Accueil Chronique de concert Arno
Jeudi 22 février 2018 : 12252 concerts, 24865 chroniques de concert, 5197 critiques d'album.

Chronique de Concert

Arno

Arno en concert

La Croisée des Arts - Saint Maximin 27 novembre 2016

Critique écrite le par

Ce dimanche, il ne fallait pas être en retard pour être sûr de voir Arno venir défendre sur scène Human Incognito, son 13ème album, dans le cadre de la tournée éponyme. D'abord parce qu'à moins d'habiter du côté de Nîmes, le concert à la Croisée des Arts à Saint Maximin est sa seule autre date dans le sud ! Il faudra d'ailleurs m'expliquer un jour pourquoi bon nombre d'artistes (ou plutôt leurs managements) semblent ignorer tout ce qui se situe grosso modo en dessous de Lyon (The Kills, Rival Sons... quelque chose à ajouter ?).

Merci donc à l'organisation d'être quand même arrivée à le faire jouer ici, mais on fera remarquer au tourneur que quelques autres " grandes villes " du coin lui auraient sans doute aussi fait bon accueil ! Il ne fallait pas être en retard non plus parce qu'un concert à 19 heures, c'est plutôt inhabituel. Même si Arno entre en piste avec un petit quart d'heure de retard, ça fait tôt. Du coup la salle mets du temps à se remplir et je crains un moment que le public ne soit clairsemé, ce qui pour le coup n'aurait pas joué en faveur du "plus de dates dans le sud" dont je suis fervent partisan ! Mais non, la salle se remplit doucement et va finir par afficher complet (ou pas loin), avec un public pas forcément très jeune (sans vouloir vexer personne, entendez par là qu'il ne devait pas y avoir une majorité de fans de Jul dans l'assistance... et je n'en suis pas non plus !) mais qui semble connaisseur et conquis d'avance.


A l'inverse, Arno sur scène c'est pour moi une première, même si je l'ai bien sûr suivi à travers plusieurs de ses albums et vibré comme tout le monde sur ses versions live visibles un peu partout sur le net de son tube Les yeux de ma mère. Un univers qui sait être drôle, parfois jusqu'au surréalisme, touchant et émouvant ; un spectre musical très large, bref autant de raisons qui me donnent envie de vérifier sur scène tout le bien que je pense du bonhomme. Et je n'ai pas été déçu ! Arno en live c'est bien tout ça à la fois : quelqu'un qui vous annonce, pince-sans rire dès le premier morceau, qu'il est "content que tout le monde a payé sa place".


Mais aussi celui qui va raconter des tranches de vie hallucinées (imaginées ?). Il aura donc été question au cours de cette soirée, et dans le désordre, d'histoires de facteur, de sa grand-mère, de son oncle, réincarné en mouette, de son chien Socrate, de Mireille MATHIEU et Jean-Pierre DRUCKER - qui aura au moins eu l'immense (et seul ?) avantage d'avoir inspiré le superbe morceau Dance like a Goose -, de moules ou de la saucisse de Maurice (... le nom d'une charcuterie, hein). Tout ceci cadrant finalement plutôt bien avec l'univers d'une Chanson absurde, encore un morceau du dernier album.

Et enfin l'auteur engagé qui, sans avoir l'air d'y toucher, évoque Donald TRUMP, le brexit ou Molenbeek pour chanter sa liberté dans une joyeuse morale anarchiste. Arno avait promis un album et une tournée plus rock, avec moins de claviers, et c'est chose faite puisque on a droit à une formation resserrée assez classique guitare, basse batterie... et claviers (il a dit "moins" pas "aucun").

Durant ces presque deux heures, il revisite toute sa discographie (on aura ainsi eu droit aux grands classiques Putain putain, Elle adore le noir ou Je veux nager) en alternance avec la quasi-totalité du dernier album. Ce soir le public a donc eu droit à 24 morceaux (!), de Ask me for a dance au final grandiose sur Bathroom singer, seul et unique rappel, mais à ce prix-là on s'en contente largement. Accompagné en solo au piano, assis sur sa chaise en bord de scène, debout et dansant sur des rythmiques reggae, java, et bien sûr rock comme prévu, le chanteur belge nous a baladés entre moments calmes et furia sonore déclenchée par un groupe qui assure avec classe.


Les arrangements et la patte de John Parish sur la production de Human incognito sont bien présents sur scène ce soir. La section rythmique sonne avec brio (ces lignes de basse !), quand le guitariste fait état de toute sa classe et que le clavier nous régale. Une mention spéciale ce soir à l'incontournable Les yeux de ma mère et au prometteur Dance like a Goose, aussi bon sur scène que sur l'album.
Un son aussi impeccable que l'éclairage du show, bref, que demander de plus ? Ah si, peut-être : le voir chez lui, à Bruxelles, la prochaine fois ?



Arno : les dernières chroniques concerts

Arno + Magali  en concert

Arno + Magali par Sami
Espace Julien, Marseille, le 22/03/2016
Chose somme toute rare pour les concerts vus récemment c'est dans un Espace Julien à guichets fermés que j'arrive à me faufiler pour voir les derniers morceaux de la première... La suite

Arno  en concert

Arno par xavier
Théâtre Sébastopol, Lille, le 27/02/2016
Putain Putain, c'était vachement bien... Arno, c'est un peu un bon copain qu'on suit depuis des années. On l'aime, on va toujours le voir en concert quand il joue dans le... La suite

Arno en concert

Arno par Mardal
Espace Julien - Marseille, le 11/12/2012
La file d'attente s'étire bien bas sur le Cours Julien en cette soirée frisquette de décembre. Avec sa reptation de lombric, elle progresse rapidement mais quand nous arrivons... La suite

Arno en concert

Arno par Lebonair
Café de la Danse, Paris, le 28/11/2012
Le sorcier belge Arno est revenu en force en cette fin d'année 2012 avec un nouveau disque, le très réussi "Future Vintage". Ainsi une nouvelle tournée a débuté et se... La suite

La Croisée des Arts - Saint Maximin : les dernières chroniques concerts

Piers Faccini en concert

Piers Faccini par Callie-Cotto
La Croisée des Arts - St Maximin la Sainte Baume, le 18/04/2014
Piers Faccini - De ceux qui sèment - Chronique du 18 avril 2014 Ecrire une chronique sur Piers se révèle un exercice délicat. Je cherche mes mots, me retrouve en position... La suite