis l'entrée - on ne va vraiment manquer de rien ! Seul point noir de la soirée, la première partie du concert : deux petits branlotins manifestement enfumés poussent les disques des autres (et paraît-il, un peu de leur propre musique - mais pourquoi ne pas la jouer, alors ?). Le tout sans aucune cohérence entre des enchaînements (trip-hop, rock garage, électro), picolant et bavardant, se foutant pas mal de ce qu'on peut penser d'eux... A voir l'attitude collectivement renfrognée du public et quelques invectives entendues entre les morceaux, au bout de 30 minutes, il est clair que tout le monde les déteste. Je m'emmerde tellement que je finis, et c'est une première pour moi, par écouter France Info à la place, ce qui permet de réfréner l'envie de les insulter, surtout quand ils viennent "kiffer" leur truc dans le public, seuls au monde, entourés d'une haine sourde qu'ils ne semblent même pas percevoir. On taira leur nom à consonance grecque, pour ne pas plomber inutilement la suite de leur carrière. 40 longues minutes de purge subies stoïquement donc, mais...


... Ca en valait la peine, pour être en face et à 3 mètres du micro lorsque s'avance enfin la fascinante Anna Calvi ! En rouge et noir, fidèle à l'imagerie de l'album et à son nouveau look. Est-on mélancolique de son chignon sévère, ou bien de ses boucles blondes en liberté, aperçues une seule fois aux Eurockéennes ? Oui évidemment. Est-on subjugué par Anna Calvi 2.0, la brune au regard incendiaire (et à cette distance, on aura bien l'impression qu'il s'est planté directement dans notre âme, à deux ou trois reprises...) ? Oui aussi ! Regarder cette créature jouer de la guitare et chanter est un régal absolu pour les yeux, de son menton volontaire au pli soucieux sur son front, à son regard perdu et extatique quand elle fait sonner son instrument, tout est splendide chez elle. Nota : on s'est permis ce petit paragraphe sur le physique uniquement parce qu'elle a établi clairement, et plus encore avec cet album qu'avec les précédents, qu'elle préférait vraiment les filles : c'est donc purement platonique et sans ambiguïté aucune...


Bon, on le sait, ses concerts sont toujours trop courts et la communication extra-musicale n'est pas son fort... Mais peu nous chaut quand les arpèges saturées de Rider to the Sea commencent à déchirer l'espace, on se souvient pourquoi on est venu ! En autres morceaux classiques, peu nombreux ce soir, les inévitables mais toujours jolies I'll be your Man et son hymne et tubesque Desire, ainsi que Suzanne & I en rappel... Pour le reste, la part belle est donnée - et tant pis pour les classiques flamboyants qu'on regrettera toujours (Jezebel, The devil, Love won't be leaving) - à son album en cours, c'est son droit. Bonne nouvelle tout de même, la transplantation sur scène de Indies or Paradise, de la délicate As a Man, de l'émouvante Hunter, ou des très rock Alpha & Wish, fonctionne à merveille, tout comme son manifeste Don't beat the girl, délicieusement hurlé jusqu'à en finir à terre...


A un niveau plus délicat, la chanteuse nous baignera, en agitant l'eau du bout de sa Telecaster, dans son éthérée Swimming Pool aux arpèges légères comme de l'écume... Un atterrissage en milieu aquatique donc, après un envol cosmique et presque à capella, avec la sublime et poignante Away, notre nouvelle chanson préférée d'elle, et sans doute le climax du concert, à vous en mettre les poils à la verticale... Ses deux musiciens, homme et femme, sont toujours discrets et à son entier service, sachant monter à pleine puissance pour l'aider à conclure dans la noirceur éclatante de sa reprise de Ghost Rider, terminée en position hendrixienne, à genoux devant sa guitare... En repartant avec la setlist où elle a posé ses yeux et ses talons hauts, mais aussi un t-shirt très beau et assez énigmatique où elle a eu l'élégance de ne pas écrire son nom, et en bonus un gobelet et une bouteille du Ninkasi, on a vraiment l'impression d'avoir fait ses courses au ciel... Seul manquera le vinyle signé (car ils le sont tous, à son merchandising), impossible à rapporter sans le chiffonner.

Très belle soirée donc, on en vient à se demander si on n'essayerait pas de croiser à nouveau la route cette charmante comète, et venir s'y réchauffer le coeur, quelque part dans sa longue tournée hivernale ?

Photos par Yves Dorison - un grand merci à lui !
Pour la couleur, il faudra venir voir par vous-même...

Setlist :
Rider to the sea
Indies or paradise
As a man
Hunter
Don't beat the girl
I'll be you man
Alpha
Away
Swimming Pool
Desire
Wish

Encore :
Suzanne & I
Ghost Rider

 Critique écrite le 24 octobre 2018 par Philippe


Anna Calvi : les dernières chroniques concerts

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard en concert

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard par Philippe
Parc de Saint-Cloud, le 24/08/2018
Damnation, l'été 2018 s'est déjà enfui ! On a eu beau y poser autant de jalons festivaliers que possible (Tinals, Hellfest, Eurocks...), nous voilà déjà à sa borne de fin, celle... La suite

Concert hommage à David Bowie (avec Michael Stipe de R.E.M, Karen Elson, TV On The Radio, The Flaming Lips, Debbie Harry, Robyn Hitchcock, Pixies, Tony Visconti, Amanda Palmer, Anna Calvi, Kronos Quartet, Joseph Arthur etc)  en concert

Concert hommage à David Bowie (avec Michael Stipe de R.E.M, Karen Elson, TV On The Radio, The Flaming Lips, Debbie Harry, Robyn Hitchcock, Pixies, Tony Visconti, Amanda Palmer, Anna Calvi, Kronos Quartet, Joseph Arthur etc) par Demi Playmobil
Carnegie Hall, New York, le 01/04/2016
Soirée hommage à David Bowie au Radio City Hall, à New York, hier soir... Le groupe de Mc Caslin qui joue sur le dernier album de du Thin White Duke Blackstar a composé une... La suite

Festival du Chant Marin : Les Marins d'Iroise, Hugues Aufray, Plazia Francia, Anna Calvi, Denez Prigent, Orange Blossom, Cape North, Kanerien Trozoul, Fanfaraï ... en concert

Festival du Chant Marin : Les Marins d'Iroise, Hugues Aufray, Plazia Francia, Anna Calvi, Denez Prigent, Orange Blossom, Cape North, Kanerien Trozoul, Fanfaraï ... par Pirlouiiiit
Port de Paimpol, le 14/08/2015
Après la petite mise en jambe de la veille aux Halles Georges Brassens de Saint Brieuc, nous voici désormais à Paimpol pour l'immanquable Festival du Chant Marin qui a lieu tous... La suite

La Route du Rock Collection été 2014 : Portishead, Slowdive, Mac DeMarco, Thee Oh Sees, Baxter Dury, Anna Calvi, Angel Olsen, Cheveu, The War On Drugs, Protomartyr, Temples, Cheetahs, Perfect Pussy en concert

La Route du Rock Collection été 2014 : Portishead, Slowdive, Mac DeMarco, Thee Oh Sees, Baxter Dury, Anna Calvi, Angel Olsen, Cheveu, The War On Drugs, Protomartyr, Temples, Cheetahs, Perfect Pussy par Pierre Andrieu
Fort de Saint Père, Saint-Malo, le 16/08/2014
Très belle édition 2014 pour La Route du Rock, qui avait lieu du 14 au 16 août au Fort de Saint-Père, à quelques encablures de Saint-Malo... Au menu, une très excitante... La suite

Ninkasi Kao, Lyon : les dernières chroniques concerts

Jello Biafra And the Guantanamo School of Medicine + Sharked en concert

Jello Biafra And the Guantanamo School of Medicine + Sharked par Jef VILLE
Ninkasi Kao - Lyon, le 18/08/2016
Bon voilà je vais enfin voir Jello Biafra (oh what a name!) en concert, malheureusement sans les membres emblématiques des Dead Kennedys. Après avoir découvert le mouvement... La suite

Crest Of Darkness + Sterbhaus + Shining  en concert

Crest Of Darkness + Sterbhaus + Shining par Ylxao
Le Ninkasi Kao à Lyon, le 28/11/2013
Ce soir-là, j'incarne la joie car c'est une date qui ne peut que me ravir : Shining est de passage dans le comté lyonnais ! Ayant découvert un ou deux ans auparavant je n'attendais... La suite

Biga Ranx en concert

Biga Ranx par A.Ville
Ninkasi Kao - Lyon, le 22/11/2013
Le 22 novembre 2013 a donc eu lieu le concert de Biga*Ranx, au Ninkasi Kao de Lyon. Biga Ranx n'en est pas à sa première, car, malgré son jeune âge, le chanteur de 25 ans... La suite

Gotthard par Rama
Ninkasi Kao - Lyon, le 16/10/2012
"Ce qui ne tue pas rend plus fort" : cet adage résume à lui seul l'évolution de Gotthard. Un groupe qui, malgré le décès soudain de Steve Lee, membre fondateur et chanteur de la formation depuis vingt ans, a su poursuivre sa carrière en recrutant le talentueux Nic Maeder. Il suffit de voir la longue file d'attente devant le Ninkasi Kao pour... La suite